UNESCO

 Programme GŽnŽral d'Information Organisation des Nations Unies pour l'Žducation, la science et la culture

 Paris, Avril 1992

 Original franais - PGI-92/WS-4

 

 

 

PRINCIPES DIRECTEURS POUR LA FORMATION DES INGENIEURS

A LA MAITRISE DE L'INFORMATION SPECIALISEE

 

Žtabli par M. Jean MICHEL

 

Directeur du Centre pŽdagogique de documentation et de communication de l'Ecole nationale des ponts et chaussŽes (Paris)

PrŽsident de la Commission information de l'ingŽnieur de la FŽdŽration mondiale des organisations d'ingŽnieurs (FMOI)

 


SOMMAIRE

Preface

Yves Courrier (UNESCO-PGI)

                                                                                                                               

INTRODUCTION                                                                                                     

Partir des ingŽnieurs et de leurs besoins                                                                
DiffŽrents acteurs concernŽs                                                                                       
Une contribution collective, ˆ l'Žchelle de la plante                                           

  

PREMIERE PARTIE                                                                                                  

POURQUOI ET COMMENT FORMER DES ETUDIANTSFUTURS INGENIEURS A LA MAITRISE DE L'INFORMATION

 

                                           

1 - LES INGENIEURS ET L'INFORMATION

1-1. Les ingŽnieurs et le transfert de l'information                                                
1-2. La formation des ingŽnieurs et les enjeux de l'information                         
1-3. Des constats d'insuffisance et de carence                                                        

 

2 - FORMER A LA MAITRISE DE L'INFORMATION              

2-1. Quelques prŽcisions terminologiques                                                              
2-2. Historique de la formation des ingŽnieurs ˆ l'information                          
2-3. DiffŽrentes approches de la fonction ingŽnieur                                                          
2-4. Evolutions des formations d'ingŽnieurs                                                            
2-5. L'information au coeur des formations d'ingŽnieurs                                      
            2-5-1.Les finalitŽs de l'apprentissage de l'information 
            2-5-2.Les temps de la formation ˆ la ma”trise de l'information           
            2-5-3.Les contenus possibles de la formation ˆ l'information
            2-5-4.Une grande diversitŽ de dŽmarches pŽdagogiques

 

3 - UNE TYPOLOGIE DES FORMATIONS POSSIBLES                                              

3-1. La carte des formations existantes                                                                     
3-2. Les diverses formations ˆ la ma”trise de l'information                                             
            3-2-1.Les introductions aux lieux et outils de la documentation
            3-2-2.Les formations aux recherches et pratiques documentaires
            3-2-3.Les formations ˆ des aspects spŽcifiques de l'information
            3-2-4.Les intŽgrations disciplinaires ou mŽthodologiques
            3-2-5.Les formations pour la double compŽtence
            3-2-6.Les formations continues pour des ingŽnieurs en activitŽ
3-3. La formation ˆ l'information et l'ingŽnieur de demain                                              
            3-3-1.La dŽmarche qualitŽ
            3-3-2.Les mŽthodologies de travail
            3-3-3.L'ingŽnierie de l'information et de la connaissance
            3-3-4.La multiplicitŽ et la rencontre fertile des cultures

 

4 - DES RECOMMANDATIONS POUR L'ACTION                                        

4-1.Des grands principes directeurs                                                                           
4-2.Le respect des spŽcificitŽs                                                                         
4-3.Les objectifs ˆ atteindre                                                                                        
4-4.Les niveaux des formations                                                                        
4-5.Les contenus des formations                                                                                 
4-6.Les pŽdagogies pertinentes                                                                       
4-7.L'intŽgration information-formation                                                                   
4-8.L'utilisation des nouvelles technologies                                                           
4-9.Les acteurs                                                                                                     
4-10.Les moyens nŽcessaires                                                                                      
4-11.Des structures ˆ inventer                                                                          
4-12.Les dŽmarches ˆ suivre                                                                                        
4-13.D'autres actions, en accompagnement                                                             
4-14.Les organisations nationales et internationales                                                       

 

 

DEUXIEME PARTIE                                                                                                 

EXEMPLES, EXPERIENCES ET TEMOIGNAGES POUR PENSER ET CREER DES FORMATIONS A LA MAITRISE DE L'INFORMATION

 

1 - DES PROGRAMMES GENERAUX DE SENSIBILISATION                        

1-1.UniversitŽ de Technologie de Twente (Pays-Bas)                                             
1-2.UniversitŽs techniques de Pologne                                                                      
1-3.UniversitŽ de Technologie de Tampere (Finlande)                                          
1-4.UniversitŽ Technique d'Eindhoven (Pays-Bas)                                                   
1-5.UniversitŽ Chalmers de Technologie (Sude)                                                    
1-6.Napier College d'Edimbourg (Ecosse)                                                                  

 

2 - DES PLANS DE COURS ET DES EXERCICES                                                        

2-1.Plan de cours pour un domaine de gŽnie donnŽ (U.S.A.)                                
2-2.Travail dirigŽ d'information en agronomie (BŽnin)                                          
2-3.Exercices  proposŽs au Napier Polytechnic (Ecosse)                                         
2-4.PŽdagogie d'induction au Coventry Polytechnic (G.B.)                                      

 

3 - DES SUPPORTS D'INFORMATION ET DE FORMATION                        

3-1.Western Australia University (Australie)                                                
3-2.UniversitŽ de Limerick (Irlande)                                                                           
3-3.Institut de Technologie de  Cranfield (Angleterre)                                           
3-4.UniversitŽ d'Etat de l'Arizona (U.S.A.)                                                                  
3-5.UniversitŽ de Technologie d'Helsinki (Finlande)                                             
3-6.UniversitŽ de Technologie de Compigne (France)                                          
3-7.UniversitŽ de Veszprm (Hongrie)                                                            
3-8.Imperial College of Science and Technology (Angleterre)                               

 

4 - DES MODULES SPECIFIQUES DE FORMATION                                     

4-1.Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris (France)                               
4-2.Napier Polytechnic d'Edimbourg (Ecosse)                                               
4-3.Ecoles d'ingŽnieurs en IndonŽsie                                                                       
4-4.Conservatoire National des Arts et MŽtiers (France)                                       
4-5.Dipl™me d'Žtudes approfondies ˆ Paris (France)                                                         

 

5 - DES FORMATIONS INTEGREES AUX ENSEIGNEMENTS                       

5-1.Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes de Paris (France)                            
5-2.Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris (France)                               
5-3.UniversitŽ Catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique)                       
5-4.Ecole Nationale SupŽrieure de Chimie de Lille (France)                                 
5-5.UniversitŽ de Technologie de Compigne (France)                                          
5-6.Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris (France)                               

 

6 - DES INNOVATIONS PEDAGOGIQUES                                                   

6-1.Ecole SupŽrieure ESIEA de Paris (France)                                                
6-2.Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris (France)                               
6-3.Association MEDIANCES (France)                                                               
6-4.Instituts Universitaires de Technologie de Bordeaux  (Fr.)                             

 

7 - FORMATION CONTINUE ET DOUBLE COMPETENCE                             

7-1.Institut National Polytechnique de Lorraine (France)                                      
7-2.UniversitŽ de Technologie d'Helsinki (Finlande)                                             
7-3.Conservatoire National des Arts et MŽtiers de Paris (Fr.)                               

 

8 - DES TEMOIGNAGES ET DES PROPOSITIONS                                        

8-1.La situation des pays du sud (M. GOMIS, ENSUT, SŽnŽgal)                             
8-2.Le r™le des bibliothques (M. BOROVANSKY,  ASU, Arizona)                
8-3.Des propositions pratiques  (M. GARNIER, ENSMP, France)                 
8-4.La pŽdagogie de l'information (M. LOSSOUARN, INA, Fr.)                     

 

ANNEXES

BIBLIOGRAPHIE ET CONTRIBUTIONS

1-SELECTION BIBLIOGRAPHIQUE                                                             
2-LISTE DES PERSONNES AYANT CONTRIBUE AU GUIDE                                  
3-CONTRIBUTIONS INDIVIDUELLES PAR FONCTIONS                            
4-CONTRIBUTIONS INSTITUTIONNELLES PAR PAYS  

 

 

 

***

 

Preface

Y. Courrier (UNESCO-PGI)

 

            La ma”trise de l'information est devenue une des composantes essentielles du dŽveloppement de la sociŽtŽ post-industrielle. Des secteurs entiers de la vie Žconomique font une utilisation constante de l'information sous toutes ses formes. Recherche, Education, Industrie, Commerce, Finance, Transport, Administration publique, etc. ... dans tous ces domaines d'activitŽs, les acteurs Žconomiques et sociaux ont besoin d'une information fiable, complte, ˆ jour et facilement utilisable.

            Toutefois, si l'importance de l'information est de mieux en mieux reconnue, les utilisateurs rŽels et potentiels des systmes et services d'information sont loin de savoir exploiter ˆ leur maximum les possibilitŽs des outils qui ont ŽtŽ crŽŽs pour eux. Car au fur et ˆ mesure que les besoins se dŽveloppent, les instruments tant intellectuels que technologiques mis au point pour rŽpondre ˆ cette demande se font de plus en plus complexes. La formation des utilisateurs est donc devenue une nŽcessitŽ pressante.

            Dans le cadre du Programme GŽnŽral d'Information, l'UNESCO s'est prŽoccupŽe depuis de nombreuses annŽes de la formation ˆ l'utilisation de l'information, aspect essentiel du dŽveloppement de l'information, par la prŽparation de guides et l'organisation de rŽunions ou de sŽminaires sur ce thme. Car l'importance de la formation des utilisateurs a ŽtŽ perue ds le lancement du programme UNISIST.

 

            Le prŽsent document, Principes directeurs pour la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe se situe dans la ligne de ces efforts et s'adresse ˆ une population prŽcise: celle des ingŽnieurs. On sait d'une part que les utilisateurs de l'information spŽcialisŽe constituent dŽsormais un population immense dont les comportements et les besoins documentaires varient considŽrablement en fonction de la formation reue et des pratiques professionnelles. D'autre part, les sources et les mŽthodes de recherche de l'information sont adaptŽes ˆ l'histoire, et ˆ la structure des disciplines et de l'information qu'elles gŽnŽrent. Il est ainsi devenu nŽcessaire de proposer des principes directeurs adaptŽs aux diffŽrentes spŽcialitŽs. La prŽsentation d'un guide destinŽ uniquement aux ingŽnieurs est donc largement justifiŽe et vient s'ajouter logiquement aux rŽalisations antŽrieures dans ce domaine, notamment la tenue rŽcente de la RŽunion d'experts sur la formation des utilisateurs de l'information dans l'enseignement supŽrieur (Document PGI-91/WS/l).

            En outre, un aspect particulirement original du document mŽrite d'tre soulignŽ. Les nombreuses expŽriences et rŽalisations en cours dans le monde entier, non seulement dans les pays dŽveloppŽs, mais Žgalement dans les pays en dŽveloppement montrent ˆ l'Žvidence que la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information est ˆ l'ordre du jour. Les principes directeurs ont donc ŽtŽ conus en deux parties : une prŽsentation des principes, suivie de la description d'un Žventail de rŽalisations originaires de 42 pays des cinq continents. Cet Žchantillon, constituŽ ˆ suite d'une vaste enqute internationale est une contribution unique ˆ une approche interculturelle de la question et vient illustrer de manire particulirement vivante les principes thŽoriques pratiques exposŽs en premire partie.

 

            Il faut donc remercier M. Michel de cette contribution novatrice aux efforts du Programme GŽnŽral d'information de l'UNESCO et souhaiter que ce document rencontre le succs qu'il mŽrite tant par l'originalitŽ de l'approche que par les besoins qu'il vise satisfaire.

            L'auteur assume l'entire responsabilitŽ des faits et opinions prŽsentŽs, qui ne refltent pas nŽcessairement les vues de l'UNESCO. Celle-ci espre que les lecteurs, en particulier ceux des pays dŽveloppement, feront part de leurs rŽactions quant ˆ l'utilitŽ cette Žtude et communiqueront toutes donnŽes d'expŽrience qui pourraient aider ˆ organiser et Žvaluer les activitŽs internationales relatives ˆ la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information. Les lecteurs sont invitŽs ˆ adresser leurs observations et demandes d'exemplaires supplŽmentaires ˆ :

 

Division du Programme gŽnŽral d'information - UNESCO

7, place de Fontenoy 75700 Paris (France)

***

 

 

                            


INTRODUCTION

 

            Former les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ la ma”trise de l'information, les prŽparer ˆ savoir s'informer et se documenter, ˆ la fois dans leurs Žtudes en cours et dans leur vie professionnelle future, leur donner les rgles mŽthodologiques leur permettant d'tre efficaces dans la recherche, le traitement, la gestion et la communication ou diffusion de leur information, tels sont les objectifs que tous les responsables de programmes de formation d'ingŽnieurs devraient impŽrativement prendre en compte en cette fin de XXŽme siŽcle.

            Le prŽsent guide relatif ˆ cette formation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ la ma”trise des processus d'information et de documentation spŽcialisŽes vise plus particulirement ces responsables, Recteurs d'UniversitŽs techniques, Directeurs d'Ecoles d'ingŽnieurs, Doyens de facultŽs de gŽnie, professeurs de diverses disciplines, sans oublier les responsables des bibliothques ou centres de documentation de ces Žtablissements, partenaires privilŽgiŽs dans la mise en place de telles actions de sensibilisation ou de formation.

 

Partir des ingŽnieurs et de leurs besoins

 

            Mais prŽcisons d'entrŽe de jeu que ce guide n'est en aucune faon un nouveau manuel sur ce qu'il est usuel d'appeler la "formation des utilisateurs des bibliothques" (user' education).  De tels documents existent par ailleurs et visent ˆ faire en sorte que les services d'information (bibliothques, centres de documentation, centres serveurs, producteurs de bases de donnŽes,...) soient utilisŽs efficacement par leurs clients rŽels ou potentiels. Mais si la question d'une valorisation accrue de ces outils ou services se posent rŽellement dans de nombreux pays, pour les responsables de formations d'ingŽnieurs le problme est tout autre: comment sensibiliser de futurs ingŽnieurs ˆ la ma”trise des processus d'information, quels que soient les outils qu'ils peuvent employer.

            En d'autres termes, ce recueil de "Principes directeurs" se centre d'abord et avant tout sur l'ingŽnieur, sur la spŽcificitŽ de ses pratiques professionnelles, sur ses besoins en information et documentation et donc sur les perspectives pŽdagogiques d'une intŽgration de la formation ˆ la ma”trise de l'information dans le cursus gŽnŽral de sa formation, initiale comme continue. Analysons le problme en prioritŽ ˆ partir des besoins, ˆ partir de la demande ou encore du constat des insatisfactions et Žvitons la focalisation sur la seule perspective de la recherche d'une meilleure utilisation de l'offre des services d'information.

            De nombreuses expŽriences de sensibilisation des Žtudiants futurs ingŽnieurs aux outils et ressources des bibliothques universitaires ont ŽchouŽ et sont condamnŽes ˆ Žchouer parcequ'elles s'inscrivent dans une logique inversŽe de placage d'une formation instrumentale aux moyens et techniques spŽcifiques de ces bibliothques, alors que le besoin est tout autre et concerne plus les problmes de gestion d'environnements informationnels complexes que la stricte manipulation correcte de rŽfŽrences bibliographiques.

 

DiffŽrents acteurs concernŽs

 

            C'est la raison pour laquelle la question de la sensibilisation et la formation des Žtudiants futurs ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information concerne au premier chef les concepteurs des plans ou cursus de formation de ces ingŽnieurs, au mme titre que l'introduction des techniques de management, de l'apprentissage des langues Žtrangres, ou du calcul des probabilitŽs dans ces cursus. La formation ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe doit se dŽvelopper dans une perspective Žlargie de ce que doit-tre un ingŽnieur en cette fin de XXme sicle (l'ingŽnieur comme professionnel rŽsolvant des problmes, l'ingŽnieur comme assembleur ou manager de technologies, l'ingŽnieur opŽrateur de transferts de savoir et de savoir-faire,...). Elle doit se placer dans le contexte d'une internationalisation accrue des pratiques de gŽnie, d'un dŽveloppement impressionnant des activitŽs tertiaires ou de service et d'une prŽpondŽrance toujours plus forte des technologies de l'information et de la communication dans la sociŽtŽ post-industrielle.

            Mais si cette formation ˆ la ma”trise de l'information doit s'inscrire dans une politique d'Žducation consciente et volontariste, elle ne doit pas pour autant tre faite sans l'appui de nombreux acteurs, internes ou externes ˆ l'Žtablissement d'enseignement supŽrieur.

            Si le directeur d'une Ecole d'ingŽnieurs doit peser de tout son poids dans la dŽcision de mettre en place de telles formations et dŽgager les moyens financiers de leurs rŽalisations, les enseignants eux-mmes doivent s'impliquer fortement et intŽgrer cette perspective ˆ leurs propres enseignements. Ne serait-il pas souhaitable que l'enseignant de mŽcanique des sols ou  celui de robotique soient les premiers ˆ orienter la curiositŽ de leurs Žtudiants vers les sources informationnelles ou documentaires appropriŽes? Ne serait-il pas souhaitable qu'ils exigent de leurs Žtudiants des travaux personnels axŽs pour l'essentiel sur une recherche de l'information pertinente relative aux disciplines ŽtudiŽes? Ne serait-il pas souhaitable que tout travail de projet confiŽ ˆ des Žtudiants futurs ingŽnieurs fasse l'objet de synthses prŽalables, assemblant et commentant des donnŽes, informations ou documents de diverses natures, scientifiques, techniques, technologiques, Žconomiques, environnementales, concurrentielles, sociales ou politiques?

            Les professionnels de l'information et de la documentation prŽsents dans l'Žtablissement ne doivent se sentir pour autant Žcarter d'une telle dŽmarche ou philosophie de la formation ˆ la ma”trise de l'information. Ils ont leur mot ˆ dire dans un tel projet. Ils peuvent faire partager leur expŽrience, mettre leur compŽtence professionnelle ˆ disposition du groupe cible des Žtudiants. Le responsable de la bibliothque universitaire ou du centre de documentation, les spŽcialistes de l'information affectŽs ˆ tel ou tel dŽpartement ou facultŽ de gŽnie, sont et seront bien souvent les opŽrateurs principaux des programmes de formation ˆ la ma”trise de l'information. Visite des bibliothques, apprentissage du maniement  des principaux outils documentaires, initiation ˆ la recherche bibliographique, manuelle ou automatisŽe, cours spŽcialisŽs sur les sources documentaires de domaines spŽcifiques de gŽnie, initiations aux techniques et outils de la normalisation, de la certification et de la propriŽtŽ industrielle, sensibilisations ˆ la lecture efficace, ˆ la rŽdaction scientifique ou technique ou ˆ la communication, formations ˆ la veille technologique, concurrentielle ou stratŽgique,... autant de possibilitŽs pŽdagogiques d'intervention de ces professionnels de l'information et de la documentation. Mais l'intŽgration de ces actions de formation dans le cursus des Žtudiants et leur reconnaissance par l'institution comme unitŽs de valeur crŽditables sont des conditions essentielles de leur succs. De mme le partenariat entre spŽcialistes de l'information et enseignants doit-il tre systŽmatiquement privilŽgiŽ pour Žviter de dramatiques marginalisations des actions, pourtant souvent exemplaires, menŽes par ces professionnels internes de l'information.

            Outre les catŽgories dŽja citŽes, il convient de mentionner de nombreux autres acteurs, externes ˆ l'Žtablissement, mais qui peuvent apporter un soutien efficace aux actions de formation ˆ la ma”trise de l'information. Les centres ou services d'information spŽcialisŽs, nationaux ou rŽgionaux, sont ˆ cet Žgard des relais essentiels: instituts de normalisation, instituts sur la propriŽtŽ industrielle, centres serveurs ou producteurs de bases de donnŽes spŽcialisŽes, centres sectoriels de documentation, services d'information ou de documentation industrielle de compagnies privŽes, centres d'archives industrielles, etc...Il est esentiel de bien faire comprendre aux Žtudiants futurs ingŽnieurs que ce qu'ils peuvent trouver ˆ la bibliothque de l'universitŽ ne reprŽsentent, inŽvitablement, qu'une faible partie de l'immense gisement de ressources informationnelles et documentaires, dans lequel ils seront amenŽs ˆ puiser tout au long de leur carrire. Les entreprises elles-mmes, les ingŽnieurs en activitŽ, les organisations professionnelles d'ingŽnieurs constituent Žgalement une source apprŽciable d'expertise ˆ mobiliser. L'implication d'ingŽnieurs, cadres d'entreprises, dans les programmes de formation ˆ la ma”trise de l'information est une garantie contre toute dŽrive de ces programmes vers deux Žcueils: d'une part l'apprentissage exclusif du maniement des outils de la bibliothque et des spŽcialistes de l'information ("savoir appuyer sur le bon bouton rouge qui vous donne accs ˆ la salle du trsor"), d'autre part la prŽsentation acadŽmique des thŽories ou sciences de l'information au dŽtriment de la prise en compte des problmes spŽcifiques d'information de l'ingŽnieur.

 

Une contribution collective, ˆ l'Žchelle de la plante

 

            Pour rŽaliser le prŽsent guide, et notamment pour respecter les principes mentionnŽs plus haut, un trs large appel a ŽtŽ fait, au niveau mondial, pour recueillir  des expŽriences, des exemples, des suggestions et des recommandations. Une cinquantaine de contributions majeures ont ainsi ŽtŽ recueillies de 1989 ˆ 1991.

            Il Žtait en effet essentiel de faire le point sur ce qui se pratique en matire de formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe, en Žvitant de rester focalisŽ sur une seule approche dŽveloppŽe dans tel ou tel groupe de pays. L'expŽrience des UniversitŽs techniques ou Ecoles d'ingŽnieurs des pays industrialisŽs est fort intŽressante, mais celle des Žtablissements de pays en dŽveloppement, africains ou asiatiques ne l'est pas moins. Les rŽalisations de pays anglophones ou de cultures anglosaxonnes sont intŽressantes ˆ confronter ˆ celles des pays francophones ou de culture latine. Si toutefois l'Europe apparait prŽdominente, avec plus de la moitiŽ des contributions, la raison principale rŽside dans le fait que les sources d'information de l'auteur s'appuient largement sur des rŽseaux europŽens renforcŽs au cours des dernires annŽes par la perspective de crŽation du grand marchŽ unique europŽen. On doit nŽanmoins constater que de nombreuses expŽriences avancŽes en matire de formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information sont nŽes ou se sont dŽveloppŽes dans certains Žtablissements europŽens. Le fait que l'European Journal of Engineering Education de la SEFI - SociŽtŽ EuropŽenne pour la Formation des IngŽnieurs - ait publiŽ en 1987 et 1991 deux numŽros spŽcialement consacrŽs ˆ ce thme est rŽvlateur d'une prise de conscience forte, en Europe, de cette nouvelle dimension de la formation des ingŽnieurs.    

            Il Žtait aussi essentiel de recueillir des idŽes en provenance de groupes de professionnels aussi diversifiŽs que possibles. Ainsi ont ŽtŽ sollicitŽs des spŽcialistes ou praticiens trs divers: Directeurs d'Ecoles d'ingŽnieurs, enseignants de disciplines scientifiques, techniques ou non techniques, responsables de bibliothques d'UniversitŽs techniques, spŽcialistes de l'information, ingŽnieurs en activitŽ et reprŽsentants d'organisations d'ingŽnieurs. Le caractre multi-professionnel de l'approche doit tre soulignŽ et explique en grande partie que ce guide se dŽmarque nettement des traditionnels manuels dits de formation des utilisateurs (point de vue mono-professionnel). Si les bibliothŽcaires et documentalistes des UniversitŽs techniques ou Ecoles d'ingŽnieurs apportent prs de 50% des contributions, il est interessant de noter un nombre ˆ peu prs Žquivalent d'expŽriences relatŽes par des professeurs de gŽnie et des ingŽnieurs en activitŽ.

            Plusieurs groupes ou rŽseaux ont ŽtŽ sollicitŽs et ont rŽpondu de faon trs pertinente et concrte. Ainsi la FŽdŽration Mondiale des Organisations d'IngŽnieurs - FMOI - et sa Commission Information de l'IngŽnieur (comme aussi sa Commission Formation de l'IngŽnieur, mais de faon plus marginale) ont fait conna”tre des expŽriences souvent originales de tous les continents. Des membres de la Commission Information Industrielle de la FŽdŽration Internationale de Documentation - FID -  ont aussi ŽtŽ sollicitŽs. L'Association IATUL - International Association of Technical University Libraries  - a largement mobilisŽ ses membres  qui ont apportŽ le point de vue spŽcifique des responsables des bibliothques universitaires ayant dŽveloppŽ de telles formations en direction d'Žtudiants futurs ingŽnieurs. En Europe, la SEFI - SociŽtŽ EuropŽenne pour la Formation des IngŽnieurs - qui regroupe quelques 500 membres, responsables d'Žtablissements et  professeurs de gŽnie, a constituŽ une source privilŽgiŽe de contacts avec des personnes ayant mis sur pied des programmes originaux relatifs ˆ la documentation et  ˆ l'information de l'ingŽnieur.  D'autres partenaires, d'autres rŽseaux pourraient encore tre citŽs comme le CRDI - Centre de Recherches pour le DŽveloppement International - , le groupement international informel "Improving University Teaching", l'association "MŽdiances" en France, la Commission Information de l'IngŽnieur du Conseil National des IngŽnieurs et Scientifiques de France, la ConfŽrence des Grandes Ecoles ˆ Paris, les documentalistes d'Ecoles d'ingŽnieurs de pays francophones en dŽveloppement, anciens stagiaires de l'Ecole Internationale de Bordeaux,etc...

            Enfin les organisations internationales et notamment l'UNESCO, l'UNEP et l'UNIDO ont facilitŽ l'accs ˆ certaines sources d'information essentielles.


 

 *** 

 

PREMIERE PARTIE

 

  

 

POURQUOI ET COMMENT FORMER DES ETUDIANTS, FUTURS INGENIEURS, A LA MAITRISE DE L'INFORMATION

 

 

 

1 - LES INGENIEURS ET L'INFORMATION

 

1-1. Les ingŽnieurs et le transfert de l'information

 

            ComparŽe ˆ celle qui prŽvalait au milieu du XIXme siŽcle, la situation actuelle des sociŽtŽs industrielles se caractŽrise par une Žmergence forte de l'information et de la communication dans tous les aspects de la vie individuelle, professionnelle et sociale. Pour l'ingŽnieur, cette rŽalitŽ est maintenant au coeur mme de sa pratique quotidienne. Ce professionnel devient de plus en plus une courroie de transmission d'informations plus ou moins ŽlaborŽes entre d'une part les personnes ou les groupes qui lui posent des problmes ou lui expriment des besoins (la sociŽtŽ, l'industrie, le grand public, les instances  politiques,...) et d'autre part les rŽalisateurs de solutions concrtes , les constructeurs techniques, les fabricants et diffuseurs de produits matŽriels. L'ingŽnieur, qu'il soit chercheur-inventeur, ma”tre d'ouvrage, ma”tre d'oeuvre, agent technico-commercial, directeur de sociŽtŽ ou  inspecteur est manifestement au carrefour de l'Žchange et de la transformation d'informations spŽcialisŽes de toutes natures. L'ingŽnieur ne fabrique pas lui mme les produits qu'il procure, par contre il gre des systmes d'informations ˆ caractre dŽcisionnel qui permettent d'apporter une rŽponse adaptŽe aux besoins exprimŽs. L'ingŽnieur navigue en permanence dans l'information, il transforme cette information, il fait des plans et des projets qui ne sont que des concrŽtisations informationnelles ˆ un moment donnŽ des solutions qui rŽpondront aux attentes de ses commanditaires. Il vŽhicule aussi l'information, il vend son projet ou le dŽfend, il cherche ˆ convaincre d'autres partenaires ou dŽcideurs. Il est ˆ cet Žgard symptomatique d'observer et d'Žcouter des groupes d'ingŽnieurs discutant dans des transports en commun (train ou avion): l'Žchange d'informations y est dense et intense et l'on sent bien que, sans ce partage de l'information, l'ingŽnieur ne pourrait pas exercer son mŽtier.

            Plus gŽnŽralement, il est Žvident que les systmes d'information spŽcialisŽe deviennent de plus en plus puissants et incontournables. Des bases et banques de donnŽes aux systmes experts, en passant par les cha”nes informatisŽes de conception et fabrication assistŽes par ordinateur, par les flux trans-frontires de donnŽes ou encore par les normes, les certifications ou les brevets, toute l'activitŽ des entreprises et des ingŽnieurs s'inscrit dans une perspective de dŽveloppement des ressources informationnelles, vŽritable fer de lance de l'industrie  et des services modernes.

            D'ailleurs, il est important de souligner que cette information "professionnelle" (scientifique, technique, Žconomique,...) n'est pas la seule en jeu dans l'entreprise moderne (ou "entreprise du troisime type" selon Serieyx). Il faut dŽsormais prendre en compte la lŽgitime capacitŽ d'expression de l'ensemble des salariŽs (sous la forme de cercles de qualitŽ, de groupes de progrs,...), il faut gŽrer l'indispensable dialogue avec des partenaires de cultures techniques ou d'origines gŽographiques diffŽrentes, gŽrer aussi la communication sociale avec le grand public ou la communication politique avec les instances de dŽcision.

            Mais puisque l'on parle de culture, n'est-il pas essentiel aujourd'hui de parler de patrimoine ˆ propos de l'information dont disposent les ingŽnieurs, cadres et techniciens de l'entreprise? Les savoirs et les savoir-faire des ingŽnieurs deviennent des atouts qu'il n'est plus possible de nŽgliger ou sacrifier par  manque de luciditŽ ou de conscience. Les secrets industriels, la protection des idŽes, la valorisation et les transferts de connaissances, la communication des informations spŽcialisŽes sont autant d'axes ˆ privilŽgier dans le cadre de ce qu'on appelle aujourd'hui une culture d'entreprise.

 

1-2. La formation des ingŽnieurs et les enjeux de l'information

 

            Dans ce contexte et sous ces conditions, la question de la formation des ingŽnieurs prend un relief particulier et ne peut pas se limiter au seul transfert vers l'‰ge de 20 ans d'une "bo”te" de connaissances figŽes. Si au milieu du XIXme sicle, il Žtait Žvident que le r™le de l'Žtablissement de formation Žtait de permettre un accs ˆ des donnŽes techniques peu rŽpandues dans la sociŽtŽ et une homogŽnŽisation des niveaux de connaissances de groupes peu nombreux d'ingŽnieurs, il n'en est plus de mme aujourd'hui puisque tout un chacun est dŽsormais en mesure (dans les pays industrialisŽs, en tout cas) d'accŽder ˆ n'importe quel ŽlŽment de savoir, ˆ n'importe quelle information, y compris ˆ des donnŽes disponibles ˆ l'autre bout de la plante et ˆ des renseignements quasiment confidentiels.

            De faon schŽmatique et volontairement provocante, on pourrait affirmer qu'il pourrait ne plus tre nŽcessaire, aujourd'hui, de s'appuyer sur des Ecoles ou des UniversitŽs pour former des ingŽnieurs. Ou plus exactement, il pourrait ne plus tre indispensable de concentrer gŽographiquement des Žtudiants en un lieu prŽcis, pour leur dŽlivrer des enseignements et les faire accŽder ˆ des connaissances aisŽment transfŽrables. Ou encore, si l'Ecole d'ingŽnieur ou l'UniversitŽ technique ont encore un sens, pour quelles fonctions et pour quels  services l'ont-elles?

            S'agit-il de dispenser dans une salle de cours ce qui est aisŽment accessible de n'importe quel point de la plante? Ne s'agirait-il pas tout autant de pouvoir  Žtablir des liaisons entre des connaissances ŽparpillŽes et contradictoires, crŽer une vie culturelle spŽcifique, contribuer ˆ la stimulation de la production et du transfert des savoirs? Mais quel est donc, en cette fin de XXme sicle, le r™le juste nŽcessaire d'une Ecole d'ingŽnieurs ou d'une UniversitŽ technique?

            Cette question est au coeur des rŽflexions des responsables des Ecoles d'ingŽnieurs et des pŽdagogues qui se prŽoccupent de la formation des ingŽnieurs et qui essayent de comprendre ce que serait une problŽmatique de l'introduction de la mŽthodologie de l'information dans un nouveau projet pŽdagogique de formation d'un ingŽnieur pour les temps modernes.

            Au fond n'est-il pas temps de mieux distinguer ce qui relve de la transmission des donnŽes ou informations constitutives des savoirs et des savoir-faire, de ce qui a trait ˆ la transmission et ˆ la  consolidation des connaissances structurantes ainsi qu'ˆ la prŽparation des futurs ingŽnieurs ˆ la ma”trise des mŽthodologies de l'action efficace.

            Dans une perspective pŽdagogique globale, il parait dŽsormais impŽratif d'amener les Žtudiants futurs ingŽnieurs ˆ savoir mieux ma”triser leurs propres systmes d'accs ˆ l'information et ˆ la connaissance, ˆ savoir gŽrer leurs propres dŽmarches de traitement et de communication de ces donnŽes ou documents, ou, en d'autres termes, ˆ se dŽfinir une dŽmarche "qualitŽ" en matire de gestion de leur information et de leur documentation pour leur formation. Dans ces conditions la frŽquentation des bibliothques et des centres de documentation, la consultation des bases et banques de donnŽes, la lecture critique de nombreux ouvrages et articles, dans diffŽrentes langues, devraient constituer la premire Žtape de toute formation d'ingŽnieurs. Cela devrait permettre d'allŽger, sans la moindre hŽsitation, nombre de cours de premier cycle et maints enseignements ultŽrieurs qui sont, pour l'essentiel, des compilations, nŽcessairement fausses ou incompltes, d'informations souvent dŽpassŽes ou obsoltes au moment du dŽroulement des cours en question. Ce bain informationnel (nŽcessaire certes, mais pas suffisant pour un projet pŽdagogique complet) devrait bien sžr tre organisŽ, gŽrŽ et contr™lŽ. Des facilitŽs devraient impŽrativement tre prŽvues en diffŽrents points des villes concernŽes. Ne serait-il pas souhaitable de disposer, par exemple,  ˆ Marseille, ˆ Helsinki, ˆ Tunis ou ˆ Bogota, de vŽritables centres de ressources informationnelles pour les diverses Ecoles d'ingŽnieurs ou UniversitŽs techniques de ces agglomŽrations. Des dispositifs de tutorats et de contr™le des connaissances seraient sžrement ˆ mettre en place pour permettre aux Žtudiants de bien faire le point sur leur ma”trise des connaissances ainsi auto-acquises (la formation va plus loin que le strict transfert d'informations et de connaissances).

            De telles ressources informationnelles et/ou pŽdagogiques peuvent provenir de diverses origines et les divers programmes de  formation des ingŽnieurs devraient inciter les Žtudiants ˆ naviguer dans ce nouvel "hyper-espace" de l'information. Les moyens classiques que constituent les livres, les revues, la littŽrature grise, sont, bien entendu, ˆ privilŽgier en prioritŽ. Mais dŽsormais les CD-ROM, les bases et banques de donnŽes, les vidŽo-disques, les satellites et les formations dispensŽes ˆ distance constituent autant d'alternatives efficaces pour l'accs ˆ l'information et ˆ la connaissance. Les  contacts en milieu industriel, les Žchanges avec des partenaires Žtrangers, le travail avec des techniciens ou avec des spŽcialistes d'autres disciplines, le dŽveloppement des activitŽs culturelles extra-scolaires fournissent Žgalement autant d'occasions nouvelles d'enrichir les bases de donnŽes personnelles des Žtudiants.

            Ne serait-il pas souhaitable de raisonner aujourd'hui en termes de postes individualisŽs d'apprentissage , interconnectŽs, disposant de toutes les facilitŽs aujourd'hui offertes par la micro-informatique, la tŽlŽmatique, les logiciels de traitement de texte, les outils hypertexte ou hypermŽdia, les CD-ROM, la numŽrisation et l'archivage Žlectronique, la tŽlŽcopie, le courrier Žlectronique ou encore les satellites.

             Ne serait-il pas souhaitable de demander ˆ des Žtudiants futurs ingŽnieurs de se constituer, par eux mmes leur propre patrimoine de ressources informationnelles, de le gŽrer et le faire Žvoluer. Cette responsabilisation de l'individu, futur professionnel,  dans la constitution de bases de connaissances et de systmes d'information qui lui soient propres, apparait fondamentale dans une nouvelle perspective du r™le de mŽdiateur technique et Žconomique de l'ingŽnieur.

            Un cursus de formation d'ingŽnieur  devrait pour l'essentiel consister en un dispositif organisŽ, guidŽ, mais personnalisŽ, d'accs aux informations ou connaissances pertinentes. Bien sžr, ˆ c™tŽ de la stricte fourniture des modalitŽs d'accs aux ressources informationnelles, l'Ecole ou l'UniversitŽ technique en charge d'un projet de formation d'ingŽnieurs devrait mettre en place les procŽdures permettant de consolider les savoirs en constitution (travaux pratiques, projets personnels ou de groupes, Žchanges pŽdagogiques,...), de transmettre les connaissances structurantes et les bases des savoir-faire et savoir-tre  et de contr™ler les rŽsultats des Žtudiants eu Žgard aux objectifs assignŽs. Sa responsabilitŽ devrait, sans aucun doute, tre Žgalement impliquŽe dans la formation des Žtudiants aux mŽthodologies de collecte, traitement, conservation et diffusion  de l'information pertinente.

 

1-3. Des constats d'insuffisance et de carence

 

            En prenant le problme sous un autre angle, celui des aptitudes des ingŽnieurs ˆ bien ma”triser les enjeux, les mŽthodes et les outils de l'information, il est malheureusement regrettable de constater que la rŽalitŽ est fort ŽloignŽe de l'idŽal rvŽ.

            Il est clair que trs peu d'ingŽnieurs et de techniciens utilisent des bibliothques ou des centres de documentation et rares sont ceux qui interrogent des bases et des banques de donnŽes. Ils ont plut™t des pratiques archa•ques, vernaculaires, non formalisŽes d'accs ˆ l'information, pratiques qui conduisent inŽluctablement ˆ des inadŽquations entre les offres disponibles sur le marchŽ de l'information et la demande des ingŽnieurs.

            Beaucoup de professionnels (ingŽnieurs notamment) produisent en permanence de l'information et de la documentation spŽcialisŽes ( essais en laboratoires, notes de synthse, rapports divers, etc..), mais, ˆ l'exception des efforts effectuŽs par  quelques grandes sociŽtŽs industrielles, rien n'est fait pour gŽrer correctement , par un archivage efficace, ce patrimoine informationnel ou documentaire. La situation, ˆ cet Žgard, est franchement catastrophique dans les entreprises ou administrations des pays en dŽveloppement.

            Une grande majoritŽ d'ingŽnieurs ignorent les rgles de base relatives ˆ la protection de leurs idŽes, de leur savoir ou de leur savoir-faire, de leurs inventions ou innovations. Ils ignorent souvent tout des dŽmarches de normalisation ou de certification qui sont dŽsormais des outils essentiels de la compŽtition internationale. 

            Ces mmes ingŽnieurs, et pas seulement les plus anciens,   ont  gŽnŽralement de sŽrieuses difficultŽs  ˆ trier et ˆ dŽceler l'essentiel parmi des flux surabondants d'information et de documentation. Ils ont du mal ˆ extraire, par analyse statistique ou par toute autre dŽmarche, des lois gŽnŽrales de comportement ˆ partir de multitudes de donnŽes hŽtŽrognes,

            Ils rencontrent Žgalement de sŽrieuses difficultŽs pour Žchanger des informations spŽcialisŽes, pour  communiquer avec leurs interlocuteurs, qu'il s'agisse de dŽcideurs ou de spŽcialistes de disciplines diffŽrentes. La communication interlinguistique et interculturelle ne leur est pas familire. La faiblesse de leurs Žcrits techniques est souvent mis en avant par les chefs d'entreprise, au mme titre que leur incapacitŽ ˆ synthŽtiser leurs idŽes et leurs projets.

            On pourrait ŽnumŽrer ainsi une longue sŽrie d'insatisfactions qui, en rŽalitŽ, renvoient ˆ une seule et mme interrogation : a-t-on jamais formŽ ces ingŽnieurs ˆ faire face ˆ ces exigences de l'usage efficace  de l'information ? Les a-t-on jamais prŽparŽs ˆ savoir ma”triser leur environnement informationnel et documentaire? Leur a-t-on jamais expliquŽ en quoi consistait vraiment le mŽtier d'ingŽnieur, en quoi l'information spŽcialisŽe Žtait la matire premire essentielle de ce mŽtier, en quoi la mission de l'ingŽnieur s'identifiait, pour une large part,  ˆ celle d'un opŽrateur ou transformateur d'information?


 

2 - FORMER A LA MAITRISE DE L'INFORMATION SPECIALISEE

 

            La formation ˆ la ma”trise de l'information doit tre ŽtudiŽe dans son contexte et plus prŽcisŽment doit tre prŽalablement dŽfinie (de quoi parle-t-on?), doit tre ŽtudiŽe dans une certaine perspective historique (d'o vient-on et o va-t-on) et doit se re-situer par rapport ˆ l'Žvolution mme des formations d'ingŽnieurs. 

           

2-1. Quelques prŽcisions terminologiques

 

            Il faut, ds ˆ prŽsent, prŽciser les termes relatifs ˆ ce que l'on peut appeler la formation ˆ la ma”trise de l'information, ou, pour tre plus exact, la formation de l'ingŽnieur ˆ la ma”trise stratŽgique de l'information et de la documentation.

 

a) Information et documentation pour l'ingŽnieur :

            Concernant les ingŽnieurs, l'information, dite spŽcialisŽe, que l'on envisage ici englobe  tout ce qui est relatif au savoir, au savoir-faire et ˆ l'exercice de leur  profession : c'est bien sžr l'information qualifiŽe de scientifique, technique, technologique ou industrielle, mais c'est aussi aussi tout ce qui a trait ˆ l'environnement dans lequel les ingŽnieurs travaillent : l'entreprise, le marchŽ, la concurrence, les technologies, les cožts, les ressources humaines, le droit international, etc... C'est, ˆ l'Žvidence,  de l'information, c'est ˆ dire des donnŽes, des signes, des faits, des chiffres, des plans, des concepts, mais c'est aussi de la documentation, beaucoup de documentation, des Žcrits, des tableaux, des dessins, des notes, des rapports, et c'est encore des logiciels, des fichiers, des disquettes, des diapositives ou des cassettes magnŽtiques.

            Les ingŽnieurs ont besoin  ˆ la fois de donnŽes brutes (chiffres, faits, schŽmas,...) et d'informations ŽlaborŽes et transcrites sur des supports divers (textes, rapports, synthses, rŽfŽrences bibliographiques,...).

         Cette information utile est nŽcessairement complexe, multidiscipinaire, contrastŽe,voire mme contradictoire.

            Elle est vŽhiculŽe de diffŽrentes manires: contacts et Žchanges interpersonnels, rencontres formelles ou informelles, supports Žcrits ou audiovisuels, notes de calculs ou textes trs formels (brevets, normes,...). Elle est constituŽe d'un ensemble  de donnŽes ou documents produits au sein mme de l'entreprise (c'est la plus grande source d'information utile pour l'ingŽnieur) et de ressources informationnelles ou documentaires externes ˆ l'entreprise (concurrence, clients, technologies disponibles, textes de rŽfŽrence, ouvrages gŽnŽraux, articles de revues professionnelles).

            Il est essentiel de souligner ici que l'information ou la documentation utile ˆ l'ingŽnieur ne se confond pas avec celle dont a besoin traditionnellement le chercheur, l'homme de science, qui n'a pas ˆ concevoir des produits et services rŽpondant ˆ des demandes de commanditaires ou clients. L'information ou la documentation utile ˆ l'ingŽnieur n'est en aucune faon rŽductible ˆ ce qui peut se trouver sur les rayonnages d'une bibliothque universitaire. Les livres et les articles de revues restent bien souvent des sources faiblement utiles aux ingŽnieurs. Il importe donc de bien analyser et comprendre ces besoins en information des ingŽnieurs, besoins liŽs ˆ leurs pratiques professionnelles quotidiennes, avant d'Žchafauder des programmes de formation inopportuns ou inadaptŽs. 

 

b) Ma”trise et management de l'information :

            Ces deux mots signifient clairement qu'il faut se prŽoccuper de l'ensemble des activitŽs relatives au processus d'information et pas seulement du seul problme de l'accs ˆ l'information, et encore moins de l'unique ou exclusive dŽmarche de recherche, manuelle ou informatisŽe, des rŽfŽrences bibliographiques ou documentaires. En d'autres termes, il faut s'intŽresser tout autant ˆ la production, ˆ l'exploitation et ˆ la communication de l'information qu'ˆ sa recherche ou ˆ son utilisation passive. Ainsi est-on conduit ˆ se poser des questions aussi complexes que les suivantes:

            - comment les ingŽnieurs produisent-ils  de l'information?

            - comment la prŽsentent-ils et comment la diffusent-ils?

            - comment dŽterminent-ils les cibles de leurs diffusions?           

            - comment l'entreprise gre-t-elle ensuite l'information et la documentation  produites en son sein?

            - comment les ingŽnieurs formulent-ils leurs besoins en matire d'information?

            - comment mettent-ils en oeuvre des processus de recherche de donnŽes ou de documents dans le cadre de leurs activitŽs?

            - comment accdent-ils ˆ des gisements d'information, autres que les sources classiques et connues?

            - comment rŽalisent-ils les synthses informationnelles leur permettant de crŽer ou de dŽcider?

            - comment gŽrent-ils leurs patrimoines d'information et de documentation?

            - quels liens les ingŽnieurs Žtablissent-ils entre diffŽrents systmes d'information (de l'imagerie technique ˆ l'information gŽographique ou cartographique, en passant par les systmes d'aide ˆ la dŽcision et les outils de conception assistŽe par ordinateur)?

            Ma”trise ou management de l'information , cela signifie clairement gestion efficace et intelligente des stocks et des flux d'information utile, Žvaluation Žconomique et politique des choix de solutions informationnelles, implication de diffŽrents acteurs ou intervenants professionnels dans un projet d'entreprise centrŽ sur la valorisation des ressources humaines et le dŽveloppement du patrimoine d'information, de documentation et de savoir.

 

c) Ma”trise stratŽgique  de l'information

            Il s'agit bien, en effet, de raisonner en termes de stratŽgie et non pas seulement en termes d'outils ou de moyens, aussi perfectionnŽs soient-ils. StratŽgique, l'information de l'ingŽnieur l'est ˆ l'Žvidence. L'ingŽnieur est un ŽlŽment dŽterminant du fonctionnement de l'entreprise, le besoin en information de l'ingŽnieur est une composante forte du besoin en information de l'entreprise dans laquelle il travaille. La ma”trise de l'information ne relve pas seulement des prŽoccupations personnelles ou individuelles de l'ingŽnieur, mais doit tre bien replacŽe dans le cadre de la stratŽgie de l'entreprise, en prenant en considŽration l'ensemble des facteurs de compŽtitivitŽ et l'ensemble des contraintes qui psent sur l'entreprise. Cette information de l'ingŽnieur, ou plut™t des groupes d'ingŽnieurs, est celle qui concerne les produits mme de l'entreprise, et donc le dŽveloppement de celle-ci ˆ moyen et long terme.

 

            Les ingŽnieurs transforment de l'information et du savoir pour pouvoir faire rŽaliser les produits ou services de l'entreprise.La ma”trise stratŽgique de l'information spŽcialisŽe  est cette aptitude essentielle que les ingŽnieurs doivent possŽder s'ils veulent jouer pleinement leur r™le d'opŽrateur de changement dans les entreprises.

 

2-2. Historique de la formation des ingŽnieurs ˆ l'information

 

            Il n'est pas dans l'objectif du prŽsent document de procŽder ˆ une Žtude bibliographique ou historique, des modalitŽs d'introduction de la sensibilisation ˆ l'information dans les formations d'ingŽnieurs. NŽanmoins quelques points de repres peuvent tre rapidement ŽvoquŽs.

            Selon Genevive Lefort, qui s'est plus particulirement spŽcialisŽe sur cette question de la formation des Žtudiants des Žtablissements d'enseignement supŽrieur, c'est vers le dŽbut des annŽes 70 que se manifestent plus nettement et partout dans le monde, des prŽoccupations relative ˆ l'enseignement des mŽthodologies de l'information scientifique et technique.

            Mais ˆ dire vrai, le dŽpouillement des archives des Ecoles franaises d'ingŽnieurs nŽes entre 1747 et 1850, fait ressortir ˆ l'Žvidence l'importance extrme accordŽe alors par les directions de ces Ecoles ˆ l'information et ˆ la documentation de l'ingŽnieur. Il est ainsi frappant de constater l'intŽrt portŽ par ces grands ingŽnieurs, responsables des premires Ecoles d'ingŽnieurs franaises, ˆ la constitution de riches fonds documentaires ˆ caractre pŽdagogique, ˆ la publication de journaux ou revues spŽcialisŽs, ˆ la participation active des Žtablissements aux expositions universelles internationales, ˆ l'utilisation des nouveaux moyens de reproduction (lithographie, photographie) pour la diffusion des connaissances, ou encore ˆ la recherche de l'information au dela des frontires (missions d'Žlves ou d'ingŽnieurs). Au fond cette mise en perspective historique confirme l'importance cruciale de l'information et de la documentation pour l'ingŽnieur et en mme temps rend plus ambigŸe ou paradoxale la dŽmarche, souvent forcenŽe ou angoissŽe, de "formation des utilisateurs" des services d'information ou bibliothques des temps modernes ou post-modernes.

            Pour revenir aux 20 dernires annŽes, il est essentiel de rappeler l'effort fait par l'UNESCO, dans le cadre du programme UNISIST, en vue d'une meilleure utilisation des services d'information disponibles, notamment dans les domaines d'information scientifique et technique. Les synthses faites par quelques experts (notamment W. Pirog, ingŽnieur polonais ou A. Daumas en France) mettent alors en relief certaines expŽriences rŽalisŽes, ici ou lˆ, en Europe, de l'Ouest comme de l'Est, ou aux Etats-Unis ou au Canada. On notera, en 1976, la thse de Nancy Fjþllbrant, qui se spŽcialise sur la question de la formation des utilisateurs. Aux Etats-Unis, un effort important est fait pendant ces vingt dernires annŽes pour introduire de telles actions de formation des Žtudiants aux mŽcanismes de l'information spŽcialisŽe. Mais dans l'ensemble, ces expŽriences ou rŽalisations ne concernent que minoritairement les Žtudiants de gŽnie alors que de meilleurs rŽalisations semblent aboutir dans les domaines de la mŽdecine ou de la chimie.

            Il est interessant de noter l'effort entrepris en France ˆ partir du milieu des annŽes 70, avec notamment la mise en place du BNIST - Bureau National de l'Information Scientifique et Technique-devenu par la suite MIDIST - Mission InterministŽrielle de l'Information Scientifique et Technique -. En partenariat avec la ConfŽrence des Grandes Ecoles, plusieurs actions d'introduction de la prŽoccupation information scientifique et technique sont mises en place par le BNIST et la MIDIST, allant jusqu'ˆ la conduite (et au financement) d'un vaste programme de sensibilisation des Žtudiants des Grandes Ecoles d'ingŽnieurs et de commerce aux dŽmarches de recherche documentaire informatisŽe. Les annŽes 80 voient alors, en France, la multiplication d'initiatives originales, qui pour un certain nombre d'entre elles se dŽmarquent dŽja nettement des traditionnelles actions de sensibilisations aux ressources et outils des bibliothques. Ces travaux ont fait l'objet d'un ouvrage publiŽ, en 1987, par la ConfŽrence des Grandes Ecoles ˆ la Documentation Franaise et intitulŽ "S'informer pour se former et pour agir".

             Il n'est pas inintŽressant de souligner aussi, qu'au sein de la communautŽ mme des ingŽnieurs, et notamment au sein de la FŽdŽration Mondiale des Organisations d'IngŽnieurs, la rŽflexion sur ce thme se structure ˆ partir des annŽes 70 et dŽbouche vers 1985 sur diverses tables rondes et divers sŽminaires consacrŽs ˆ la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information.

            Au niveau strictement europŽen, il faut mentionner les deux numŽros spŽciaux de l'European Journal of Engineering Education:

            - en 1987, "From Engineering Information to Engineering Education" (Vol 12 N¡2);

            - en 1991, "Integration of Information Management Skills within the Engineering Curriculum" (Vol 16 N¡3).

            En 1991, l'UNESCO organise ˆ Espoo (Finlande) une rŽunion d'experts sur la formation des utilisateurs des bibliothques de l'enseignement supŽrieur.

            Enfin, les congrs annuels de l'International Association of Technical University Library (IATUL) et la publication du journal "IATUL Quarterly"  ont largement contribuŽ au cours des 10 dernires annŽes au dŽveloppement d'une rŽflexion originale sur la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise de l'information.  

 

2-3. DiffŽrentes approches de la fonction ingŽnieur

 

            Avant d'aborder la question de la formation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ cette ma”trise de l'information, il convient de s'entendre sur le mot mme d'ingŽnieur et surtout de prŽciser les diffŽrentes voies de formation d'ingŽnieurs dans diffŽrents pays. Il va de soi que la sensibilisation ou la formation du futur ingŽnieur ˆ la ma”trise de l'information dŽpendra en grande partie de la conception mme  du r™le professionnel de l'ingŽnieur. Ainsi est-on frŽquemment amenŽ ˆ distinguer des ingŽnieurs managers d'entreprises,  des concepteurs de produits,  des chercheurs (ne pas perdre de vue que ces derniers ne sont pas les plus nombreux dans la vaste communautŽ des ingŽnieurs), des ingŽnieurs technico-commerciaux, des ingŽnieurs de production, voire mme des techniciens-ingŽnieurs.

            Il existe de fait des conceptions diffŽrentes du r™le de l'ingŽnieur, selon que l'on considre l'ingŽnieur comme un gŽnŽraliste ou plut™t comme un spŽcialiste et selon qu'on situe cet ingŽnieur dans la sphre de la technique ou dans celle du management.

             En Grande-Bretagne et dans les pays influencŽs par la tradition britannique, on considre notamment l'ingŽnieur comme un professionnel, "super technicien", concevant ou gŽrant des objets techniques. D'engine ˆ engineer la liaison sŽmantique est directe, naturelle et trs prŽgnante. Il existe ds lors dans ces pays de fortes institutions d'ingŽnieurs qui attestent de la compŽtence technique des ingŽnieurs affiliŽs et Žditent des revues  permettant l'actualisation permanente des savoirs techniques. Historiquement, la formation des ingŽnieurs y apparait souvent plus tardivement dans ces pays, les professionnels acqurant traditionnellement "sur le tas", dans l'entreprise, les connaissances techniques nŽcessaires. La contrepartie de cette approche pragmatique et technicienne de la formation des ingŽnieurs est sans nul doute le faible intŽrt portŽ par la sociŽtŽ ˆ ses ingŽnieurs, une relative dŽvalorisation du mŽtier, ainsi que la mŽfiance des milieux professionnels ˆ l'Žgard des institutions universitaires formant les ingŽnieurs. A noter que dans le dŽbat actuel sur l'harmonisation des formations europŽennes, la tradition britannique avec une formation acadŽmique courte des ingŽnieurs (3 ans en gŽnŽral, 4 ans parfois) est perue comme un handicap important.

            Dans  d'autres pays , comme par exemple l'Allemagne ou certains pays d'Europe centrale ou d'Europe du Nord,  l'ingŽnieur, traditionnellement,  est avant tout un scientifique, c'est-ˆ-dire un spŽcialiste de haut niveau d'une certaine discipline scientifique. Selon les schŽmas conceptuels introduits au dŽbut du XIXme sicle par Wilhelm von Humboldt, le travail de laboratoire et de recherche constitue une composante essentielle de la formation supŽrieure. L'ingŽnieur, formŽ dans les UniversitŽs techniques allemandes est en principe fortement "exposŽ" ˆ la recherche et ˆ la science, qu'elles soient fondamentales ou appliquŽes. La durŽe des Žtudes est gŽnŽralement longue (6 ˆ 7 ans) et le travail personnel est largement dŽveloppŽ. Mais depuis les annŽes 70, l'Allemagne a diversifiŽ ses formations et a introduit une nouvelle filire visant ˆ former des ingŽnieurs de production, plus praticiens, directement opŽrationnels pour l'entreprise, et maitrisant parfaitement des technologies sectorielles. Cette formation raccourcie (3 ans et demi) est dispensŽe dans de nombreuses Ecoles spŽcialisŽes (Fachhochschulen).

            Dans la tradition franaise (que l'on retrouve dans certains pays latins et africains),  l'ingŽnieur doit apporter une  rŽponse globale  ˆ des besoins des hommes et de la sociŽtŽ. L'ingŽnieur joue un r™le influant dans la sociŽtŽ,  vŽritable "assembleur" de techniques et gestionnaire ou manager  de ressources diverses. La formation de l'ingŽnieur met donc l'accent sur la multidisciplinaritŽ et sur l'approche par les "besoins" et par l'Žconomie. Elle s'appuie gŽnŽralement sur un principe de forte sŽlection ˆ l'entrŽe dans les Ecoles d'ingŽnieurs et s'organise sur une durŽe de 5 ˆ 6 ans.

            Il va de soi que les besoins des ingŽnieurs en matire d'information et de documentation seront diffŽrents dans ces diffŽrents pays ou groupes de pays. Ainsi en Grande-Bretagne, la primautŽ sera accordŽe aux donnŽes ˆ caractre  technologique et aux outils de transfert des savoir-faire pratiques, alors qu'en Allemagne, dans les UniversitŽs techniques, on insistera plus sur la documentation ˆ caractre scientifique et technique. Enfin, en France, on cherchera ˆ faire prendre conscience aux Žtudiants des enjeux de l'information Žconomique, industrielle ou stratŽgique.

 

2-4. Evolutions des formations d'ingŽnieurs

 

            Les formations d'ingŽnieurs, quels que soient les pays dans lesquels elles se dŽveloppent, sont ainsi fortement marquŽes par les conditions d'apparition des institutions chargŽes, notamment en Europe, de prŽparer les premires gŽnŽrations d'ingŽnieurs "modernes" de la deuxime moitiŽ du XVIIIme sicle et la premire moitiŽ du XIXme sicle (l'European Journal of Engineering Education consacre,  en 1981, un numŽro spŽcial aux racines historiques des systmes de formation d'ingŽnieurs en Europe).

            Historiquement, c'est en France que l'on se prŽoccupe pour la premire fois de la formation des ingŽnieurs. Ainsi ˆ partir du milieu du XVIIIme sicle, l'ingŽnieur, parfait "honnte homme", est formŽ avec l'objectif essentiel de contribuer ˆ la conduite des affaires du royaume, de l'Etat ou plus tard de la grande industrie. Cet ingŽnieur, membre de l'Žlite du pays, participera ˆ la plupart des grandes aventures du XIXme Sicle, aventures industrielles, scientifiques ou coloniales.

            ImprŽgnŽes d'idŽes saint-simoniennes, puis positivistes, les formations d'ingŽnieurs Žvolueront dans le sens d'un renforcement du pouvoir des ingŽnieurs sur le sociŽtŽ franaise, mais Žgalement aussi dans le sens d'une division croissante ou arborescente des spŽcialitŽs scientifiques et techniques, au point de rendre inŽluctable la multiplication, voire mme la prolifŽration,  des Ecoles d'ingŽnieurs. La loi de 1934, instituant un contr™le sur ces formations d'ingŽnieurs, tŽmoigne, en ce sens, de la prŽoccupation des responsables politiques comme industriels, de reprendre le contr™le d'un processus de gŽnŽration quasi spontanŽe des Ecoles et autres Žtablissements voulant former des ingŽnieurs.  L'Ecole d'ingŽnieurs, nŽe dans le giron d'un pouvoir centralisateur soucieux de maintenir son contr™le sur les activitŽs techniques, industrielles ou Žconomiques du pays, reste une rŽfŽrence incontournable, en France, en 1991, mme si de nouveaux programmes universitaires sont habilitŽs ˆ procurer des titres d'ingŽnieurs (mais de fait, la structure, les orientations et les pratiques pŽdagogiques restent identiques ˆ celles des traditionnelles Grandes Ecoles). Les caractŽristiques majeures rŽsident dans la sŽlectivitŽ de ces Žtablissements, dans la finalisation socio-Žconomique de leurs programmes Žducatifs, dans l'approche "macro-pŽdagogique" des formations, c'est-ˆ-dire dans la capacitŽ ˆ intŽgrer, de faon volontariste et flexible , diffŽrentes composantes allant des cours traditionnels, aux expŽriences de terrain, aux stages, aux sŽjours ˆ l'Žtranger, sans oublier les initiations ˆ la ma”trise des processus d'information.

            Dans le cas des UniversitŽs techniques allemandes, anglaises, nŽerlandaises ou amŽricaines, qui restent fondamentalement d'importantes machines ˆ produire et transfŽrer des savoirs, influencŽes par les concepts positivistes du XIXme sicle , le modle historique va beaucoup plus loin que le modle franais en matire de division et de partage des territoires de la connaissance. La professionnalisation de l'enseignement et l'accent mis sur le dŽveloppement de la recherche scientifique conduisent inŽluctablement ˆ une vŽritable  balkanisation des disciplines, ˆ la crŽation de chapelles et de chasses gardŽes et progressivement ˆ un abandon des objectifs pŽdagogiques, enfin ˆ une fuite vers les activitŽs nobles de la recherche. Ce dernier point prŽoccupe du reste trs sŽrieusement les spŽcialistes des Etats Unis et du Canada qui s'aperoivent avec frayeur que les grandes UniversitŽs techniques ne forment pas vraiment les ingŽnieurs qualifiŽs et communicants dont l'industrie nord-amŽricaine a besoin.

            Point n'est besoin d'Žvoquer ici la situation catastrophique de la formation des ingŽnieurs dans les pays en dŽveloppement, les constats faits dans les pays du Nord y sont  lˆ-bas autrement plus douloureux. 

            Il n'est pas aujourd'hui abusif d'affirmer que les institutions de formation d'ingŽnieurs comprennent de moins en moins les besoins rŽels et actuels des sociŽtŽs modernes, qu'elles ne participent pas aux vrais courants de transformation de ces sociŽtŽs (pensons aux Žvolutions dramatiques des villes et de leurs banlieues ou encore ˆ la nŽcessaire protection de l'environnement). Et si les Ecoles et autres Žtablissements de formation d'ingŽnieurs restent sourds aux appels des responsables politiques ou industriels, la raison en est principalement qu'elles ne savent pas se dŽgager de leurs traditions academico-scientifico-corporatives. Les contenus de formation, les jeux de pouvoir autour des partages des territoires disciplinaires, un enseignement basŽ sur le transfert reproductif des connaissances, sont autant de freins ˆ une transformation profonde de la perspective Žducative. Les consŽquences de la rŽvolution de l'information et de la communication semblent souvent mal perues dans les Ecoles d'ingŽnieurs et les UniversitŽs techniques.

            Des formations trop scolaires, avec des charges de travail des Žtudiants trop lourdes, aux surcharges en effectifs des grandes UniversitŽs techniques, l'incapacitŽ ˆ intŽgrer de faon moderne l'accs aux ressources informationnelles dans la formation des jeunes, l'absence de programmes qui permettraient de prŽparer des Žquipes mixtes et transdisciplinaires (des techniciens associŽs ˆ des ingŽnieurs, des documentalistes ou des sociologues,...), la difficultŽ rŽelle ˆ former les futurs ingŽnieurs ˆ certaines mŽthodologies du travail intellectuel efficace (du "problem solving" aux techniques de crŽativitŽ, en passant par les heuristiques de l'information, l'analyse de systme ou la conduite des groupes mixtes), telles sont quelques unes des critiques que l'on entend souvent ˆ propos des formations d'ingŽnieurs ds lors que l'on dŽpasse le niveau de l'autosatisfaction  aveugle.

            Il est en revanche vrai que des efforts sont faits en permanence par divers acteurs du systme Žducatif  pour tenter d'amŽliorer ou d'adapter ces formations d'ingŽnieurs. Ainsi, au cours des vingt dernires annŽes  a-t-on recouru plus systŽmatiquement aux stages en entreprises, aux projets personnels, aux Žchanges avec des partenaires Žtrangers, aux activitŽs extra-scolaires ou extra-universitaires ou encore ˆ certains outils modernes dont notamment l'ordinateur, vŽritable ma”tre ˆ bord des Ecoles d'ingŽnieurs. La formation continue a Žgalement connu un essor certain.

            Les Ecoles et autres Žtablissements de formation d'ingŽnieurs tombent de plus en plus souvent dans le travers d'un marketing de faade alors qu'aucun investissement n'est fait en matire de recherche pŽdagogique, de formation des enseignants ou de prospective Žducative. L'apparence de l'institution prime sur la capacitŽ ˆ trouver les bonnes rŽponses aux besoins de la sociŽtŽ. L'emballage des marchandises enseignables prŽvaut au dŽtriment de l'analyse critique des modalitŽs de transfert des savoirs et des savoir-faire.

            Comment repenser le problme de la formation des ingŽnieurs dans le contexte de sociŽtŽs "post-industrielles", marquŽes par une mondialisation des Žconomies, par une ŽlŽvation incontestable du niveau de savoir et de curiositŽ des jeunes gŽnŽrations, par une imbrication accrue des diverses forces productives? Peut-on inventer de nouvelles modalitŽs de formation qui prennent dŽlibrŽment en compte l'accs de plus en plus gŽnŽralisŽ ˆ l'information? Quels partenaires, quelles structures, quels rŽseaux de compŽtence peuvent intervenir dans une transformation profonde des modalitŽs de formation des ingŽnieurs?

 

2-5. L'information au coeur des formations d'ingŽnieurs 

 

            Compte tenu de ces approches  diffŽrentes de la fonction  d'ingŽnieur, l'enseignement de  la ma”trise de l'information sera conditionnŽe par le choix du modle de formation et par l'environnement culturel dans lequel  on opre. Ainsi, selon que l'on s'intŽresse ˆ l'ingŽnieur-technicien, ˆ l'ingŽnieur-scientifique , ou ˆ l'ingŽnieur-manager, les objectifs, les programmes et les pŽdagogies des formations ˆ l'information diffrent assez sensiblement.

            Plusieurs aspects sont en outre ˆ considŽrer pour concevoir un programme de formation ˆ la ma”trise de l'information. SchŽmatiquement on peut Žgalement considŽrer que les actions de formation peuvent diffŽrer selon les finalitŽs de ces actions, la place dans les cursus de formation ou encore les groupes cibles d'Žtudiants. Les contenus de formation seront de mme trs variŽs.

 

2-5-1.Les finalitŽs de l'apprentissage  ˆ la ma”trise de l'information                 

            a) Consolider la formation des ingŽnieurs: on considre, dans cette perspective,  l'information comme une  composante essentielle du processus d'apprentissage. Le minimum qu'il serait ainsi logique de trouver dans toutes les UniversitŽs techniques et d'autres Ecoles d'ingŽnieurs est celui d'une sensibilisation gŽnŽrale aux mŽthodologies de l'information et de la documentation. Cette initiation touchant tous les Žtudiants devrait a priori tre faite dans les premires annŽes de formation et devrait permettre aux Žtudiants de pouvoir utiliser au mieux les ressources informationnelles et documentaires ˆ leur disposition ˆ l'UniversitŽ ou dans les entreprises. L'initiation au maniement des outils de la bibliothque ou du centre de documentation relve de cette premire perspective ou finalitŽ.

            b)  PrŽparer ˆ un exercice plus efficace du mŽtier: on cherche ˆ apprendre aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ travailler plus efficacement en les sensibilisant ˆ diverses mŽthodologies telles que l'analyse de la valeur, la dŽmarche qualitŽ, les mŽthodes de compŽtitivitŽ de l'entreprise, mŽthodologies dans lesquelles l'information joue un r™le essentiel. Cette  seconde finalitŽ relve d'une approche dŽjˆ plus spŽcifique du travail de l'ingŽnieur. Il s'agit principalement d'introduire des modules de formation s'adressant ˆ des Žtudiants en cours ou en fin de scolaritŽ et conduisant ˆ dŽvelopper des apprentissages relatifs ˆ la ma”trise stratŽgique de l'information, en tant que composante du travail quotidien de l'ingŽnieur et en tant que dŽmarche mŽthodologique spŽcifique.

            c) Faire acquŽrir une double compŽtence: cette  troisime finalitŽ concerne ceux des Žtudiants et des ingŽnieurs qui peuvent inscrire cette compŽtence particulire (la ma”trise des processus d'information) dans la panoplie de leurs armes professionnelles. En d'autres termes, on peut chercher ˆ former, par des options ou cycles particuliers, des spŽcialistes de la ma”trise stratŽgique de l'information ayant une double compŽtence "ingŽnieur" d'une part et "spŽcialiste de l'information" d'autre part. On peut ainsi former, ˆ titre d'exemple, des ingŽnieurs spŽcialistes de la veille technologique ou de la propriŽtŽ industrielle.

2-5-2.Les pŽriodes de la formation ˆ la ma”trise de l'information                       Une autre faon d'aborder la question de la formation ˆ l'information est de considŽrer tous les "lieux ou temps pŽdagogiques, ou encore niveaux de formation" concernŽs.

            a)  Les dŽbuts de la formation initiale:  c'est, bien sžr, la pŽriode privilŽgiŽe pour une premire sensibilisation des Žtudiants futurs ingŽnieurs aux ressources informationnelles ou documentaires existantes. L'Žtudiant, futur ingŽnieur, doit ma”triser quelques outils essentiels qu'il utilisera ˆ coup sžr dans ses Žtudes mais aussi dans sa vie professionnelle. A ce stade des Žtudes, l'Žtudiant, futur ingŽnieur apprend les sciences de base de l'ingŽnieur (mathŽmatiques, physique, chimie,...) et les rudiments d'une spŽcialitŽ (mŽcanique des milieux continus, thŽorie du signal,...). Sortant du cycle des Žtudes secondaires, il se trouve dŽsormais confrontŽ ˆ un champ trs ouvert de connaissances nouvelles ˆ dŽcouvrir et ˆ approfondir.

            C'est donc en termes d'apprentissage des grands points de repres documentaires qu'il faut raisonner pour cette premire sensibilisation ˆ l'information et ˆ la documentation: par exemple, conna”tre les grands outils de recherche bibliographique classiques, couvrant de larges domaines de connaissances scientifiques. Mais c'est aussi le temps privilŽgiŽ de l'apprentissage de quelques bonnes habitudes d'information et de documentation: par exemple, savoir dŽcrypter une rŽfrence bibliographique, apprendre ˆ lire rŽgulirement des pŽriodiques ou des revues, savoir questionner efficacement les professionnels de la documentation.                        

            b)  La fin du cursus de formation initiale:  on trouve de nombreuses expŽriences qui se dŽroulent entre la troisime et la cinquime annŽe d'un cursus de formation d'ingŽnieurs, au moment o les Žtudiants ont ˆ rŽaliser des travaux personnels ou de groupes, ou encore ˆ prŽparer des thses de Dipl™me. Dans cette phase des Žtudes d'ingŽnieur, les Žtudiants sont confrontŽs ˆ des disciplines plus complexes, mixant des fondements scientifiques, des dŽveloppements technologiques et des pratiques professionnelles (les astuces du mŽtier). Ils se prŽparent Žgalement ˆ la vie concrte de l'ingŽnieur dans l'entreprise, sur le terrain, et dŽcouvrent alors l'imbrication forte des dimensions techniques, Žconomiques et parfois sociales du mŽtier de l'ingŽnieur.

            Cette pŽriode nŽcessite des apprentissages mŽthodologiques plus poussŽs, basŽs sur la recherche plus avancŽe de l'information utile, et en particulier, sur la consultation de bases ou banques de donnŽes spŽcialisŽes ou professionnelles. C'est au cours de cette pŽriode qu'on insistera sur la nŽcessitŽ de la synthse critique  des documents et des donnŽes collectŽs et sur celle de la comprŽhension transdisciplinaire des information. Le transfert de l'information et  la communication professionnelle seront aussi des axes ˆ privilŽgier. La formation ˆ la ma”trise de l'information est vraiment, ˆ ce moment-lˆ, au coeur de dŽmarches, essentielles pour l'ingŽnieur, de  rŽsolution de problmes et de conduite de projet.

            c)  Les formations complŽmentaires ou post-graduŽes: il existe bien sžr d'autres pŽriodes ou temps pŽdagogiques qu'il ne faut pas nŽgliger. C'est le cas notamment des formations complŽmentaires (Master of Science, Mastre, Certificat d'Žtudes supŽrieures,...), des formations par la recherche (comme le Dipl™me d'Žtudes approfondies en France), ou  des formations doctorales, qui nŽcessitent, pour les Žtudiants, le recours ˆ des sources d'information et de documentation plus spŽcialisŽes, plus professionnelles dans certains cas. On doit notamment recourir ˆ des bases de donnŽes Žtrangres ou internationales, faire appel ˆ des centres de documentation d'organisations professionnelles ou d'entreprises, obtenir des documents de certaines sources lointaines, compiler des documents en langues diffŽrentes. L'Žtroitesse de la prŽoccupation thŽmatique (de formation ou de recherche) implique un apprentissage plus poussŽ des mŽthodes d'accs ˆ l'information et des mŽthodes d'observation et de dŽfense des idŽes.

            Ainsi ces formations complŽmentaires constituent souvent un terrain favorable pour l'introduction de modules plus spŽcialisŽs et spŽcifiques de formation ˆ la ma”trise de l'information: par exemple, ouverture sur des notions et pratiques de veille technologique ou stratŽgique ou encore initiation ˆ la propriŽtŽ industrielle ou ˆ la normalisation.

            d) La formation continue des ingŽnieurs: cette  dernire possibilitŽ constitue Žgalement un cadre intŽressant pour dŽvelopper des expŽriences originales et peut tout-ˆ-fait devenir esentielle pour des ingŽnieurs dŽsirant se spŽcialiser (double-compŽtence) dans le domaine des processus de transfert d'information. Pour cette formation continue, des actions de formation ˆ la ma”trise de l'information pourraient tre envisagŽes, selon diverses modalitŽs en fonction de l'avancement dans la carrire professionnelle:

                       -  soit en dŽbut de carrire;

                       -  soit vers 30-35 ans pour apprendre par exemple ˆ des ingŽnieurs en activitŽ comment prendre des brevets, comment dŽfendre et protŽger leurs idŽes, comment se prŽmunir contre l'espionnage industriel. La veille technologique serait notamment un thme privilŽgiŽ pour des actions de formation continue destinŽes ˆ des ingŽnieurs de cette tranche d'‰ge;

                       - soit vers 50-55 ans, pour faciliter le transfert de savoir et la conservation  du patrimoine que constitue le   savoir-faire des personnes approchant de la retraite.

 

2-5-3.Les contenus possibles de la formation ˆ l'information      

            Il est essentiel de prŽciser ici que l'objectif de ces formations n'est pas  de transformer les ingŽnieurs en professionnels de l'information, en documentalistes ou en bibliothŽcaires, en leur apprenant les fondements et les pratiques professionnelles relatives aux techniques des traitements documentaires.

            Cette formation spŽcifique des ingŽnieurs et des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, s'organisera plut™t autour des problmes professionnels de ces ingŽnieurs et renverra ˆ des contenus de formation ou ˆ des interrogations tels que les suivants :

            - comment dŽfinir et formuler ses propres besoins en matire d'information et de documentation?

            - comment dŽfinir et formuler les besoins d'information de l'entreprise?

            - comment estimer le cožt de l'information  et dŽcider en consŽquence du meilleur choix de solution documentaire ou informationnelle ou du meilleur investissement en la matire?

            - comment accŽder ˆ l'information, ˆ travers des sources multiples, complexes, ŽparpillŽes?

            - comment trier l'information, comment Žvaluer la documentation recueillie?

            - comment traiter l'information collectŽe et comment en Žvaluer l'intŽrt et la pertinence?

            -  comment Žlaborer  des synthses, ˆ partir des matŽriaux rassemblŽs?

            - comment gŽrer l'information produite ou collectŽe?

            - comment se constituer son propre systme de gestion d'information et de documentation?

            - comment stimuler la production d'informations pertinentes ˆ l'intŽrieur de l'entreprise?

            - comment  valoriser des savoirs et  des savoir-faire, comment breveter, comment normaliser?

            - comment diffuser l'information, comment communiquer?

            - comment tre ˆ l'Žcoute de l'environnement?

            - comment exploiter bases et banques de donnŽes  dans une perspective de veille technologique ou stratŽgique?

            - comment intŽgrer l'information et la documentation aux processus de conception (CAO, analyse de valeur,...)?

            - comment relier les informations de nature documentaire aux systmes de prise de dŽcision ou ˆ certains systmes spŽcialisŽs (systmes d'information gŽographique, par exemple)?

            - comment constituer, au sein de l'entreprise, des systmes fonctionnels de ma”trise stratŽgique de l'information spŽcialisŽe? Cette liste n'est pas exhaustive, chaque Žtablissement de formation peut, bien sžr, dŽfinir des contenus plus spŽcifiques, tenant compte des spŽcialitŽs de formation. L'industrie des textiles n'est pas comparable ˆ l'industrie des composants Žlectroniques et n'a pas les mmes besoins en information que les entreprises de b‰timent ou de gŽnie civil.  .

 

2-5-4.Une grande diversitŽ de dŽmarches pŽdagogiques

            Si la visite de la bibliothque centrale ou du centre de documentation reste la premire dŽmarche et la plus largement rŽpandue, elle ne saurait constituer l'ossature  de ces formations ˆ la ma”trise de l'information. Les expŽriences le confirment, il faut aller beaucoup plus loin. Il faut impŽrativement que ces formations - initiation aussi bien qu'approfondissement ou spŽcialisation - soient explicitement intŽgrŽes dans le cursus de formation des ingŽnieurs. Cette dŽmarche doit tre l'objet  de prŽoccupations constantes de la part des formateurs  qui doivent mettre en place des exercices complŽmentaires afin de favoriser  l' efficacitŽ globale de  cette formation.

             Pour cela des  cours peuvent  tre proposŽs aux Žtudiants, des sŽminaires tre organisŽs. Des exercices et des travaux personnels sont ˆ prŽvoir, de mme que des projets collectifs sont ˆ imaginer. Enfin, l'intŽgration doit tre telle que les thses ou mŽmoires personnels de fin d'Žtudes des Žtudiants futurs ingŽnieurs doivent impŽrativement conprendre une composante "ma”trise de l'information" relative au sujet traitŽ. Des partenariats, aussi forts que possibles, doivent tre dŽveloppŽs entre spŽcialistes de l'information et enseignants des disciplines scientifiques et techniques. Enfin des Žvaluations des formations dispensŽes et des validations sous forme de crŽdits d'unitŽs de valeur sont fortement recommandŽes.


 

3 - UNE TYPOLOGIE DES FORMATIONS POSSIBLES

 

            Concrtement, comment organiser une ou des formations ˆ la ma”trise de l'information pour de futurs ingŽnieurs? Il ne peut y avoir qu'un large Žventail de rŽponses ˆ cette question, compte tenu des diffŽrences constatŽes dans l'orientation mme des cursus de formation d'ingŽnieurs. Pour pallier cette difficultŽ, la seule dŽmarche efficace est celle de la prŽsentation comparative et critique des expŽriences ou rŽalisations faites dans divers pays.

 

3-1. La carte des formations existantes

 

            A partir du recueil de ces expŽriences ou rŽalisations entrepris systŽmatiquement au cours des annŽes 1989 ˆ 1991, on peut tenter d'apprŽhender globalement les caractŽristiques principales des formations existantes et chercher ˆ reprŽsenter trs succinctement les diverses propositions selon le schŽma bi-dimensionnel ci-aprs. Sur ce schŽma ou carte, l'axe horizontal permet de situer l'origine de la prŽoccupation ou de la dŽmarche: partir de l'offre proposŽe par les professionnels de l'information  ou partir des besoins manifestŽs par les ingŽnieurs et les Žtudiants. L'axe vertical permet d'identifier la forme pŽdagogique et le degrŽ d'intŽgration de la formation ˆ la ma”trise de l'information dans le cursus des Žtudiants: du simple ajout optionnel d'une action relativement marginale (se limiter ˆ la visite de la bibliothque par exemple) ˆ l'intŽgration trs forte de cette formation dans des enseignements disciplinaires ou mŽthodologiques, avec innovation pŽdagogique.

            Il ressort assez clairement de l'inventaire des formations existantes que celles-ci se positionnent plut™t le long d'une des diagonales du schŽma, mme si certaines expŽriences s'Žcartent nettement de cette "ligne". On peut, en premire analyse, remarquer que les formations proposŽes actuellement s'Žchelonnent, de faon continue, de la stricte sensibilisation aux lieux et outils de la documentation disponible sur le campus ou dans l'Ecole, sans aucune intŽgration  au cursus d'Žtudes,  ˆ la conception de modules pŽdagogiques, crŽditables, touchant le contenu mme des Žtudes d'ingŽnieurs et intŽgrant de faon prŽpondŽrante les aptitudes ˆ la ma”trise des processus d'information.

            En dehors de cet axe "diagonal" fort, on peut identifier des expŽriences basŽes sur des apprentissages avancŽs des outils documentaires (la recherche automatisŽe de rŽfŽrences bibliographiques, par exemple) et proposŽes par les professionnels de l'information, mais restant assez ŽloignŽes des prŽoccupations ou besoins des futurs ingŽnieurs. On peut mentionner, Žgalement, des rŽalisations centrŽes sur des spŽcificitŽs de l'information pour l'ingŽnieur (la propriŽtŽ industrielle et les brevets, la normalisation et les normes,...), mais malheureusement assez souvent proposŽes aux Žtudiants de faon trs optionnelle et donc peu suivies.

 

 

 

 

 

la carte des formations ˆ la ma”trise de l'information

 

 

3-2. Les diverses formations ˆ la ma”trise de l'information

 

            Le panorama des diverses formations proposŽes  fait ressortir une gradation dans l'ambition pŽdagogique et surtout une plus ou moins grande sensibilitŽ ˆ la spŽcificitŽ des besoins en information des ingŽnieurs.

 

3-2-1.Les introductions aux lieux et outils de la documentation

            C'est classiquement ce que font nombre de responsables de bibliothques d'UniversitŽs techniques ou d'Ecoles d'ingŽnieurs et qui est gŽnŽralement dŽcrit sous le vocable d'introduction ˆ la bibliothque (library orientation) ou ˆ la documentation. Il s'agit de faire reconnaitre par les Žtudiants les lieux, les ressources documentaires, les compŽtences des professionnels, les principaux outils.

            GŽnŽralement de courtes durŽes (1 ˆ 3 heures), ces sŽances d'initiation ou d'introduction concernent plut™t des Žtudiants de premire annŽe ou entrant pour la premire fois dans l'Žtablissement. Elles touchent nŽcessairement des effectifs souvent importants, ce qui ne va pas sans poser de problmes pratiques aux organisateurs de ces sŽances d'introduction.

            Elles consistent, en rgle quasi gŽnŽrale en:

                       - des prŽsentations thŽoriques brves de l'institution "bibliothque" et parfois ˆ des aperus sur les enjeux de l'information et de la documentation;

                       - des visites des bibliothques ou centre de documentation, avec commentaires en direct sur les fonds documentaires, sur les modalitŽs d'inscription ou celles de consultation et de prt d'ouvrages ou pŽriodiques, sur les horaires d'ouverture, etc...;

                       - des prŽsentations des principaux outils (fichiers, catalogues, bases de donnŽes,...) avec parfois de petits exercices pour tester l'aptitude des Žtudiants ˆ retrouver par eux-mmes certains documents; 

                       - et quelquefois des dŽmonstrations d'interrogations de bases de donnŽes, en ligne ou sur CD-ROM.

            Il est frŽquent que l'on remette aux Žtudiants des documents et de guides ou manuels sur la bibliothque ou le centre de documentation, de mme qu'il est possible de recourir ˆ des moyens audio-visuels ou ˆ des didacticiels pour assurer des prŽsentations plus attrayantes.

            Cette approche de type "library orientation" ou encore d'introduction aux ressources de la bibliothque est classiquement rŽalisŽe par les professionnels de l'information, parfois dans le cadre de crŽneaux horaires prŽvus ˆ cet effet, mais, encore bien souvent, uniquement lorque les Žtudiants ont des disponibilitŽs dans leur  emploi du temps. Elle donne l'occasion de prises de contact entre les Žtudiants et les professionnels de l'information (apprendre ˆ se connaitre).

            Cette dŽmarche prŽliminaire est assez largement systŽmatisŽe dans les Žtablissements des pays anglo-saxons ou d'Europe du Nord ou de l'Est (on peut noter,  par exemple,  le travail important fait dans ce sens ˆ l'Imperial College of Science, Technology and Medicine de Londres, aux UniversitŽs de Technologie d'Helsinki, de Gšteborg-Chalmers, d'Eindhoven ou de Budapest, pour n'en citer que quelques unes). Elle est toutefois moins apprŽciŽe par les Žtudiants des pays de l'Europe du Sud qui considrent souvent ces introductions comme peu conformes ˆ l'image qu'ils se font de leur futur r™le d'ingŽnieur et d'un intŽrt restreint par rapport ˆ des enseignements scientifiques de haut niveau.

 

3-2-2.Les formations aux recherches et pratiques documentaires

            Au delˆ des introductions aux possibilitŽs offertes par les bibliothques et les centres de documentation, certains Žtablissements proposent ˆ leurs Žtudiants de courts sŽminaires ou rencontres (d'une durŽe d'un ˆ trois jours en gŽnŽral) qui visent ˆ les rendre plus efficaces dans le maniement des outils bibliographiques, dans la codification de rŽfrences documentaires ou dans la collecte de donnŽes ou documents.

            L'utilisation des outils propres de catalogage, la prŽsentation des sources documentaires du domaine concernŽ, l'interrogation de bases de donnŽes bibliographiques sont quelques uns des aspects pratiques de ces modules de formation.

            Il faut noter que ces formations sont d'autant plus apprŽciŽes par les Žtudiants qu'elles se dŽroulent dans le phase terminale des Žtudes et qu'elles peuvent tre organisŽes autour des projets personnels ou de groupes. L'utilisation des technologies modernes de l'information (recherche en ligne, CD-ROM, gestion Žlectronique de documents, tŽlŽcopie, rŽseau RNIS, courrier Žlectronique,...) renforcent la motivation des Žtudiants futurs ingŽnieurs, pour ces modules de formation et paradoxalement peuvent redonner le gožt pour des recherches manuelles de documentation, auparavant considŽrŽes comme fastidieuses ou d'un autre ‰ge.

            L'insertion de ces sŽminaires sur la recherche documentaire dans les emplois du temps est hautement souhaitable et dans certains cas ils peuvent donner lieu ˆ Žvaluation et ˆ validation de crŽdits.

            Les professionnels de l'information de l'Žtablissement sont gŽnŽralement les organisateurs de ces sŽminaires de formation, avec dans certains cas la coopŽration d'enseignants de disciplines scientifiques et techniques.

             Si pour l'essentiel, la cible visŽe reste les Žtudiants en fin de cursus (obtention du dipl™me d'ingŽnieur), il faut mentionner toutefois l'intŽrt tout particulier de ces sŽminaires ou formations pour les enseignements de post-graduation, comme notamment les Masters of Science ou les DEA - Dipl™mes d'Etudes Approfondies - en France.

            Un Žcueil important ˆ Žviter dans ce genre de formation, et plus prŽcisŽment dans l'apprentissage de la recherche documentaire automatisŽe, rŽside dans la trop forte volontŽ que pourrait avoir le professionnel de l'information ˆ expliquer les subtilitŽs des "Žquations documentaires" et de l'algbre de Boole ˆ des Žtudiants, de formation scientifique, qui ma”trisent dŽja trs bien les jeux conceptuels permis par la ThŽorie des Ensembles et les opŽrateurs logiques.

  

3-2-3.Les formations ˆ des aspects spŽcifiques de l'information

            Plus ambitieux et plus originaux sont les modules spŽcifiques de formation, structurŽs sous forme d'unitŽs de valeur compltes et visant ˆ faire prendre en compte, dans un cursus, l'acquisition d'une compŽtence relative ˆ tout ou partie d'un processus de ma”trise de l'information de l'ingŽnieur. De tels modules, validŽs au mme titre qu'un module de mathŽmatiques, de langues ou de conception de routes, s'inscrivent dŽjˆ dans une logique de gestion professionnelle de l'information utile ˆ l'ingŽnieur. Ils peuvent appara”tre dans certains cas comme le prolongement naturel des formations traditionnelles ˆ la recherche documentaire, mais peuvent aussi s'en Žloigner radicalement.

            A titre d'exemple, il est possible de mentionner les modules offerts au Conservatoire National des Arts et MŽtiers ˆ Paris, sur  l'acquisition, la gestion, l'utilisation et la communication de l'information scientifique et technique, ou ceux relatifs ˆ l'information stratŽgique, ˆ la normalisation ou ˆ la propriŽtŽ industrielle.  C'est notamment sur ces derniers thmes que sont proposŽs des modules originaux de formation aux Žtudiants d'Ecoles d'ingŽnieurs: les brevets, les normes, les certifications constituent autant de sources essentielles d'information et autant d'instruments indispensables pour la dŽfense des intŽrts individuels ou collectifs.

            La veille stratŽgique, la veille technologique, sont Žgalement des sujets apprŽciŽs par les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ travers de tels modules, surtout s'ils peuvent manipuler quelques outils statistiques (traitement des citations, cartographies des rŽfrences bibliographiques,...) permettant de reprer les sources actives de connaissances et les Žvolutions des problŽmatiques de recherche et d'innovation.

            Les recherches documentaires, manuelles ou non, inscrites dans une plus large perspective de ma”trise des sources d'information d'un secteur professionnel donnŽ, peuvent constituer la base de modules originaux de formation, bien insŽrŽs dans les programmes de formation d'ingŽnieurs de spŽcialitŽ.

            La communication spŽcialisŽe, la rŽdaction scientifique et technique, la lecture efficace sont autant de thmes qui apparaissent, ici ou lˆ, comme modules spŽcifiques de formation.

            De tels modules peuvent reprŽsenter de 20 ˆ 50 heures de formation et inclure une part importante de travail personnel des Žtudiants (avec validation). Ils peuvent se dŽrouler en une seule ou en plusieurs sŽquences et se rŽpartir sur plusieurs niveaux de formation.

            La formation est assurŽe la plupart du temps par des Žquipes mixtes, comportant des enseignants de l'Žtablissement, des professionnels internes de l'information et de la documentation et des experts extŽrieurs. 

3-2-4.Les intŽgrations disciplinaires ou mŽthodologiques

            Un quatrime groupe d'actions de formation ˆ la ma”trise de l'information renvoie ˆ une dŽmarche plus ambitieuse d'intŽgration de cette formation dans des enseignements ou ensembles d'enseignements existants par ailleurs.

            L'information apparait alors comme un ŽlŽment essentiel ˆ prendre en compte dans ces enseignements et s'intŽgre pŽdagogiquement de faon naturelle.

            Il peut notamment s'agir d'insertion dans des enseignements disciplinaires donnŽs comme par exemple des cours sur les composants Žlectroniques, l'agronomie  ou  la chimie. A l'Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes, une telle dŽmarche a ŽtŽ dŽveloppŽe dans le cadre de l'enseignement de matŽriaux, avec un  travail personnel important des Žtudiants consistant en recherches d'informations et de documents sur les diffŽrents aspects dŽveloppŽs dans le cours.

            L'intŽgration de la formation ˆ la ma”trise de l'information peut se faire assez naturellement Žgalement dans les enseignements de gestion offerts aux futurs ingŽnieurs. La ma”trise des ressources informationnelles ne rentre-t-elle pas logiquement dans la perspective d'un management efficace des ressources de l'entreprise?

            L'insertion dans des enseignements ˆ caractre mŽthodologique parait aussi trs prometteuse. Il est en effet trs clair que la mobilisation de l'information utile est une des composantes essentielles des dŽmarches de rŽsolution de problmes et de crŽativitŽ. La ma”trise de l'information est au coeur des mŽthodes de la         prise de dŽcision comme elle l'est dans les plans de travail dŽveloppŽs dans les groupes d'analyse de la valeur ou dans les cercles de qualitŽ. Il est frŽquent de voir, ˆ l'occasion d'un enseignement sur l'analyse de la valeur, les Žtudiants se prŽoccuper trs sŽrieusement des processus d'information dans l'entreprise, voire mme de constituer des "modles informationnels" des produits de l'entreprise.

            L'information et la documentation sont Žgalement prŽsentes dans les formations relatives ˆ la crŽation de produits, au "design", ˆ l'innovation  ou encore ˆ la gestion de la technologie. N'est ce pas ˆ l'occasion de tels enseignements trs concrets que l'on peut le mieux faire recourir les Žtudiants ˆ des banques de donnŽes de matŽriaux ou de technologies, ˆ des catalogues ou rŽpertoires industriels, ˆ l'analyse des produits de la concurrence, aux brevets et aux normes, aux marques et aux dessins?

            Les formations relatives ˆ la communication, de plus en plus systŽmatiquement dŽveloppŽes dans les Žtudes d'ingŽnieurs (l'ingŽnieur est un communicant par nŽcessitŽ professionnelle) sont souvent l'occasion d'un Žlargissement des prŽoccupations ˆ l'ensemble des problmes de l'information. La rŽdaction des Žcrits scientifiques, la prŽparation ˆ la prŽsentation de confŽrences orales, la communication mŽdiatisŽe et la production et l'usage de moyens audiovisuels, la ma”trise des nouvelles technologies de communication constituent autant de points d'accroche pour des formations intŽgrŽes information-communication.

            Puisque l'ordinateur est dŽsormais au coeur des pratiques professionnelles de tous les ingŽnieurs, n'est-il pas aussi possible d'imaginer des formations  originales , qui partant  de l'outil (micro-ordinateur comme gros systmes), s'Žlargissent ˆ de vŽritables problŽmatiques de la ma”trise de l'information spŽcialisŽe. Quels liens et quelles logiques existent entre traitement de texte, recherche automatisŽe d'information, traitement statistique de l'information, constitution de bases et banques de donnŽes personnelles ou collectives, archivage Žlectronique ou gestion Žlectronique de documents, enseignement assistŽ par ordinateur et CD-ROM, outils de simulation, conception et fabrication assistŽe par ordinateur (CAO, CFAO), systmes d'information gŽographique (GIS), systmes d'aides ˆ la dŽcision (decision support systems), traduction automatique et industrie de la langue...?

            L'apprentissage de la ma”trise des processus de l'information s'intgre finalement trs bien, dans des travaux de nature trans- ou interdisciplinaires. La recherche, la mobilisation, le traitement, la gestion et la diffusion de l'information sont autant de maillons d'une cha”ne d'actions collectives auxquelles les Žtudiants futurs ingŽnieurs peuvent tre initiŽs et mme formŽs. Il va de soi que ces formations, innovantes et ambitieuses, impliquent plusieurs partenaires dans l'Žtablissement et surtout du travail en Žquipe et un refus du cloisonnement disciplinaire (les exemples fournis par l'Ecole des Mines, ˆ Paris en attestent largement). Elles touchent la plupart du temps des Žtudiants en fin de cursus ou des Žtudiants du cycle doctoral et sont vŽritablement plŽbiscitŽes par les jeunes qui les suivent. Elles sont enfin le signe d'Žvolutions profondes du systme de formation des ingŽnieurs et doivent tre aujourd'hui plus particulirement observŽes.

 

3-2-5.Les formations pour la double compŽtence

            Ce cas de figure particulier concerne des populations d'ingŽnieurs dŽja dipl™mŽs ou de futurs ingŽnieurs qui cherchent ˆ acquŽrir une double compŽtence, ˆ savoir une compŽtence dans la spŽcialitŽ de gŽnie d'origine et un certain professionnalisme  dans la ma”trise des processus d'information. De telles formations commencent ˆ se dŽvelopper, pouvant dans certains cas tre considŽrŽes comme de vŽritables concurrences aux formations traditionnelles de spŽcialistes de l'information. Ainsi forme-t-on ˆ l'Institut National Polytechnique de Lorraine, ˆ Nancy, de tels professionnels doublement compŽtents avec l'objectif d'aider les entreprises ˆ mieux rŽsoudre leurs problmes d'information.

            Ces formations, s'adressant ˆ des Žtudiants en fin de cursus pour le dipl™me d'ingŽnieur, leur permet de s'orienter vers les mŽthodes de management de l'information. Les Žtudiants peuvent ainsi tre amenŽs ˆ traiter l'ingŽniŽrie du systme  d'information dans une entreprise donnŽe (par exemple  Žtablissement des flux d'information sur une grande installation industrielle).

            D'autres formations post-graduŽes visent ˆ l'obtention d'un second dipl™me (Master of Science, DEA, Mastre,...) en ma”trise de l'information aprs un cycle d'Žtudes d'une annŽe environ. Elles permettent trs explicitement l'acquisition d'une double compŽtence, aprs une spŽcialisation de gŽnie donnŽe. Ces formations peuvent appara”tre concurrentes aux formations traditionnelles de spŽcialistes, managers de systmes d'information.

 

3-2-6.Les formations continues pour des ingŽnieurs en activitŽ

            Il ne faudrait pas Žcarter de la rŽflexion les actions qui sont conduites, au niveau de la formation continue, et qui s'adressent ˆ des ingŽnieurs dŽja en activitŽ. Cette prŽoccupation est largement exprimŽe par les organisations d'ingŽnieurs et la tenue de plusieurs confŽrences mondiales consacrŽes ˆ la formation continue des ingŽnieurs tŽmoigne de l'importance de dŽmarches modernes d'actualisation des savoirs et des savoir-faire.

            Ainsi, le Conseil National des IngŽnieurs et Scientifiques de France a-t-il rŽcemment entrepris, avec l'aide des pouvoirs publics un inventaire systŽmatique des actions de formation continue s'adressant ˆ des ingŽnieurs et se focalisant sur la ma”trise des processus d'information. De telles actions existent aussi en IndonŽsie, en Finlande, dans certains pays d'Europe centrale et sont envisagŽs dans les pays du Maghreb. En rgle gŽnŽrale, ces formations sont peu nombreuses et se consacrent ˆ des problŽmatiques classiques comme la propriŽtŽ industrielle, la normalisation et Žventuellement l'utilisation des bases et banques de donnŽes spŽcialisŽes. La veille technologique ou stratŽgique commence ˆ faire son apparition dans les programmes des organismes de formation continue.

            Le programme proposŽ par le Centre de Formation Continue de l'UniversitŽ de Technologie d'Helsinki, est, ˆ bien des Žgards, un modle transposable dans beaucoup de pays. En gŽnŽral, les formations dispensŽes le sont soit par des spŽcialistes d'UniversitŽs techniques, soit par des experts des organisations nationales d'ingŽnieurs.

 

 

3-3. La formation ˆ l'information et l'ingŽnieur de demain

 

            Comment l'information va-t-elle transformer les conditions de travail de l'ingŽnieur de demain? Vers quel profil d'ingŽnieur se dirige-t-on?

            Ces questions montrent que l'on ne peut s'interroger sur  la formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise des processus de l'information sans que soit posŽe la question-mme de la formation de l'ingŽnieur de demain.

            L'ingŽnieur du XXIme sicle sera de plus en plus confrontŽ ˆ des dŽmarches nouvelles de mobilisation de la connaissance,  requŽrant des mŽthodes de comprŽhension d'une rŽalitŽ de plus en plus complexe. Les formations ˆ la ma”trise de l'information pour les ingŽnieurs doivent donc impŽrativement  anticiper ( peut-tre plus modestement  rattraper ) certaines Žvolutions.

 

3-3-1.La dŽmarche qualitŽ

            Elle est  aujourd'hui largement ancrŽe dans les pratiques des entreprises performantes . Or cette dŽmarche qualitŽ est un processus permanent de ma”trise de l'information. Le contr™le de la  qualitŽ, les cercles de qualitŽ , la qualitŽ  globale , l'assurance qualitŽ, la fiabilitŽ, la sŽcuritŽ du fonctionnement, toutes ces approches nŽcessitent une parfaite mobilisation et un traitement efficace de l'information. La confrontation d'informations et de documents en provenance de diffŽrents secteurs de l'entreprise ou de l'environnement extŽrieur, l'analyse statistique des donnŽes disponibles, l'expression lŽgitime des salariŽs, l'analyse de la valeur sont autant de pices du puzzle "information spŽcialisŽe" ˆ relier ˆ la dŽmarche qualitŽ.

            C'est la raison pour laquelle la formation des Žtudiants futurs ingŽnieurs ˆ la ma”trise des processus d'information peut tre profondŽment transformŽe ˆ travers sa mise en relief dans la dŽmarche qualitŽ.

 

3-3-2.Les mŽthodologies de travail

            Celles-ci et plus particulirement les mŽthodologies dites de rŽsolution de problmes (problem  solving) et d'analyse de systme sont dŽsormais amplement utilisŽes par les entreprises compŽtitives. Des mŽthodes telles que l'analyse de la valeur ou les techniques de crŽativitŽ ont fait leurs preuves et tŽmoignent de l'intŽrt portŽ au travail de groupe ou encore ˆ la notion de plan de travail pour la rŽsolution d'un problme . Toutes ces mŽthodes ont un point en commun: l'indispensable ma”trise de l'information. L'information est la ressource clŽ de ces mŽthodologies de l'efficacitŽ.

            La performance d'un groupe de travail pluridisciplinaire vient de son aptitude ˆ mobiliser, ˆ traiter et ˆ reformuler l'information disponible, en temps opportun. Il y a un lien essentiel entre mŽthodologie  et information , lien que les ingŽnieurs n'ont pas encore compltement dŽcouvert mais que des formations ˆ la ma”trise stratŽgique de l'information doivent rŽvŽler.

 

3-3-3.L'ingŽnierie de l'information et de la connaissance

            Cette problŽmatique nouvelle constitue une troisime composante d'Žvolution du mŽtier de l'ingŽnieur. Intelligence artificielle et systmes experts sont dŽsormais des mots clŽs  du travail de l'ingŽnieur.  Derrire ou en amont de la machine, il faut aujourd'hui davantage  de  connaissance, de savoir, de matire grise et surtout de beaucoup de donnŽes. Il faut disposer de bases ou banques de faits et de lois de relations entre ces faits. Dans cette perspective, la formation ˆ la ma”trise stratŽgique de l'information s'articule parfaitement avec une nouvelle ingŽnierie de l'information et de la connaissance, qui d'une faon ou d'une autre renvoie au processus de la prise de dŽcision.

 

3-3-4.La multiplicitŽ et la rencontre fertile des cultures

            La mondialisation de l'Žconomie, l'ouverture des frontires, la circulation des hommes et des biens introduisent une nouvelle donnŽe ˆ prendre en compte dans toute prospective de la formation des ingŽnieurs. Les responsables de formations d'ingŽnieurs ont imposŽ, depuis plusieurs annŽes dŽjˆ, l'apprentissage systŽmatique des langues Žtrangres ˆ leurs Žtudiants. De la mme manire, aujourd'hui, la connaissance de donnŽes de marketing international devient une nŽcessitŽ. La conception, la rŽalisation, la commercialisation des divers produits industriels impliquent des acteurs rŽpartis sur toute la plante et imposent donc ˆ l'ingŽnieur de savoir travailler avec des partenaires d'origines, de cultures et de langues diffŽrentes.

            La ma”trise stratŽgique de l'information pour les ingŽnieurs, c'est aussi cette rŽalitŽ de la confrontation efficace des cultures et des langues. Mais c'est aussi prendre en considŽration la nŽcessitŽ de bien gŽrer les flux trans-frontires de donnŽes et de travailler ˆ l'Žchelle planŽtaire, tout en sachant que les besoins des hommes et de la sociŽtŽ s'expriment en tout premier lieu au niveau de son propre village.


 

4 - DES RECOMMANDATIONS POUR L'ACTION

 

            Pour assurer la rŽussite des actions de formation ˆ la ma”trise de l'information dans un Žtablissement d'enseignement supŽrieur formant des ingŽnieurs,  plusieurs conditions doivent tre respectŽes. Elles concernent aussi bien la dŽfinition d'une politique explicite en la matire, que le cadrage gŽnŽral de ces actions par rapport aux objectifs mmes de la formation d'ingŽnieurs, ou encore qu'une juste conception des actions adaptŽes aux phases des Žtudes. De mme, des conditions s'imposent en ce qui concerne les moyens pŽdagogiques ˆ mettre en oeuvre, les Žquipes enseignantes ou  l'utilisation des technologies nouvelles.  Enfin, en Žlargissant la problŽmatique, diverses mesures d'ordre gŽnŽral, aux niveaux locaux, nationaux ou internationaux sont hautement souhaitables, pour donner les meilleurs chances ˆ des dŽmarches   qui restent difficiles ˆ mettre en oeuvre au quotidien et souvent marginales dans les prŽoccupations des responsables des formations d'ingŽnieurs.

            Les recommandations suivantes Žmanent d'une quinzaine de spŽcialistes consultŽs en 1990 et 1991 ou reprennent des propositions formulŽes dans divers sŽminaires internationaux, dont notamment la rŽunion d'experts sur la formation des utilisateurs dans l'enseignement supŽrieur, organisŽe par l'UNISIST ˆ Espoo (Finlande) en aožt 1990.

 

4-1.DES GRANDS PRINCIPES DIRECTEURS

           

            a) La ma”trise de l'information doit tre considŽrŽe comme une composante intŽgrale essentielle de l'enseignement supŽrieur technologique et de la formation des ingŽnieurs.

 

            b) Les Žtudiants doivent avoir pris conscience que l'obtention du dipl™me d'ingŽnieur n'est qu'un commencement ˆ la vie professionnelle et qu'ils devront continuer leur formation en suivant des sŽminaires de formation continue ou des confŽrences; ils devront de mme continuer ˆ s'informer et se documenter et perfectionner en permanence leurs connaissances.

 

            c) Tous les Žtudiants, futurs ingŽnieurs,  doivent avoir suivi obligatoirement, au cours de leurs Žtudes, un programme de formation leur permettant de bien ma”triser le flux des informations,  de savoir par lˆ-mme rŽsoudre les problmes et de rester, en permanence, au meilleur niveau de la connaissance.

 

 

            d) La formation ˆ la ma”trise de l'information doit concerner tous les membres des Žtablissements d'enseignement supŽrieur technologique ou des Ecoles d'ingŽnieurs et tenir compte des besoins spŽcifiques de chacune des catŽgories intŽressŽes (Žtudiants, enseignants, chercheurs, personnels administratifs).

 

4-2.LE RESPECT DES SPECIFICITES

 

            a) Les formations ˆ la ma”trise de l'information doivent  tenir compte des spŽcificitŽs de chaque pays, de chaque contexte disciplinaire et de chaque Ecole d'ingŽnieurs.

 

            b) Les formations ˆ la ma”trise de l'information doivent tre conues en tenant compte de la spŽcificitŽ mme des Žtudes d'ingŽnieur et de la valeur intrinsque de l'information pour l'ingŽnieur. Ces formations ne doivent pas avoir pour but de persuader les Žtudiants d'utiliser les bibliothques ˆ cette seule fin, mais doivent les amener ˆ prendre conscience des enjeux et des potentialitŽs d'une bonne ma”trise des  processus de l'information.

 

4-3.LES OBJECTIFS A ATTEINDRE

 

            a) Les Žtudiants, futurs ingŽnieurs doivent percevoir le r™le essentiel de l'information spŽcialisŽe dans la sociŽtŽ actuelle et son impact sur l'innovation technique et sociale, sur l'orientation de la recherche, sur l'Žvolution des mŽthodes techniques ainsi que sur le dŽveloppement industriel. Ils doivent Žgalement percevoir l'importance des donnŽes de diverses natures, textuelles, factuelles et numŽriques et les relations informationnelles de plus en plus fortes entre science, ingŽniŽrie et technologie.

 

            b) Les Žtudiants sauront explorer le systme spŽcifique d'information spŽcialisŽe de l'ingŽnieur et percevoir le r™le jouŽ dans ce systme par les diverses sources d'information. Ils seront aptes ˆ poser correctement un problme, ˆ accder ˆ l'information utile et ˆ prŽsenter leurs rŽsultats de faon efficace. Enfin ils sauront utiliser au mieux les bibliothques et les autres moyens de documentation, et plus particulirement les systmes  informatisŽs de recherche documentaire.

 

            c) Les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, seront initiŽs ˆ la veille informative, stratŽgique ou technologique, et stimulŽs, par une bonne ma”trise des meilleures ressources d'information, ˆ inventer et ˆ innover.

 

            d) Les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, seront capables de s'informer, en travaillant de faon autonome mais aussi en groupe, et disposeront , par lˆ-mme, d'une meilleure formation aux mŽthodes de travail. La composante principale d'une formation d'ingŽnieurs devant tre de nature mŽthodologique, il convient d'inciter les Žtudiants ˆ recourir aux dŽmarches heuristiques les plus riches et les plus efficaces  en  matire d'information. De mme doit tre stimulŽe la dŽcouverte des milieux diffŽrents (l'entreprise, les autres cultures et les autres disciplines). La communication sous toutes ses formes (orale, Žcrite, audio-visuelle, tŽlŽmatique,...), la dynamique des groupes mixtes, la ma”trise des langues sont autant de composantes d'une formation ˆ la mŽthodologie de l'information active.

 

            e) Les Žtudiants auront acquis des attitudes et des aptitudes  utiles tout au long de la carrire de l'ingŽnieur, notamment celles relatives ˆ la prise de dŽcision et ˆ la rŽsolution de problmes et surtout le dŽsir de continuer ˆ s'informer et ˆ se former.

 

4-4.LES NIVEAUX DES FORMATIONS

 

La formation ˆ la ma”trise de l'information doit tre dŽveloppŽe sur au moins trois niveaux.

 

            a) Au cours de la premire annŽe, si possible ds l'entrŽe ˆ l'UniversitŽ technique,  il faut apprendre aux Žtudiants dŽbutants, futurs ingŽnieurs, ˆ frŽquenter la bibliothque de l'UniversitŽ et ˆ en utiliser les outils, ˆ rechercher des rŽfŽrences et ˆ localiser des ouvrages ou documents divers.

 

            b) Plus tard, en milieu ou en fin de scolaritŽ, il convient de dŽvelopper des apprentissages conduisant ˆ une qualification en matire de ma”trise des moyens d'information spŽcialisŽe et de stockage de la documentation utiles au travail personnel des Žtudiants: rŽalisation de recherches documentaires ou informationnelles dans un domaine spŽcialisŽ d'Žtudes, Žtablissement de bibliographies et de synthses, ouverture sur des aspects spŽcifiques de l'information pour l'ingŽnieur (normes, brevets, littŽrature technico-commerciale,...) ou sur la veille informative.

           

            c) Aprs le dipl™me ou au niveau des Žtudes post-graduŽes ou doctorales, les Žtudiants doivent tre formŽs ˆ la recherche avancŽe d'informations en utilisant les technologies et les sources les plus performantes, tre prŽparŽs ˆ  la  production et ˆ la communication des connaissances spŽcialisŽes et ˆ la rŽdaction de textes scientifiques et techniques ou de documents techniques d'ingŽnieurs.

 

4-5.LES CONTENUS DES FORMATIONS

 

            a) La formation doit favoriser une approche globale de la ma”trise de l'information, en recherchant autant que possible une coordination de toutes les composantes de l'information et de la communication spŽcialisŽes, de la recherche de l'information pertinente au traitement de l'information et de la documentation ou ˆ l'Žlaboration de synthses, en passant par les diffŽrentes formes de communication Žcrites, orales ou visuelles ou encore  par la ma”trise des langues Žtrangres.

 

            b) La formation doit contenir divers modules d'initiation  ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe: mŽthodologie de la recherche technologique, rŽdaction scientifique et technique, publications spŽcialisŽes, etc... Ces modules peuvent comporter des confŽrences et des apprentissages pratiques relatifs ˆ l'usage des bibliothques et services d'information ou de documentation. Des travaux personnels doivent tre demandŽs aux Žtudiants, notamment pour les recherches documentaires et  l'Žlaboration de rŽsumŽs et de synthses.

 

            c) Les Žtudiants, futurs ingŽnieurs,  devront faire de nombreux exercices diffŽrents portant sur des recherches d'information sur diffŽrents sujets, sur l'Žlaboration de rŽsumŽs relatifs ˆ des publications scientifiques et techniques, ˆ de la littŽrature technico-commerciale, ˆ des projets techniques, sur la prŽparation de revues, de synthses  ou d'Žtats de l'art et sur la mise en forme de l'information utile ˆ la prise de dŽcision.

 

            d) Un aspect important sera constituŽ par une formation aux mŽthodes utiles aux sciences de l'information pour l'ingŽnieur et plus particulirement la dynamique des systmes d'information les techniques statistiques ou probabilistes appliquŽes ˆ l'information, les mŽthodes des sciences sociales comme par exemple la mŽthode d'analyse de contenu.

 

            e) Les Žtudiants acquŽrront Žgalement une ma”trise suffisante des systmes d'information, en insistant sur les approches systŽmiques, sur la dŽfinition des niveaux d'analyse, sur la comprŽhension et la spŽcification des besoins en information, sur l'Žvaluation des services offerts par les professionnels et sur les cožts d'obtention  de l'information.

 

            f) Enfin, les Žtudiants sauront percevoir le r™le nouveau jouŽ par l'ordinateur et bien distinguer les systmes d'information des machines traitant l'information (l'informatique). On soulignera l'importance du codage de l'information et du management des systmes d'information (la gestion des fichiers, l'archivage des donnŽes, l'organisation des accs ˆ l'information et  l'utilisation des outils de tŽlŽcommunications et des rŽseaux).

 

4-6.LES PEDAGOGIES PERTINENTES

 

            a) On s'efforcera de multiplier et croiser les moyens d'investigation, d'explorer toutes les techniques de la documentation, de faire appel ˆ des services d'information et ˆ des partenaires industriels ou ingŽnieurs aussi divers que possibles.

 

            b) On Žvitera de centrer les formations sur des approches trop instrumentales ou manipulatoires de la documentation et on dŽveloppera plut™t des activitŽs concrtes caractŽristiques de celles de l'ingŽnieur devant s'informer et se documenter.

 

            c) Il convient de motiver les Žtudiants en les faisant travailler sur des questions correspondant ˆ des problmes rŽels et notamment sur des sujets qu'ils ont ˆ traiter dans le cadre de leurs Žtudes.

 

            d) On privilŽgiera les activitŽs d'apprentissage dans lesquelles les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, jouent un r™le actif en profitant au maximum de l'expŽrience vŽcue, de leurs travaux personnels, des stages industriels qu'ils rŽalisent.

 

            e) On fera travailler autant que possible les Žtudiants en Žquipes et non pas individuellement, de faon ˆ faire gagner du temps, ˆ rŽduire les erreurs et surtout ˆ dŽvelopper la crŽativitŽ. Ce travail en Žquipe n'est pas incompatible avec le dŽveloppement de l'autonomie des Žtudiants dans l'accs ˆ l'information.

 

            f) Il faut dŽvelopper le sens de l'Žtonnement, de la curiositŽ et de la dŽcouverte et accompagner les formations trop dŽductives (comme par exemple la recherche logique de documents ˆ travers des fichiers) par des activitŽs favorisant la crŽativitŽ inductive (par exemple, dŽcouvrir des sources non connues, inventer des modalitŽs appropriŽes de gestion de l'information,...).

 

            g) Il est essentiel de prŽvoir une Žvaluation du travail des Žtudiants, en demandant ˆ ceux-ci de prŽparer des documents de synthse et prŽsenter des exposŽs relatifs aux sujets traitŽs.

 

4-7.L'INTEGRATION INFORMATION-FORMATION

 

            a) La formation ˆ la ma”trise de l'information doit tre pleinement intŽgrŽe au cursus de formation, de faon progressive et adaptŽe au niveau et ˆ l'orientation des Žtudes.

 

            b) La formation dispensŽe doit tre en relation directe avec les programmes d'Žtudes des futurs ingŽnieurs, de faon ˆ accroitre leur motivation, tre intŽgrŽe au cursus et faire l'objet d'une Žvaluation prise en compte dans la sanction des Žtudes.

 

4-8.L'UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

 

            a) La formation ˆ la ma”trise de l'information dans l'enseignement supŽrieur technologique doit tenir pleinement compte des avancŽes des technologies de l'information et de la communication, de faon ˆ permettre aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs, de faire le meilleur usage des ressources et services d'information disponibles dans leur institution et ˆ l'extŽrieur de celle-ci.

 

            b) Il convient d'encourager les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ utiliser les meilleurs moyens d'information aujourd'hui disponibles, les  technologies de l'information les plus efficaces, les services les plus performants et les  familiariser avec ces nouvelles approches, mme si ces activitŽs entra”nent des dŽpenses importantes.

 

4-9.LES ACTEURS DES FORMATIONS A L'INFORMATION

 

            a) DŽvelopper des Žquipes pŽdagogiques mixtes composŽes de spŽcialistes de l'information, d'enseignants des disciplines de gŽnie, d'ingŽnieurs  et de personnalitŽs extŽrieures pour favoriser l'apport d'Žclairages spŽcifiques et la confrontation de points de vue diffŽrents. Rechercher pour la formation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, la meilleure coopŽration entre le corps enseignant et le centre de documentation ou la bibliothque.

 

            b) ConsidŽrer la formation ˆ la ma”trise de l'information comme une mission essentielle des professionnels de l'information (bibliothŽcaires, spŽcialistes de l'information, documentalistes ou archivistes) qui travaillent dans les institutions d'enseignement supŽrieur concernŽes, UniversitŽs techniques ou Ecoles d'ingŽnieurs.

            c) Constituer, Žventuellement, des entitŽs pŽdagogiques spŽcifiques (chaires ou toutes autres formules) responsables de la conception, de la mise en oeuvre et de dŽveloppement des  programmes de formation ˆ la ma”trise de la formation et de la rŽalisation des supports didactiques appropriŽs.

 

4-10.LES MOYENS NECESSAIRES

 

            a) Disposer dans l'UniversitŽ technique ou l'Ecole d'ingŽnieurs, de bonnes infrastructures documentaires, de rŽelles compŽtences professionnelles et de moyens techniques suffisants, adaptŽs au type d'Žtablissement concernŽ, pour tout ce qui concerne l'accs ˆ l'information et ˆ la documentation spŽcialisŽes.

 

            b) Disposer d'un budget minimal pour l'interrogation de bases de donnŽes, pour l'accs ˆ des documentations externes ˆ l'Žtablissement et pour l'acquisition des documents utiles ˆ la formation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs.

 

            c) DŽvelopper des guides pratiques, des modules et matŽriels pŽdagogiques pouvant tre mis ˆ disposition des Žtudiants sous diffŽrentes formes (modules d'enseignement assistŽ par ordinateur, vidŽogrammes, publications) et notamment inciter les enseignements et les chercheurs des Ecoles d'ingŽnieurs ˆ rŽaliser des produits d'information et de formation aisŽment transfŽrables ou Žchangeables ou ˆ alimenter des banques de cas et des bases de donnŽes didactiques.

 

            d) Concevoir des postes d'auto-apprentissage pour  les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, facilitant l'accs ˆ l'information, son traitement et sa diffusion. Des travaux sont ˆ mener dans ce sens en partenariat avec des industriels pour concevoir des postes intelligents d'auto-apprentissage intŽgrant divers outils de gestion de l'information et pouvant tre utilisŽs par les Žtudiants tout au long de leur scolaritŽ. Aprs l'obtention du Dipl™me d'ingŽnieur, les Žtudiants pourraient conserver l'essentiel du patrimoine ainsi accumulŽ et l' actualiser au cours de leur vie professionnelle,.

 

4-11.DES STRUCTURES A INVENTER

 

            a) Offrir un environnement qui stimule les aptitudes ˆ la veille informative et  technologique chez les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, et qui les encourage ˆ innover. Des parcs technologiques, en pŽriphŽrie des UniversitŽs techniques ou des Ecoles d'ingŽnieurs peuvent permettre dans ce sens d'utiles contacts avec l'industrie de pointe.

 

            b) Mettre en place au niveau des rŽgions ou des grandes unitŽs urbaines des centres ou systmes de ressources informationnelles et pŽdagogiques ˆ caractre polytechnique. Ces Žquipements lourds, bibliothques universitaires d'un nouveau type, vŽritables machines ˆ dispenser de l'information structurante, consultables par des Žtudiants de diverses origines, sur place ou ˆ distance, pourraient  faciliter l'accs individualisŽ ou collectif ˆ l'information-connaissance, la confrontation des sources de savoir, assurer le contr™le des acquis et assister les Žtudiants dans leurs propres dŽveloppements d'outils personnels de gestion de leur patrimoine informationnel.

 

4-12.LES DEMARCHES A SUIVRE

 

            a) Inscrire les actions de sensibilisation et de formation ˆ la ma”trise de l'information dans la durŽe, c'est ˆ dire tout au long du processus de formation et selon des programmes pluriannuels. Renforcer la formation pendant tout le cursus, par un ensemble cohŽrent d'approches complŽmentaires de l'information.

 

            b) Ne pas hŽsiter ˆ faire des actions leviers, dŽmonstratives, pour faire Žvoluer les structures et changer les mentalitŽs. Lutter contre la routine en matire de formation ˆ l'information.

 

            c) Paralllement aux actions d'Žclat, s'attacher ˆ mener ˆ bien des actions structurelles et de longue haleine pour favoriser l'efficacitŽ et la rŽussite des programmes.

 

            d) Mettre en valeur les programmes de formation qui rŽussissent, publier et faire connaitre les expŽriences convaincantes, favoriser la stratŽgie du succs et obtenir par lˆ-mme l'adhŽsion du plus grand nombre possible de partenaires.

 

4-13.D'AUTRES ACTIONS, EN ACCOMPAGNEMENT

 

            a) Sensibiliser trs t™t les Žlves de l'enseignement secondaire, avant l'entrŽe ˆ l'UniversitŽ, aux dŽmarches ŽlŽmentaires d'information et de documentation.

 

            b) VŽrifier au moment de l'entrŽe ˆ l'UniversitŽ ou lors du recrutement des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, le niveau de ma”trise des mŽthodologies de documentation et d'information, en organisant Žventuellement des Žpreuves d'admission faisant ressortir les aptitudes ˆ acquŽrir et traiter l'information.

 

            c) Dispenser des formations adŽquates aux professionnels de l'information, en formation initiale comme en formation continue, de faon ˆ ce qu'ils puissent assumer pleinement leur responsabilitŽ de formateur dans l'Ecole d'ingŽnieurs ou l'UniversitŽ technique dans laquelle ils exercent leur activitŽ.

 

4-14.LES ORGANISATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES

 

            a) Les organisations intergouvernementales et non-gouvernementales doivent promouvoir, aux niveaux nationaux, rŽgionaux ou internationaux, la formation ˆ la ma”trise de l'information dans l'enseignement supŽrieur et notamment dans les Ecoles d'ingŽnieurs et les UniversitŽs techniques.

 

            b) Des programmes nationaux ou internationaux doivent tre crŽŽs pour dŽvelopper de nouvelles approches relatives aux formations d'ingŽnieurs et ˆ la ma”trise de l'information. Des programmes publics nationaux ou internationaux ( et par exemple europŽens) d'aides ˆ la crŽation de nouveaux dispositifs de transfert de savoir sont indispensables. Ces programmes nationaux ou internationaux spŽcifiques devraient encourager l'Žmergence de formations basŽes prioritairement sur des modalitŽs modernes de ma”trise de l'information.

 

            c) Le recueil et l'Žtude comparative des expŽriences de formation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe doivent tre poursuivis, tant aux niveaux nationaux qu'internationaux. La diffusion des travaux sur le sujet doit tre facilitŽe et les transferts de savoir-faire entre les diffŽrents secteurs d'enseignement supŽrieur professionnel encouragŽs.


 

  ***  

 

DEUXIEME PARTIE

 

 

 

EXEMPLES, EXPERIENCES ET TEMOIGNAGES POUR PENSER ET CREER  DES FORMATIONS A LA MAITRISE DE L'INFORMATION

 

 


 

1 - DES PROGRAMMES GENERAUX DE SENSIBILISATION

 

            La plupart des bibliothques des grandes UniversitŽs techniques proposent rŽgulirement aux Žtudiants des dŽpartements ou facultŽs de gŽnie des programmes variŽs d'actions de sensibilisation et de formation ˆ l'usage des ressources documentaires disponibles sur le campus.

 

1-1.Introduction ˆ l'usage de la bibliothque et des ressources documentaires  ˆ l'UniversitŽ de Technologie de Twente (Pays-Bas)

 

Nature de l'action

Sensibilisation des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, aux possibilitŽs offertes par la bibliothque, par des confŽrences et des exercices.

 

Description de l'action

            La Bibliothque d'Education et d'Informatique de l'UniversitŽ de Technologie de Twente propose aux Žtudiants des facultŽs des sciences et techniques des confŽrences et des exercices dans le but de les familiariser aux diffŽrents moyens de documentation. Ces sŽances de sensibilisation varient entre 2 heures et demi et 8 heures selon les facultŽs et sont dispensŽes ˆ diffŽrents niveaux de la formation (4 annŽes). Dans certains cas, les cours sont obligatoires.

            Les thmes traitŽs concernent l'utilisation du catalogue public d'accs aux sources en ligne, la recherche des documents sur les rayonnages, l'usage des bibliographies, les stratŽgies de recherche d'information, l'Žcriture de rŽfŽrences ou notices bibliographiquues et parfois la rŽdaction de rapports, enfin l'organisation et les rŽgles de fonctionnement de la Bibliothque de l'UniversitŽ de Twente.

                                                                      (J. BRAAKSMA, Twente, Pays-Bas)

 

1-2.Programmes de sensibilisation et de formation des Žtudiants des UniversitŽs techniques de Pologne ˆ l'utilisation de l'information et de la documentation

 

Cadre de l'action

DiffŽrentes UniversitŽs techniques en Pologne

FŽdŽration des ingŽnieurs et techniciens polonais (NOT)

Nature de l'action

Programmes ˆ plusieurs niveaux, visant ˆ dŽvelopper chez les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, une bonne ma”trise des sources et moyens d'information et de documentation.

           

 

Description de l'action

            Plusieurs UniversitŽs techniques de Pologne (Ecole Polytechnique de Varsovie, UniversitŽ technique de SilŽsie, UniversitŽ technique de Szczecin, AcadŽmie des Mines et de la MŽtallurgie,...) ont mis en place, avec l'aide d'ingŽnieurs de la FŽdŽration des ingŽnieurs et techniciens polonais (NOT), diffŽrents programmes de formation de leurs Žtudiants ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe.

            Ces programmes comportent les actions suivantes:

            a) pour les Žtudiants de premire annŽe, de courts modules  (environ 4 heures) de sensibilisation aux services et outils de documentation;

            b) au cours de la 3me ou de la 4me annŽe, un enseignement ou unitŽ de valeur spŽcifique pouvant reprŽsenter jusqu'ˆ 2 heures par semaine, avec exposŽs thŽoriques et exercices pratiques; cet enseignement est centrŽ sur les sources et les mŽthodes de l'information considŽrŽes comme un outil essentiel pour l'ingŽnieur; il se situe Žgalement dans la perspective de la prŽparation du travail de fin d'Žtudes ou de dipl™me;

            c) enfin, pour des ingŽnieurs rŽcemment dipl™mŽs ou pour des Žtudiants en doctorat, des formations plus spŽcifiques.

            Ces divers programmes rŽpondent ˆ des recommandations faites par le Ministre de l'Education Nationale, mais sont organisŽs de faon trs libre par les diverses UniversitŽs. Il faut noter l'importance accordŽe ˆ l'information et ˆ la documentation industrielles, comme par exemple le bon usage de la littŽrature technico-commerciale, celui des normes et des brevets ou encore celui des documents techniques relatifs ˆ des projets de gŽnie.

                                               (W. PIROG, J METERA, Varsovie, Pologne)

 

1-3.Programme de formation des Žtudiants de l'UniversitŽ de Technologie de Tampere (Finlande) ˆ l'utilisation des bibliothques et autres  ressources documentaires spŽcialisŽes

 

Nature de l'action

Programme complet de formation ˆ la ma”trise des sources et moyens d'information pour les ingŽnieurs, avec notamment organisation de cours et sŽminaires spŽcifiques.  

 

Description de l'action

            En Finlande, la formation des utilisateurs des bibliothques est considŽrŽe comme essentielle dans toutes les bibliothques des UniversitŽs techniques. Par rapport ˆ d'autres UniversitŽs, les cours et les apprentissages proposŽs par les UniversitŽs de technologie semblent tre plus structurŽs et sont gŽnŽralement obligatoires (reconnaissance comme unitŽ de valeur). Plusieurs approches sont dŽveloppŽes: visites de la bibliothque, confŽrences, services personnalisŽs. Des documentations spŽcifiques et des modules pŽdagogiques originaux sont aussi largement utilisŽs.

            A l'UniversitŽ de Technologie de Tampere (seconde UniversitŽ de technologie de Finlande par la taille avec 4900 Žtudiants et 450 enseignants), la bibliothque, originellement bibliothque de la ville de Tampere, a trs t™t ŽtŽ trs active dans la recherche de l'information en ligne et des Žquipes spŽcialisŽes dans la ma”trise des sujets techniques ont ŽtŽ constituŽes (un quart de l'ensemble du personnel de la bibliothque en 1991). La mission des spŽcialistes en information de la bibliothque comporte explicitement la formation des Žtudiants dans l'usage des outils et moyens de la bibliothque.

            Cette formation s'effectue ˆ diffŽrents niveaux.

            Les Žtudiants de premire annŽe ont un cours obligatoire ds le premier mois de leurs Žtudes, pour savoir utiliser la bibliothque. Des sŽminaires sont Žgalement proposŽs les aprs-midi pour apprendre ˆ rechercher l'information dans les bases de donnŽes de la bibliothque ou ˆ consulter des CD-ROM.

            Les Žtudiants en post-graduation sont plut™t formŽs ˆ l'apprentissage de mŽthodes avancŽes de recherche de l'information. Cette formation s'intŽgre dans le travail personnel de l'Žtudiant et la prŽparation de sa thse. Les spŽcialistes de l'information apportent alors des conseils personnalisŽs, avec recours ˆ des technologies modernes d'accs ˆ l'information.

            Des cours facultatifs sont aussi organisŽs.

            Ainsi propose-t-on aux Žtudiants un cours de 12 heures sur le management de l'information, comptant pour une demi-semaine (crŽdit) et traitant des thmes suivants: l'utilisation de l'information dans la recherche technique, les mŽthodes de recherche de l'information pour l'ingŽnieur, les sources d'information (accessibles ou non en ligne), la gestion de son systme personnel d'information. Des exercices et des travaux de groupe sont proposŽs portant sur des recherches manuelles ou informatisŽes d'information, sur la localisation des documents primaires et notamment l'accs inter-bibliothques, sur la crŽation de bases de donnŽes personnelles.

            De mme, les Žtudiants peuvent-ils suivre un sŽminaire sur la recherche de l'information, d'une durŽe d'un jour et demi. La premire matinŽe porte sur la recherche de l'information, manuelle ou informatisŽe et sur les sources pertinentes. Au cours de l'aprs-midi, des recherches d'information sur des problmes rŽels sont effectuŽs, sous forme d'exercices. Enfin, une demi-journŽe, deux semaines plus tard, permet d'Žvaluer les rŽsultats de la recherche d'information et de la collecte des documents.

            Des sŽminaires plus spŽcialisŽs sont aussi offerts, gŽnŽralement d'une durŽe d'une demi-journŽe, dans le but de prŽsenter une vue gŽnŽrale sur les sources et activitŽs d'information et de documentation dans des domaines particuliers (gestion des ressources en eau, santŽ, ...). Des dŽmonstrations relatifs ˆ certains outils spŽcifiques d'information sont faites devant les Žtudiants.

                                               (Arja-Riitta HAARALA, Tampere, Finlande)

 

1-4.Programme de sensibilisation des Žtudiants ˆ l'utilisation de la  bibliothque et des ressources documentaires  ˆ l'UniversitŽ Technique d'Eindhoven (Pays-bas)

 

Nature de l'action

Programme ˆ plusieurs niveaux, comportant une introduction ˆ l'utilisation de la bibliothque, des sources et moyens d'information, une initiation ˆ la recherche de la documentation et un cours avancŽ pour les Žtudiants post-graduŽs.        

 

Description de l'action

            La bibliothque de l'UniversitŽ Technique d'Eindhoven offre un programme de sensibilisation comportant trois niveaux d'intervention.

            a) Pour les Žtudiants de premire annŽe est prŽvue une  prise de contact d'environ 2 heures, avec une prŽsentation de la bibliothque en tant qu'institution, suivie d'une visite guidŽe des installations et se terminant par un programme standard de sensibilisation (avec questionnaires) pour l'interrogation du catalogue automatisŽ intŽgrŽ VUBIS.

            b) Une formation d'environ 3 heures est ensuite proposŽe aux Žtudiants dŽja plus avancŽs. Elle traite de la recherche systŽmatique de la documentation et comporte les aspects suivants: rappel des bases sur l'accs aux ressources documentaires avec accent mis sur la diversitŽ des bibliographies; introduction au systme de la connaissance scientifique; mŽthodes de fourniture de l'information (problmes de sŽlection et de rŽduction de l'information); enfin introduction ˆ l'usage des bases de donnŽes les plus importantes sur CD-ROM. On vise, ˆ travers cette formation, ˆ prŽparer l'Žtudiant ˆ savoir faire une recherche de littŽrature pour la rŽalisation du travail personnel de thse.

            c) Un troisime niveau existe pour les Žtudiants post-graduŽs sous forme d'un cours d'un ˆ deux jours. IntitulŽ "MŽthodologie de la recherche documentaire", ce cours dŽveloppe les points suivants: systme de la connaissance scientifique, systme d'information documentaire, r™les de la bibliothque de l'UniversitŽ et du chercheur dans ces deux systmes, mŽthodes de collecte, traitement et diffusion de l'information documentaire, mŽthodologie de la recherche documentaire, entrainement ˆ l'usage des bases de donnŽes sur CD-ROM (Compendex, Science Citation Index, Perinorm, Dissertations Abstracts, NTIS, ERIC, ABI-Inform,...).

                                               (M. P. van BRUJTENEN , Eindhoven, Pays Bas)

 

1-5.Programme de formation des Žtudiants de l'UniversitŽ Chalmers de Technologie (Sude) ˆ l'utilisation efficace des bibliothques et des ressources et moyens documentaires spŽcialisŽs.

 

Nature de l'action

Programme complet d'actions de formation relatives ˆ la ma”trise des sources et moyens d'information avec notamment  l'organisation de cours et de sŽminaires spŽcifiques.        

 

Description de l'action

            L'UniversitŽ Chalmers de Technologie de Gšteborg, UniversitŽ technique europŽenne fondŽe en 1829, accueille quelques 4.000 Žtudiants pour la ma”trise en ingŽniŽrie (cursus de 5 ans) et quelques 800 Žtudiants chercheurs travaillant dans 7 Ecoles ou Collges d'ingŽnieurs. La formation comporte des cours orientŽs selon les diverses disciplines de gŽnie et des travaux de laboratoire. Mais de plus en plus, l'accent est mis sur l'apprentissage des mŽthodes de rŽsolution de problmes.

            La formation des Žtudiants ˆ l'utilisation efficace de la bibliothque et des  ressources et moyens de documentation a ŽtŽ introduite ˆ l'universitŽ ds le milieu des annŽes 70, puis dŽveloppŽe au dŽbut des annŽes 80, allant jusqu'ˆ inclure des cours pour les Žtudiants post-graduŽs et des utilisateurs extŽrieurs.

            En 1991, cette formation comporte 4 niveaux et est assez reprŽsentative de ce qui se fait en gŽnŽral dans les pays de l'Europe du Nord.

a) Introduction ˆ la bibliothque et ˆ ses outils

            Concernant les nouveaux utilisateurs (Žtudiants de premire annŽe, notamment) de la bibliothque, cette introduction de 2 heures environ, touche 900 participants chaque annŽe. Elle comporte une confŽrence et des exercices individuels.

b) Cours d'introduction aux mŽthodes de la recherche d'information

            Concernant 800 Žtudiants de 3me et 4me annŽes du cursus de formation d'ingŽnieurs, ces cours prŽsentent un caractre obligatoire et s'Žtendent sur 15 ˆ 20 heures. Les cours comportent une introduction ˆ la communication scientifique et ˆ diffŽrents types de recherches d'information. Des sessions de "laboratoire" sur la recherche documentaire manuelle ou informatisŽe sont proposŽes, en conjonction avec des travaux de projet ou avec la thse de ma”trise.

            A noter que les cours s'adressent ˆ des publics homognes (Žtudiants de gŽnie chimique, d'Žconomie industrielle,...), ce qui facilite l'usage d'outils spŽcifiques (bases de donnŽes du domaine concernŽ). Chaque Žtudiant doit prŽparer et rŽaliser une courte recherche en ligne (environ 15 minutes).

c) Cours avancŽs de recherche d'information

            Pour des groupes de 15 Žtudiants post-graduŽs (Ph.D.), sont offerts 5 cours avancŽs, semi-obligatoires, d'une durŽe chacun de 70 heures. Ils traitent des besoins en information des chercheurs, de la communication scientifique, de la thŽorie et des pratiques d'indexation et de citation, de la recherche automatisŽe de l'information, de l'usage des bases de donnŽes et des CD-ROM, des mŽthodes de fourniture des documents primaires, des bases de donnŽes personnelles, des brevets comme source d'information, enfin du courrier Žlectronique. On fait appel ˆ des confŽrenciers spŽcialisŽs pour certains sujets.

            Pour ces cours avancŽs, les Žtudiants doivent rŽaliser une recherche documentaire automatisŽe approfondie.

d) Cours pour des utilisateurs extŽrieurs

            Traitant des diffŽrents aspects de la gestion de l'information, ces cours sont conus en fonction des besoins spŽcifiques des clients et varient entre une demi-journŽe et quatre jours. Ils concernent des ingŽnieurs en activitŽ, des spŽcialistes de l'information et des Žtudiants d'autres universitŽs. Ils sont facturŽs aux clients.

e) Remarques

            Les cours organisŽs par la bibliothque de l'UniversitŽ Chalmers sont pris en charge financirement par les divers dŽpartements de gŽnie. Cette rŽmunŽration spŽcifique permet aux spŽcialistes de l'information de s'engager vraiment dans cette action de formation et d'acquŽrir les ressources informatiques nŽcessaires. Des Žquipements (salles de travail, ordinateurs) sont disponibles pour ces formations.

            La motivation des Žtudiants face ˆ cette formation est largement renforcŽe par la bonne planification temporelle des divers cours proposŽs, ainsi que par l'usage le plus large possible des technologies modernes de l'information.

                                   (Nancy FJ€LLBRANT, Chalmers,Gšteborg, Sude)

 

1-6.Programme d'Žtudes sur l'information pour des Žtudiants, futurs ingŽnieurs, au Napier Polytechnic (Ecosse).

 

Nature de l'action

Un ensemble cohŽrent de cours de sensibilisation et de formation  relatifs ˆ la recherche de l'information et de la documentation utiles ˆ l'ingŽnieur.

 

Description de l'action

            a) Les objectifs du programme de formation

            Le Napier Polytechnic d'Edimbourg forme ses Žtudiants ˆ la recherche de l'information, et cela pour deux raisons:

            - d'une part, pour amŽliorer leur efficacitŽ dans leurs Žtudes;

            - d'autre part, pour leur donner des outils mŽthodologiques pour leur vie professionnelle.

            Des cours ont ŽtŽ proposŽs par la Bibliothque du Napier Polytechnic depuis 1970. A l'origine, ces cours visaient non seulement l'utilisation des instruments de la Bibliothque, mais aussi l'apprentissage des techniques de recherche et de traitement de l'information.

            Quatre objectifs sont aujourd'hui assignŽs ˆ ces cours:

            - rendre plus efficace l'usage des bibliothques;

            - explorer les structures et modes d'information et de communication des ingŽnieurs;

            - dŽmontrer les potentialitŽs des sources d'information pour la rŽsolution des problmes;

            - dŽvelopper des aptitudes pratiques ˆ la recherche et au traitement de l'information (mŽthodes manuelles ou automatisŽes).

            b) Les composantes du programme de formation

            Trois types d'actions, ou composantes de formation, sont proposŽs, selon les besoins des Žtudiants et le temps dont ils disposent.

            - Premire composante: "Utiliser la bibliothque"

            Un programme de 2 ˆ 4 heures permet une introduction aux services de la bibliothque, une explication des catalogues, index et classifications et une prŽsentation des principales sources.

            - Deuxime composante: "Bibliographie thŽmatique"

            Un cours de 10 ˆ 20 heures enrichit la prŽsentation des sources d'information pour l'ingŽnieur et permet d'explorer les diverses voies de communication spŽcialisŽe de l'ingŽnieur (considŽrŽes comme une discipline). Les Žtudiants apprennent notamment ˆ connaitre les spŽcifications et normes britanniques, les brevets, les articles de revues spŽcialisŽes. L'enseignement se fait sous forme de confŽrences, de dŽmonstrations, de discussions et d'exercices pratiques.

            - Troisime composante: "Synthse ou projet bibliographique"

            Un cours pratique, d'une durŽe de 10 ˆ 24 heures, permet aux Žtudiants de dŽcouvrir comment explorer un problme ˆ travers la littŽrature spŽcialisŽe et d'apprendre ˆ rŽdiger un rapport de synthse ˆ partir des rŽsultats de leurs recherches. Ce travail de projet remplace les traditionnels exercices de recherche bibliographique. Les sujets sont proposŽs par les dŽpartements ou facultŽs de gŽnie et les rapports sont ŽvaluŽs conjointement par les bibliothŽcaires (qualitŽ de la recherche bibliographique) et les enseignants des dŽpartements (qualitŽ du traitement du sujet technique).

            c) L'Žvaluation du programme d'action

            Le Napier College organise de tels cours pour toutes les disciplines de gŽnie. La Bibliothque a pleinement intŽgrŽ l'idŽe  de former les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ la ma”trise de l'information. Elle s'efforce de mettre en contact aussi directement que possible, Žtudiants et bibliothŽcaires, de mme qu'elle incite ces derniers ˆ Žtablir les meilleurs liens avec les dŽpartements de gŽnie.

            Les principaux avantages du programme d'action sont:

            - l'efficacitŽ accrue des Žtudiants et leur plus grande aptitude ˆ travailler de faon autonome et ˆ rŽsoudre les problmes;

            - le dŽveloppement d'aptitudes utiles pour la ma”trise de l'information dans la vie professionnelle;

            - la promotion de ressources cožteuses de la bibliothque, et donc une amŽlioration du retour sur investissement;

            - l'amŽlioration des liens entre les bibliothŽcaires et les enseignants et par lˆ-mme une amŽlioration de l'efficacitŽ d'ensemble du CollŽge.

            Les principaux inconvŽnients restent:

            - la consommation importante de temps pour les cadres de la bibliothque;

            - l'effet trop ponctuel du travail en salle de cours, avec insuffisamment de productions rŽ-exploitables ˆ long terme;

            - la limitation du programme aux seuls Žtudiants dont les emplois du temps le prennent en compte (les Žtudiants ˆ temps partiel sont ignorŽs, alors que cette forme d'enseignement se dŽveloppe sŽrieusement);

            - le dŽcalage entre un enseignement sous forme de cours et le dŽveloppement de formules individualisŽes d'apprentissage;

            - la position trop en retrait des cadres de la bibliothque par rapport au dŽveloppement d'alternatives pŽdagogiques et informationnelles nouvelles (video, enseignement assistŽ par ordinateur,...).

                                               (David A. CUMMING, Edimbourg, Ecosse)

 


 

2 - DES PLANS DE COURS ET DES EXERCICES

 

            Dans certaines UniversitŽs techniques ou Ecoles d'ingŽnieurs, les responsables des bibliothques centrales ou de dŽpartement ont mis au point des cours d'introduction ˆ l'information et ont conu des batteries d'exercices en vue de mieux faire comprendre aux Žtudiants comment accder ˆ l'information pertinente.

 

2-1.Plan de cours pour prŽsenter les sources d'information d'un domaine de gŽnie donnŽ (exemple)

 

SOURCES D'INFORMATION SUR ... (LE GENIE CIVIL...)

a) Structure et caractŽristiques du domaine ŽtudiŽ pouvant avoir une influence sur les transferts d'information

b) Besoins en information des ingŽnieurs et autres spŽcialistes du domaine donnŽ

c) DŽmarches et comportements de recherche d'information des ingŽnieurs du domaine

d) DiffŽrents flux d'information:

            - informels: collges invisibles, informateurs, ...

            - formels et semi-formels: confŽrences du domaine, associations professionnelles,...

e) Obstacles aux transferts d'information:

            - barrires linguistiques

            - communication interculturelle

f) Sources d'information

            - imprimŽes (ouvrages, journaux, autres,...)

            - electroniques (bases et banques de donnŽes)

            - autres formes propres au secteur ŽtudiŽ

            - centres d'information spŽcialisŽs et services offerts

g) StratŽgies de recherche

            - comment exploiter les sources d'information

            - sŽlection des sources appropriŽes

            - poser une "bonne" question ; transformer un besoin d'information en une stratŽgie de recherche

            - interroger une base de donnŽes; caractŽristiques des bases de donnŽes: indexation, rŽsumŽs, vocabulaire et thŽsaurus

h) Recherche proprement dite

            - stratŽgies boolŽennes

            - recherche en langage naturel

                                                                                  (F.W. LANCASTER, U.S.A.)

 

2-2.Travail dirigŽ de revue de littŽrature pour des Žtudiants, futurs ingŽnieurs agronomes, en troisime annŽe de cursus universitaire.

 

            Le travail dirigŽ proposŽ consiste ˆ faire rŽaliser, ˆ partir de documents disponibles dans la sphre d'activitŽs des Žtudiants (Ecole d'ingŽnieurs, Institut, Centre de recherche, Bibliothque, contacts personnels,...) une revue de littŽrature sur le systme agraire national ou tout systme agraire localisŽ.

            On demande aux Žtudiants de se limiter ˆ la littŽrature scientifique accessible et consultŽe.

            On leur demande Žgalement de noter sur des fiches les rŽfŽrences des documents consultŽs en faisant ressortir les donnŽes suivantes:

                       -nom(s) de(s) l'auteur(s),

                       -titre du document,

                       -source,

                       -lieu, date et nom de l'Žditeur,

                       -descripteurs ou mots-clŽs,

                       -localisation,

                       -commentaires.

            Les Žtudiants doivent ensuite extraire de cette littŽrature rassemblŽe des ŽlŽments essentiels caractŽrisant le ou les systmes agraires ŽtudiŽs et de prŽsenter une synthse consistant ˆ Žtablir un tableau comparatif des diffŽrents systmes agraires ŽtudiŽs.

                                                          (GŽoffroy PADONOU, Cotonou, BŽnin)

 

2-3.Exemples d'exercices  proposŽs aux Žtudiants  dans les cours organisŽs par la Bibliothque du Napier Polytechnic (Edimbourg)

 

Cours sur la recherche de l'information

            a) Exercices sur la recherche d'information (gŽnie civil)

            - Qui a inventŽ la construction des tunnels par bouclier fonceur et quand?

            - Quand est nŽ Thomas Telford? Lequel de ses ponts a ŽtŽ construit en 1819?

            - Quelle est l'adresse de l'Institution des IngŽnieurs de Transport?

            - Quelle est la signification du mot allemand "Fšrderband"?

            - Etc... (une vingtaine de questions).

            b) Exercices relatifs au catalogage des ouvrages

            - Dans quelle bibliothque de l'UniversitŽ trouve-t-on le livre "Electronic transmission technology: lines waves and antennas"?

            - Quelle est la cote de l'ouvrage "Product engineering design manual" ŽditŽ par D. Greenwood et publiŽ en 1959?

            - L.T.R. Rolt a Žcrit un livre en 1962 et ce livre est disponible ˆ la bibliothque du Napier College: quel est son titre?           

            - Combien de livres sont classŽs ˆ la cote 624.13? Combien d'exemplaires du mme titre ont ŽtŽ achetŽs? Indiquer o sont conservŽs  les diffŽrents exemplaires.

            -Etc... (une vingtaine d'exercices similaires).

            c) Exercices sur l'indexation des revues spŽcialisŽes

            - Utiliser la partie mensuelle du Current Technology Index de juillet 1988 pour trouver et noter la rŽfrence complte d'articles rŽcents sur les stations hydro-Žlectriques.

            - Utiliser l'index annuel 1987 des rŽsumŽs d'International Civil Engineering pour identifier et noter les rŽfrences d'articles sur les tunnels sous eau publiŽs cette annŽe. Donner la rŽfrence complte du premier article.

            - Dans le Cement Technology Index de 1986, retrouver et noter le titre exact d'une rŽfrence relative ˆ l'acier trempŽ.

            - Etc... (une trentaine d'exercices similaires).

            d) Exercices sur les normes et les spŽcifications

            - Combien de nouvelles normes sont publiŽes chaque annŽe? Quel est le pourcentage des nouvelles normes dans l'ensemble des normes britanniques?

            -  Utiliser BSI News de mars 1988 pour retrouver et noter les titres des nouvelles normes ISO5597:1988 et ISO6922:1987.

            - Lister les membres du comitŽ responsable de la prŽparation de la norme BS2790 et indiquer le type principal de matŽriel d'illustration factuelle contenu dans l'appendix C.

            - Etc... (une trentaine de questions de mme nature).

                                               (David A. CUMMING, Edimbourg, Ecosse)

 

2-4.DŽmarche pŽdagogique d'induction constituŽe d'Žtudes de cas, d'analyses de stratŽgies de recherche et de sŽries d'exercices,  proposŽe aux Žtudiants  du Coventry (Lanchester) Polytechnic

 

Nature de l'action

Un cours sur l'information et l'usage de la bibliothque, avec des Žtudes de cas pour Žtudiants ingŽnieurs, des analyses de stratŽgies de recherche, des exercices pratiques dits d'induction et des tests ˆ choix multiples.

 

Description de la dŽmarche

            a) Le cours proprement dit

            D'une durŽe de trois heures, il met l'accent, dans un premier temps,  sur les sources d'information disponibles dans le domaine particulier d'Žtudes des futurs ingŽnieurs (par exemple, la productique et  la robotique).  Puis une discussion permet d'introduire l'Žtude de cas (de robotique), l'analyse de la stratŽgie de recherche d'information et les exercices associŽs. Enfin, la dernire heure est consacrŽe ˆ la rŽalisation de ces exercices d'induction associŽs.

            Une sŽance d'une heure, huit jours plus tard, a pour objectif de faire rŽaliser un test aux Žtudiants, avec des questions ˆ choix multiples. Une notation est donnŽe.

            Pour prŽparer la premire sŽance, les Žtudiants sont tenus d'avoir consultŽ prŽalablement:

            - le guide de base sur la bibliothque et ses services;

            - les feuilles d'exercices d'induction, avec leurs rŽponses;

            - le guide sur les sources d'information en productique;

            - le guide sur les sources d'information en robotique. 

            b) Les Žtudes de cas

            Un court document (6 pages environ) est donc remis ˆ l'avance aux Žtudiants. Il comporte une dŽfinition du travail demandŽ et  une description d'un problme rencontrŽ par un ingŽnieur dans son activitŽ professionnelle: "un atelier dans une entreprise de mŽtallurgie, une nouvelle presse automatique plus chre, mais plus performante, mais surtout un niveau de bruit excessif, de 95 ˆ 100 dŽcibels, et une agressivitŽ croissante des salariŽs reprochant ˆ l'ingŽnieur son manque de prŽvoyance sur ce point: que faire? Que rŽpondre aux salariŽs? Que proposer au Directeur de l'entreprise?". Sont suggŽrŽes plusieurs pistes de recherche d'information: sur le bruit et ses effets sur l'homme, sur les aspects lŽgaux et psychologiques, sur les techniques de mesure et les mŽthodes de rŽduction du bruit.

            Une dizaine de sources d'information sont ŽvoquŽes. Pour chacune d'elles, une question (induction) est posŽe portant sur des ŽlŽments de ma”trise de l'information.  Par exemple:

            Source d'information: British Technology Index. Table annuelle de 1977. Section des abstracts et index. 2me Žtage.

            Question:  donner le nom de la revue contenant un article intitulŽ "Materials and methods for noise reduction", Žcrit par  M.L. Booth en 1976

Les rŽponses sont donnŽes ˆ la fin du document.

            c) L'analyse de la recherche d'information

            Un document d'une page commente les stratŽgies de recherche ˆ utiliser pour rŽsoudre le problŽme d'information posŽ dans l'Žtude de cas. On oriente les Žtudiants, selon les types d'information recherchŽe, vers les bibliographies, les normes et les codes professionnels, les encyclopŽdies et les manuels, les services de rŽfrences ou de rŽsumŽs et les rŽpertoires de logiciels (productique).

            d) Les exercices associŽs

            Une sŽrie d'une dizaine d'exercices est proposŽe aux Žtudiants, ˆ la fin du cours. Pour chaque exercice et pendant le dŽroulement de la sŽance, on demande aux Žtudiants de noter la stratŽgie de recherche, le type d'information concernŽe et tous problmes rencontrŽs. Exemple d'exercice:

            Source d'information: Hunt, V. Daniel. Industrial robotics hanbook. New York, Industrial press, 1983. 629.892 IND. Folio. 2me Žtage.

            Question:  identifier la partie de l'ouvrage portant  sur la sŽcuritŽ. Selon l'auteur, quelle est la meilleure protection contre les dŽfaillances logicielles?

            e) Le test sur la ma”trise de l'information

            Un test comportant 25 questions ˆ choix multiples est fait, une semaine aprs la sŽance de cours. Chaque question comporte 4 rŽponses possibles. Par exemple:

            Dans quel document peut-on trouver une dŽfinition brve d'un terme tel que "robot industriel"?

                       - Engineering index

                       - TVER and BOLZ - Robotics sourcebook and dictionary

                       - Machinery's handbook

                       - Annuaire Kempe des ingŽnieurs

 

Evaluation de la dŽmarche

            L'innovation de la dŽmarche rŽside dans les points suivants:

            - une Žtude de cas d'utilisation de l'information, clairement basŽe sur une situation rŽelle de travail d'ingŽnieur;

            - l'intŽgration de l'Žtude de cas dans une pŽdagogie active;

            - une sŽquence d'analyse de stratŽgie de recherche d'information reliŽe aux besoins d'information dŽfinis dans le problme posŽ;

            - des exercices d'induction renforant cette analyse;

            - l'intŽgration des diverses Žtapes dans une dŽmarche globale, avec la fourniture de matŽriels didactiques ˆ Žtudier ˆ l'avance par l'Žtudiant, avec des confŽrences appropriŽes sur les sources et les techniques d'information et avec des questions ˆ choix multiples permettant d'apprŽcier la comprŽhension du cours.

                                                          (D. T. DAVIES, Lanchester, Angleterre)

 

3-DES SUPPORTS D'INFORMATION ET DE FORMATION

 

            Des documents Žcrits sont gŽnŽralement remis aux Žtudiants pour les aider ˆ accŽder rapidement aux ressources essentielles de leur domaine de spŽcialitŽ. De tels documents sont ˆ la fois  des outils d'information et des supports pŽdagogiques de formation.

 

3-1.Guide d'accs aux ressources de la Bibliothque de la Western Australia University pour les Žtudiants, futurs ingŽnieurs

 

            Le guide, intitulŽ "Engineering information: a guide to sources" prŽsente en 6 feuilles (10 pages de texte) l'essentiel des moyens permettant aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs, d'accŽder aux sources d'information pertinentes et notamment aux ressources bibliographiques de la bibliothque.

            Le guide s'articule autour de la question "Comment trouver des documents dans la bibliothque?". Il prŽsente successivement les catalogues, la recherche des ouvrages par sujet, la recherche de rŽfŽrences bibliographiques, la localisation des articles rŽcents de pŽriodiques, l'utilisation des index et abstracts (pour diffŽrents domaines de gŽnie), les sources de littŽrature grise, les systmes documentaires automatisŽes, les normes, les thses, les autres bibliothques consultables et les guides pour la rŽdaction de documents scientifiques et techniques.

            Plusieurs rŽfŽrences sont donnŽes pour chacune des rubriques, ce qui permet d'orienter de faon exhaustive et prŽcise les recherches des utilisateurs.

                                                          (Diana SCOTT, Nedlands, Australie)

 

3-2.Guide des sources de rŽfŽrences en sciences et technologie ˆ l'UniversitŽ de Limerick (Irlande)

 

            Ce document, prŽparŽ spŽcifiquement pour les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, de l'UniversitŽ technique  de Limerick, et intitulŽ "Abstracts and Indexes: how to search for journal literature on your sci/tech research topic", est distribuŽ aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs. Il prŽsente en 9 pages les diffŽrents outils d'orientation bibliographique et les modalitŽs d'utilisation de ces sources secondaires d'information (index et abstracts).

            Une page d'introduction explique aux Žtudiants ce que sont ces sources secondaires (revues d'abstracts, par exemple), alors qu'une page suivante dŽcrit plusieurs types de rŽfrences bibliographiques. Enfin, le reste du document Žnumre, sous la forme d'un tableau, les diverses sources utiles aux ingŽnieurs (avec mention de leur cote et des durŽes de conservation ˆ la bibliothque). Pour chaque source sont indiquŽs les domaines couverts et les modalitŽs d'utilisation (index par matire, index par auteur, table annuelle,...).

                                                          (Patricia O'DONNELL, Limerick, Irlande)

 

3-3.Guides des sources documentaires de la Bibliothque de l'Institut de Technologie de  Cranfield (Angleterre)

 

            La Bibliothque de l'Institut de Technologie de Cranfield a mis au point une sŽrie de guides, simples et pratiques, relatifs ˆ diverses sources spŽcialisŽes d'information pour les Žtudiants, futurs ingŽnieurs. Chacun de ces guides, de une ˆ trois pages, est imprimŽ sur du papier dont la  couleur diffŽre d'un guide ˆ l'autre. Ils concernent notamment:

            - les publications AGARD (recherche aŽronautique);

            - la littŽrature sur la robotique;

            - les documents de l'AIAA (American Institute of Aeronautics and Astronautics);

            - les tables de donnŽes de l'ESDU (informations sur l'aŽrodynamique pour les designers); 

            - la sŽrie des Technical Indexes (sur microfilms);

            - la littŽrature sur les polymres et les composites;

            - les brevets;

            - les documents de l'ASME (American Society of Mechanical Engineers);

            - les documents de la SAE (Society of Automotive Engineers);

            - la littŽrature sur les biotechnologies;

            - la classification et la localisation des livres dans la bibliothque.

            Chaque guide comporte une introduction qui prŽsente le champ documentaire couvert ou l'institution qui publie les textes concernŽs. Puis sont indiquŽes les modalitŽs de traitement et/ou de classification des documents, avec courte description des modalitŽs d'accs ˆ ces sources d'information spŽcialisŽe.

                                                          (John BLAGDEN , Cranfield, Angleterre)

 

3-4.Guide de prŽsentation des normes et spŽcifications techniques ˆ la Bibliothque Noble de l'UniversitŽ d'Etat de l'Arizona.

 

            Ce document est un exemple des guides prŽparŽs par la Bibliothque Daniel E. Noble de Science et de GŽnie de l'UniversitŽ d'Etat de l'Arizona. Ces guides visent ˆ expliquer certains aspects des collections des bibliothques du campus, aussi bien ˆ des Žtudiants en ingŽniŽrie qu'ˆ des ingŽnieurs extŽrieurs au campus.

            Le Guide "Standards and Specifications in Noble Library" se prŽsente sous la formation d'un document de 4 feuillets (8 pages de textes) et comporte les rubriques suivantes:

            - une introduction gŽnŽrale sur la production des normes et spŽcifications aux Etats Unis et sur les bibliothques du campus permettant la consultation de ces documents;

            - comment trouver une norme: sources utiles;

            - sigles des organisations de normalisation: plus d'une centaine d'organisations sont listŽes;

            - normes non-militaires: 27 grandes classes de normes sont prŽsentŽes de faon synthŽtique;

            - enfin une sŽlection de sources d'information sur les activitŽs de normalisation est proposŽe (3 revues spŽcialisŽes notamment).

            Ce Guide, prŽparŽ en Janvier 1990, est un document d'une grande prŽcision, tout en restant agrŽable ˆ consulter. Il peut tre considŽrŽ comme une aide informationnelle pŽdagogique pour des Žtudiants d'une UniversitŽ technique.

                                                          (Frances NEW, Tempe, Arizona, U.S.A.)

 

3-5.Guides pour les utilisateurs des bases de donnŽes de la Bibliothque de l'UniversitŽ de Technologie d'Helsinki (Finlande)

 

            Divers documents ont ŽtŽ prŽparŽs et publiŽs par la Bibliothque de l'UniversitŽ de technologie d'Helsinki pour faciliter l'accs aux bases et banques de donnŽes par les Žtudiants futurs ingŽnieurs.

            Ces Guides sont trs succints, prŽcis et agrŽables ˆ utiliser:

                       - une carte de format 20 cm x 8 cm prŽsente au recto les bases de donnŽes consultables et les modalitŽs de contact et au verso un rŽsumŽ des principales instructions du langage de commande, avec des exemples;

                       - un fascicule de 2 feuilles de format A4, pliŽes (6 pages de texte) fournit toutes les instructions pratiques pour l'accs aux bases de donnŽes du systme NORDRES sur les centres de recherche des pays nordiques.

                                                                      (Elin T…RNUDD, Espoo, Finlande)

 

3-6.Guide pour la Recherche Documentaire ˆ l'UniversitŽ de Technologie de Compigne (France)

 

            Ce document prŽparŽ par la Bibliothque de l'UniversitŽ de Technologie de Compigne est distribuŽ aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs, pour les aider ˆ rŽussir leurs dŽmarches d'information et de documentation, notamment dans le contexte de crŽation de produits ou d'entreprises.

            Relativement lŽger (6 feuillets), il comporte les rubriques suivantes.

            1) Avoir une mŽthode de recherche et dŽfinir son plan de recherche: savoir ce qu'on cherche, faire une liste des sources possibles, se procurer l'information, exploiter cette information, restituer un produit d'information retraitŽ.

            2) Connaitre les sources:

                       a) sources formelles: diffŽrents outils permettant l'identification des sources, ˆ diffŽrents niveaux de la recherche ou pour diffŽrents types de documents (livres, pŽriodiques, congrs, thses, brevets, normes,...);

                       b) sources informelles: organismes producteurs d'information, manifestations professionnelles,...;

                       c) diffŽrentes sources d'information sur les produits, les entreprises, les secteurs d'activitŽs, la distribution, la clientle, les prix, indices et ratios, les implantations industrielles, les machines et les matŽriels, la publicitŽ, les questions sociales et juridiques, les questions internationales.

            Dans chaque cas, les sources sont identifiŽes et prŽsentŽes avec leur mode d'accs.

            Ce Guide, rŽalisŽ en 1990, est un document trs prŽcis tout en restant simple et agrŽable ˆ consulter et se dŽmarque nettement des traditionnels guides d'orientation sur les ressources bibliographiques.

                                                                      (Sylvie MONY, Compigne, France)

 

3-7.Manuel pour la recherche documentaire en chimie, de la Bibliothque centrale de l'UniversitŽ de Veszprm (Hongrie)

 

            La Bibliothque centrale de l'UniversitŽ de Veszprm a rŽalisŽ, en 1989, un document pŽdagogique pour les Žtudiants, futurs chimistes, pour les aider ˆ conduire des recherches documentaires manuelles ou automatisŽes. Ce document d'une trentaine de pages comporte deux parties.

            La premire partie (20 pages) traite des modalitŽs classiques et manuelles de recherche de l'information en chimie. Elle dŽbute par  une introduction aux Chemical Abstracts (CA), avec une prŽsentation des numŽros hebdomadaires et des volumes d'index, suivie de celle des modalitŽs de recherche dans les CA. Vient ensuite, illustrŽe de nombreux exemples, la description des stratŽgies de recherche selon diffŽrents critres (termes gŽnŽriques, noms des substances chimiques, formules molŽculaires, noms des auteurs, numŽros des brevets,...).

            La deuxime partie (une dizaine de pages) concerne la recherche en ligne de la littŽrature spŽcialisŽe ˆ la bibliothque centrale de Veszprm. On aborde alors successivement la description de quelques rŽseaux tŽlŽmatiques, dont le rŽseau STN et celle du langage de commande de ce serveur, la prŽsentation des diverses bases de donnŽes des Chemical Abstracts, enfin la description des modalitŽs pratiques de connexion et d'une session d'interrogation de ces bases de donnŽes.

            Document trs didactique, complet, et particulirement bien conu pour des Žtudiants devant apprendre la recherche de l'information en chimie.

                                                          (Anna D…M…T…R , Veszprm, Hongrie)

 

3-8.Guides des ressources documentaires de la Bibliothque centrale et des bibliothques de dŽpartements de l'Imperial College of Science, Technology and Medicine de Londres (Angleterre)

 

            La Bibliothque centrale (Lyon Playfair Library) et les bibliothques dŽpartementales associŽes de l'Imperial college of Science, Technology and  Medicine de Londres, ont mis au point et diffusent divers guides d'introduction aux ressources documentaires. Ces guides, simples et pratiques, relatifs ˆ diverses sources spŽcialisŽes d'information pour diffŽrents domaines de gŽnie sont destinŽs aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs. Ils contiennent gŽnŽralement, en un volume de 1 ˆ 5 pages,  les informations utiles suivantes (variables selon les domaines):

            - une remarque d'introduction ("ceci n'est qu'un premier guide pour accŽder aux ressources. Pour en savoir plus contacter M. X, spŽcialiste d'information du domaine concernŽ");

            - les codes gŽnŽraux de classification du domaine;

            - des indications sur la localisation des documents;

            - une sŽlection d'ouvrages de base;

            - la liste des revues spŽcialisŽes du domaine;

            - les revues de rŽfrences et de rŽsumŽs;

            - les bases de donnŽes pertinentes;

            - les congrs et confŽrences appropriŽs;

            - les rapports et les thses disponibles;

            - les conditions d'accs ˆ la bibliothque de dŽpartement;

            - les autres bibliothques de Londres;

            - le nom et le tŽlŽphone du spŽcialiste d'information du domaine concernŽ.

            Une quinzaine de guides didactiques sont ainsi ˆ la disposition des Žtudiants.      

                                                          Magda CZIGANY (Londres, Angleterre)

 

4-DES MODULES SPECIFIQUES DE FORMATION

 

            Dans plusieurs UniversitŽs ou Ecoles, des modules spŽcifiques de formation ˆ la ma”trise de l'information destinŽs aux Žtudiants, futurs ingŽnieurs, sont gŽnŽralement mis sur pied par des responsables ou les cadres de la bibliothque et du centre de documentation, avec l'accord de la direction de l'Žtablissement. Ces modules conduisent, dans la majoritŽ des cas, ˆ Žvaluation et ˆ attribution d'un crŽdit ou unitŽ de valeur.

 

4-1.Sensibilisation des Žtudiants de l'Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris ˆ l'information scientifique et technique

 

Nature de l'action

Module de sensibilisation ˆ l'information scientifique et technique pour des Žtudiants  de premire annŽe de l'Ecole et comportant une introduction ˆ la bibliothque et aux outils documentaires, suivie d'une initiation ˆ la documentation automatisŽe.

 

Description de l'action

            Mise en place par le Direction des Etudes de l'Ecole des Mines, en collaboration avec la bibliothque, cette initiation concerne tous les Žtudiants de premire annŽe (troisime annŽe aprs la fin des Žtudes secondaires dans le systme franais) et se dŽroule en deux Žtapes.

            a) En novembre, prŽsentation de la bibliothque et des outils de recherche documentaire pendant 1 heure 30 par groupe de 20 Žtudiants (4 groupes au total). Des exercices pratiques permettent aux Žtudiants de s'initier au maniement des principaux outils (fichiers manuels ou informatisŽs, CD-ROM, annuaires statistiques, rapports d'activitŽ d'entreprises, encyclopŽdies,....Des recherches sont alors faites par les Žtudiants sur des sujets tels que: la fonction erf, la dŽfinition de "pulsar", les quarks, le tonnage de la production mondiale annuelle de titane, l'Žvolution de la production de gaz naturel en Norvge de 1975 ˆ 1981, la localisation d'entreprises ou d'universitŽs Žtrangres,...

            b) En fŽvrier, sensibilisation ˆ la documentation automatisŽe et aux banques de donnŽes, dans le cadre des travaux dirigŽs du cours d'informatique, ˆ raison de 2 heures par groupe de 20 Žtudiants (4 groupes). Les sŽances se dŽroulent dans un amphithŽatre et nŽcessitent l'usage d'un micro-ordinateur avec carte de communication et d'un Žcran ˆ cristaux liquides (pour projection sur grand Žcran). Aprs un court exposŽ thŽorique prŽsentant un panorama des bases de donnŽes en France et ˆ l'Žtranger, une dŽmonstration d'interrogation documentaire en ligne est proposŽe aux Žtudiants, accompagnŽe de commentaires sur la stratŽgie de recherche.

            Cette sensibilisation est assurŽe conjointement par un enseignant et une documentaliste de la bibliothque.

                                                                      (Jacqueline LEROY, Paris, France)

  

4-2.Module de cours et travaux d'Žtudiants sur la recherche d'information et la communication au Napier Polytechnic 

 

Nature de l'action

Cours offert ˆ des Žtudiants de premire annŽe du dŽpartement de gŽnie civil: ensemble de confŽrences et travaux personnels.

 

Description de l'action

            a) Le cours de recherche d'information et de communication

            Ce cours s'adresse ˆ des Žtudiants de premire annŽe de BSc du dŽpartement de gŽnie civil (des cours identiques existent pour les autres dŽpartements). Il se dŽroule ˆ raison d'une sŽance par semaine, pendant le trimestre d'automne. Le cours vise ˆ prŽparer les Žtudiants ˆ savoir conduire des recherches d'information et ˆ ma”triser leur communication au sein du Polytechnic et dans l'industrie. Les sujets traitŽs (10 sŽances) sont successivement:

            - introduction au cours, ˆ la bibliothque et aux catalogues;

            - les flux d'information et les divers types de documentation;

            - la documentation secondaire (les systmes de rŽfrences);

            - les normes britanniques;

            - les pŽriodiques et revues spŽcialisŽes;

            - le traitement des revues et la recherche en ligne;

            - les citations et la bibliographie;

            - les techniques d'Žlaboration de rŽsumŽs;

            - les rapports Žcrits;

            - les prŽsentations orales de l'information.

            b) Les travaux personnels des Žtudiants

            Les Žtudiants doivent fournir un rapport technique de 1.500 mots sur un sujet ˆ choisir parmi une liste. Cette limite ne comprend pas les matŽriaux ou documents primaires, ni la bibliographie (d'environ 25 rŽfrences) ou les annexes. Une liste de citations est demandŽe, en correspondance avec les sources d'information utilisŽes dans le rapport. Le rapport doit tre correctement illustrŽ par des diagrammes , des tableaux, des graphiques en relation pertinente avec les textes concernŽs. Le travail doit tre fait et rendu dans un dŽlai d'environ un mois.

            Parmi la trentaine des sujets proposŽs, on relve, les systmes d'assainissement, la construction des b‰timents de grande hauteur, les tunnels de chemins de fer, la conception des fondations, etc...

                                               (David A. CUMMING, Edimbourg, Ecosse)

 

4-3.Cours dans les Ecoles d'ingŽnieurs en IndonŽsie, sur les diffŽrents aspects de l'information spŽcialisŽe et l'usage des services de documentation

 

Cadre des actions

Diverses Ecoles d'ingŽnieurs d'IndonŽsie

Institut IndonŽsien des Sciences (LIPI), reprŽsentant les ingŽnieurs

Nature des actions

Cours ou sŽminaires spŽcifiques, de moyenne durŽe,  pour des Žtudiants sur l'ensemble des aspects de l'information pour les ingŽnieurs.

 

Description des actions

            RŽalisation depuis 1980 de plusieurs formations de courte durŽe (deux semaines, 84 heures) sur les mŽthodologies de la  recherche technologique, sur la rŽdaction de rapports scientifiques et techniques, sur la prŽparation de publications scientifiques.

            Ces formations ont ŽtŽ conues et dirigŽes par le PrŽsident de la Commission de Techologie au sein de l'Institut IndonŽsien des Sciences (LIPI). Elles s'adressent ˆ des Žtudiants d'Ecoles d'ingŽnieurs, des assistants et ma”tres de confŽrences de ces Ecoles, ˆ de jeunes ingŽnieurs travaillant dans des instituts de recherche ou dans des divisions de recherche des agences nationales ou des entreprises indonŽsiennes.

            Ces formations comportent des confŽrences et des apprentissages pratiques relatifs ˆ l'utilisation des bibliothques et des services d'information, ˆ la recherche bibliographique ou documentaire, ˆ la veille technologique, ˆ la rŽalisation de synthses et de rŽsumŽs.

            Sur les deux semaines que durent ces formations, seulement une journŽe est consacrŽe ˆ la prŽsentation thŽorique des bibliothques et services d'information et deux journŽes ˆ l'apprentissage de l'usage des outils correspondant. Pour le reste, c'est ˆ dire l'essentiel, les Žtudiants ont ˆ rŽaliser des travaux concrets de recherche documentaire et d'Žlaboration de synthses, ce qui les motive plus sŽrieusement que les cours thŽoriques sur les bibliothques. 

                                   (Sri WIDATOEN DARJOTO, Bandung, IndonŽsie)

 

4-4.Module de formation ou unitŽ de valeur "Information et Communication Scientifiques et Techniques" au Conservatoire National des Arts et MŽtiers (Paris)

 

Nature de l'action

Formation modulaire (unitŽ de valeur) axŽe sur la ma”trise des outils et ressources de l'information et de la communication scientifiques et techniques , validable ou crŽditable dans un cursus de formation d'ingŽnieurs.

 

Description de l'action

            Le Conservatoire National des Arts et mŽtiers, crŽŽ en 1794 ˆ Paris (France), a une longue tradition et expŽrience de formation d'ingŽnieurs par la voie de la formation continue ou promotionnelle. Formant aux diverses disciplines de gŽnie, le CNAM accueille des techniciens ou cadres d'entreprises souhaitant devenir ingŽnieurs.

            Depuis 1976, le CNAM propose un module de formation original portant sur l'information et la communication scientifiques et techniques, visant ˆ rendre conscient le scientifique ou l'ingŽnieur dans l'usage et la production de l'information.

            Cette formation, essentiellement mŽthodologique, s'attache ˆ faciliter l'accs ˆ l'information pertinente, ˆ introduire une dŽmarche de veille ou de vigilance en matire d'information technologique, enfin ˆ dŽvelopper les mŽthodes du travail intellectuel pour favoriser l'activitŽ scientifique. L'accent est naturellement mis sur les mŽthodes d'obtention de l'information, sur l'exploitation scientifique et la communication de celle-ci et sur les outils relatifs ˆ la propriŽtŽ industrielle (brevets) et ˆ la rŽglementation nationale ou internationale.

            S'adressant ˆ des salariŽs d'entreprises, ce programme se dŽroule ˆ raison de 2 fois 2 heures par semaine, soit 100 heures environ pour une durŽe globale de 25 semaines.

            Le programme s'articule autour des 6 grands modules suivants:

            -notions gŽnŽrales sur l'information;

            -principes scientifiques de base de l'information et de la communication;

            -connaissances techniques nŽcessaires au bon usage de l'information (typologies des informations, des documents, des canaux de diffusion);

            -mŽthodologies de ma”trise de l'information (analyse des besoins, recherche de l'information, exploitation scientifique, production et communication de l'information);

            -l'information ˆ caractre industriel (brevets, marques, dessins, normes,...);

            -la veille technologique.

                                   (Danielle BRETELLE-DESMAZIERES, Paris, France)

 

4-5.SŽminaire de formation aux mŽthodologies de l'information et de la documentation pour les Žtudiants du Dipl™me d'Žtudes approfondies (post-graduation) en sciences et techniques du b‰timent (Paris)

 

Cadre de l'action

Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes  (Paris, France)

Ecole Centrale des Arts et Manufactures (Chatenay-Malabry)

Centre Scientifique et Technique du B‰timent (Paris)

Nature de l'action

Enseignement modulaire spŽcifique (sŽminaire) visant ˆ former les Žtudiants du cycle post-graduŽ de DEA de Sciences et techniques du b‰timent aux mŽthodologies de l'information et de la documentation, en vue de les prŽparer ˆ la rŽalisation de leur travail personnel de recherche scientifique.

 

Description de l'action

            a) Les objectifs

            Les enseignants du cycle de Dipl™me d'Žtudes approfondies (DEA) en Sciences et techniques du b‰timent, en accord avec les responsables des bibliothques ou centres de documentation de deux Ecoles parisiennes d'ingŽnieurs et d'un organisme national sectoriel de recherche (CSTB),  se donnent les objectifs suivants:

            - introduire, trs t™t dans l'annŽe de formation, une sensibilisation poussŽe aux ressources et moyens documentaires que peuvent utiliser des Žtudiants chercheurs, futurs "thŽsards", de ce domaine scientifique et technique particulier;         

            - habituer les Žtudiants ˆ pratiquer des recherches documentaires, en utilisant les principales sources disponibles et les moyens modernes d'accs ˆ l'information et leur faire connaitre les centres de documentation des Ecoles et organismes de recherche concernŽs;

            - permettre le contr™le des connaissances acquises et leur assimilation.

            b) La mise en oeuvre de l'action

            La formation se dŽroule sous la forme d'un sŽminaire pour un groupe de 15 ˆ 20 Žtudiants, sŽminaire d'une durŽe totale de 3 jours, inscrit ˆ l'emploi du temps et gŽnŽralement organisŽ ˆ l'automne (soit un mois environ aprs le dŽbut des enseignements). Le sŽminaire est suivi de travaux personnels de recherche documentaire faits par les Žtudiants, seuls ou en petits groupes, sur des sujets relatifs ˆ leur futur mŽmoire de DEA. Une Žvaluation du travail et un contr™le des connaissances conduisent ˆ notation, prise en compte pour l'obtention du Dipl™me.

            c) Le dŽroulement du sŽminaire

            Le sŽminaire est constituŽ sur la base d'alternances entre des prŽsentations thŽoriques, des visites de centres de documentation ou bibliothques et des exercices pratiques (avec notamment interrogations de bases de donnŽes. Les Žtudiants Žtant amenŽs ˆ se dŽplacer dans  trois sites assez ŽloignŽs les uns des autres, les sŽances sont organisŽes en demi-journŽes, rŽparties sur une ˆ deux semaines.

            Les axes thŽmatiques du sŽminaire sont gŽnŽralement les suivants:

            - les enjeux de l'information spŽcialisŽe pour les ingŽnieurs et les chercheurs: donnŽes politiques, stratŽgiques, Žconomiques;

            - les systmes d'information spŽcialisŽe: panorama des moyens de toutes natures disponibles en France et ˆ l'Žtranger;

            - les outils et ressources spŽcifiques aux sciences et techniques du b‰timent (organismes techniques ou de recherche, centres d'information ou de documentation,  journaux spŽcialisŽs, bases et banques de donnŽes sectorielles, colloques, congrs, ...);

            - les mŽthodologies de la recherche, et notamment celles de la recherche documentaire, introduites selon les principes de la dŽmarche de "problem solving" (identification et rŽsolution de problmes);

            - les dŽmarches heuristiques liŽes ˆ l'information ( comme par exemple: comment faire de la recherche d'information en groupe pluridisciplinaire sans utiliser les moyens classiques de la documentation?).

            A noter que l'on demande aux Žtudiants de travailler, en groupes, sur des sujets les concernant directement. Par ailleurs, les Žtudiants ont un accs facilitŽ aux compŽtences des spŽcialistes de l'information des Žtablissements concernŽs.

                                    

Evaluation de l'action

            Le sŽminaire, aprs plusieurs annŽes de fonctionnement, semble dŽsormais faire partie des enseignements de nature mŽthodologique ˆ introduire dans toute formation post-graduŽe  et mme en fin de cursus des Žtudes d'ingŽnieurs, au moment de l'Žlaboration des travaux personnels (ou de groupe) des Žtudiants.

            Le partenariat ŽquilibrŽ entre les enseignants et les spŽcialistes de l'information (ˆ rŽmunŽrer comme enseignants pour leurs prestations de nature pŽdagogique) est une condition essentielle du succs de l'action.

                                                                                  (Jean MICHEL, Paris, France)

 

5-DES FORMATIONS INTEGREES AUX ENSEIGNEMENTS

 

            Plus originaux, mais aussi moins frŽquents, des apprentissages de la ma”trise de l'information sont intŽgrŽs ˆ des enseignements dispensŽs dans l'Žtablissement, qu'il s'agisse d'enseignements ˆ caractre disciplinaire ou de modules de formation plus mŽthodologique. Ces formations sont conues et rŽalisŽes sous la double responsabilitŽ des spŽcialistes de l'information et des professeurs du domaine concernŽ.

           

5-1.Recherches documentaires et exposŽs d'Žtudiants intŽgrŽs au cours de matŽriaux, ˆ l'Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes de  Paris (France)

 

Nature de l'action

Travail demandŽ  ˆ des paires d'Žtudiants de 1re annŽe d'Ecole (ou de 3me annŽe de cursus complet d'ingŽnieurs), dans le cadre de l'enseignement de matŽriaux, sous la forme de recherches documentaires thŽmatiques suivies de travaux d'analyse et d'exposŽs de prŽsentation des rŽsultats.

 

Description de l'action

            a) Les objectifs

            Les enseignants du cours de matŽriaux, en accord avec les responsables du Centre de documentation de l'Ecole,  considrent l'action pŽdagogique comme devant avoir les objectifs suivants:

                       - constituer la part "travail personnel" ˆ fournir par les Žtudiants dans le cadre de cet enseignement;

                       - permettre le contr™le des connaissances acquises et leur assimilation;

                       - habituer les Žtudiants ˆ pratiquer des recherches documentaires, en utilisant les principales sources disponibles et les moyens modernes d'accs ˆ l'information;

                       - habituer les Žtudiants ˆ prŽsenter des exposŽs oraux, en utilisant les diffŽrentes aides possibles.

            b) La mise en oeuvre de l'action

            Une vingtaine de sujets sont proposŽs par les enseignants de matŽriaux (du vieillissement des polymres ˆ l'utilisation des gŽo-membranes, en passant par les goudrons et huiles de houille et leurs usages en gŽnie civil, ou encore par la corrosion des mŽtaux dans les sols).

            Des paires d'Žtudiants sont constituŽes ds la premire sŽance de cours et elles choisissent les sujets. Pour faciliter le dŽmarrage du travail, on leur indique une ou deux rŽfŽrences bibliographiques de base. Chaque Žquipe bŽnŽficie de l'aide:

            - des enseignants: pour chaque sujet, un assistant (non permanent) est dŽsignŽ comme pilote et peut tre contactŽ, pendant les cours ou par tŽlŽphone sur son lieu de travail;

            - du Centre de documentation de l'Ecole: les documentalistes et ingŽnieurs reoivent, sur rendez-vous, chaque Žquipe une ˆ deux fois pour les conseiller.

            Pour chaque sujet, les Žtudiants peuvent faire appel ˆ toutes les sources d'information possibles, formelles ou informelles, primaires ou secondaires, manuelles ou informatisŽes. La consultation des bases de donnŽes est largement prŽconisŽes, mais on encourage aussi les Žtudiants ˆ s'adresser directement aux organismes de recherche spŽcialisŽs (apprendre ˆ s'introduire dans ces milieux fermŽs).

            Les Žtudiants disposent pour chaque sujet d'une fiche comportant les informations suivantes:

            - titre du sujet;

            - description du sujet (5 ˆ 10 lignes) et cadrage (ou limitation) de la recherche documentaire demandŽe;

            - connaissances ˆ approfondir (renvoi ˆ des cours de l'Ecole);

            - premires indications bibliographiques (1 ˆ 3 rŽfrences);

            - organismes ˆ consulter (1 ˆ 2 centres de recherche);

            - enseignant pilote (nom et numŽro de tŽlŽphone).

            c) Le travail demandŽ aux Žtudiants

            Chaque Žquipe doit faire:

            - un rapport Žcrit prŽsentant l'ensemble du travail de recherche (les listings des interrogations des bases de donnŽes doivent tre joints en annexe);

            - une prŽsentation orale (10 ˆ 15 minutes), ne traitant que d'une partie du travail; l'ensemble des enseignants et des Žtudiants participent ˆ ces exposŽs.

            L'Žvaluation et la notation de chaque Žquipe tiennent compte de la qualitŽ de la recherche documentaire, de la pertinence des liens Žtablis entre le cours et les informations obtenues lors de la recherche bibliographique, de la qualitŽ de la synthse Žcrite et enfin de la prŽsentation orale.

                                                

Evaluation de l'action

            L'action motive trs fortement les Žtudiants qui apprennent ˆ dŽcouvrir par eux-mmes des sujets scientifiques et techniques inscrits dans le programme de l'enseignement et surtout qui apprennent trs directement les mŽthodes de la recherche de l'information et de la documentation. A noter que l'action se dŽroule sans exposŽ didactique prŽalable sur les outils et ressources de la documentation (la dŽcouverte de ces moyens par les Žtudiants fait partie des objectifs pŽdagogiques).

            L'excellente coopŽration et la parfaite synergie entre les enseignants et les spŽcialistes de l'information sont une clŽ du succs de ce type de formation.

                                                                                  (Irne ITARD, Paris, France)

 

5-2.Formation des Žtudiants de l'Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris aux mŽthodologies de  recherche documentaire dans le cadre de l'enseignement de biotechnologies

 

Nature de l'action

Travaux personnels de recherche documentaire rŽalisŽs par des Žtudiants  de deuxime annŽe de l'Ecole inscrits dans l'option biotechnologies .

 

Description de l'action

            Cette formation, de nature mŽthodologique, concerne les Žtudiants de deuxime annŽe (quatrime annŽe aprs la fin des Žtudes secondaires dans le systme franais) suivant les enseignements de l'option biotechnologies. Elle comporte les  Žtapes suivantes.

            a) En janvier, les Žtudiants prennent connaissance des divers ouvrages et pŽriodiques gŽnŽraux et spŽcialisŽs disponibles ˆ la bibliothque, ainsi que des diffŽrentes bases de donnŽes existantes. Les Žtudiants sont alors guidŽs par les spŽcialistes de l'information de la bibliothque.

            b) Plus tard, chaque Žtudiant rŽalise un sujet bibliographique de caractre scientifique ou plus rarement technico-Žconomique, lui permettant de se familiariser avec les techniques de la recherche documentaire. Chaque Žtudiant fait une analyse critique des articles scientifiques sŽlectionnŽs et  prŽsente oralement en fin d'annŽe un exposŽ de synthse. Il remet enfin aux professeurs de l'option biotechnologies un rapport bibliographique Žcrit.

            Cette formation est assurŽe, en partenariat, par des enseignants de l'option et des  documentalistes de la bibliothque.

                                                                      Brigitte ROCHE (Paris, France)

 

5-3.Exercices intŽgrŽs et projets d'Žtudiants en dŽbut d'Žtudes, ˆ l'UniversitŽ Catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique)

 

Nature de l'action

Travaux personnels d'Žtudiants, entrant dans une formation d'ingŽnieurs et faisant appel ˆ des recherches d'information.

 

Description de l'action

            L'objectif vise ˆ lutter contre la primautŽ excessive accordŽe aux capacitŽs d'analyse des Žtudiants, alors que le mŽtier de l'ingŽnieur repose fondamentalement sur du travail de crŽativitŽ, synthse et de conception. On veut Žgalement lutter contre le manque d'intŽgration des diffŽrentes matires enseignŽes au cours des Žtudes.

            La FacultŽ des sciences appliquŽes de l'UniversitŽ Catholique de Louvain a introduit depuis une dizaine d'annŽes des projets pour les Žtudiants de premire et de deuxime annŽe, appelŽs exercices intŽgrŽs.  Ces projets, portant sur des problmes rŽels (conception d'un electro-aimant de levage, calcul et simulation de trajectoire de balles de ping-pong, crŽation de siges originaux, Žtablissement d'une ligne ferroviaire ˆ grande vitesse en Belgique,...) figurent au programme de formation des Žtudiants pour un total de 135 heures en 1re annŽe et 90 heures en 2me annŽe. Une cinquantaine d'Žtudiants sur environ 250 optent pour ces exercices ˆ rŽaliser en petits groupes.

            Les Žtudiants doivent se documenter, consulter les spŽcialistes des dŽpartements de la FacultŽ ou des experts extŽrieurs. Des rapports sont prŽparŽs et prŽsentŽs publiquement. Dans certains cas les travaux des Žtudiants peuvent donner lieu ˆ publication de monographies.

            Ces projets, fortement apprŽciŽs par les Žtudiants, leur permettent d'apprendre beaucoup de choses et de mieux percevoir les thŽories qui leur sont enseignŽes. La mŽthodologie de conduite de projet et celle de la recherche de l'information dŽveloppent chez les Žtudiants l'esprit de synthse et la crŽativitŽ.

            Ces exercices demandent un encadrement important et un renouvellement rŽgulier des thmes.

                                   Auguste LALOUX (Louvain-la -Neuve, Belgique)

 

5-4.Mini-projets en chimie minŽrale et en chimie organique, ˆ partir de donnŽes bibliographiques, ˆ l'Ecole Nationale SupŽrieure de Chimie de Lille (France)

 

Nature de l'action

Travail demandŽ ˆ des groupes d'Žtudiants, sous forme de mini-projets, faisant appel ˆ des recherches bibliographiques et conduisant ˆ rŽdaction de rapports de synthse.

 

Description de l'action

            a) Les objectifs

            La direction et les enseignants de l'Ecole cherchent ˆ:

                       - motiver les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, ˆ la recherche de l'information spŽcialisŽe;

                       - dŽmystifier la documentation aux yeux des Žtudiants;

                       - apprendre ˆ ces derniers, d'une part ˆ sŽlectionner des documents pertinents, d'autre part ˆ mettre en forme et restituer l'information en fonction des besoins (rapport bibliographique), enfin ˆ se forger une opinion propre ˆ partir d'idŽes parfois contradictoires.

            b) Les mini-projets

            L'idŽe a consistŽ ˆ ne plus placer les Žtudiants de 2me annŽe de l'Ecole (soit la 4me annŽe du cursus complet d'Žtudes d'ingŽnieurs) devant des manipulations de laboratoire dŽjˆ mises au point, mais de leur faire effectuer un "mini-projet" ˆ partir de donnŽes bibliographiques.

            Le travail est planifiŽ de la manire suivante:

                       - choix d'un sujet en chimie minŽrale et en chimie organique, par groupe de 4 ˆ 8 Žtudiants en moyenne;

                       - initiation ˆ la recherche bibliographique manuelle et automatisŽe;

                       - recherches bibliographiques proprement dites;

                       - Žlaboration d'un rapport de synthse bibliographique;

                       - rŽalisation de la partie pratique (manipulation en laboratoire) ˆ partir des donnŽes bibliographiques;

                       - Žtablissement d'un rapport pratique.

            c) Les exposŽs thŽoriques (12 heures)

            La partie didactique relative ˆ l'initiation ˆ la recherche d'information et ˆ l'apprentissage des outils documentaires concerne les thmes suivants:

            - description et utilisation de la Bibliothque universitaire et des principaux centres de documentation;

            - description et utilisation de la littŽrature en chimie: nature des documents primaires, secondaires, tertiaires;

            - structure et mode d'utilisation des "Chemical Abstracts", indispensables pour toute recherche en chimie;

            - fonctionnement, structure et utilisation des diffŽrents systmes documentaires automatisŽs;

            - description des bases et banques de donnŽes en chimie;

            - Žtablissement d'une stratŽgie de recherche sur un exemple prŽcis: mise en Žvidence des principaux concepts et mots-clŽs contenus dans le sujet; passage du langage naturel au langage contr™lŽ;

            - mŽthode de restitution de l'information sous forme de rapport bibliographique.

            Ces diffŽrents points sont rŽsumŽs dans un document polycopiŽ.

            d) Les rapports bibliographiques (50 heures)

            Munis de ces connaissances, les Žtudiants commencent par faire par eux-mmes la dŽcouverte des outils et ressources documentaires. Puis, en collaboration avec l'enseignant, les recherches bibliographiques se structurent (recherches manuelles, dŽtermination des concepts , des mots-clŽs et de la stratŽgie d'interrogation des bases de donnŽes, travail au terminal informatique).

            Les Žtudiants ont ensuite ˆ trier et sŽlectionner les informations recueillies, de manire ˆ Žtablir un rapport bibliographique complet sur chacun des sujets choisis.

            e) La rŽalisation pratique des mini-projets (80 heures)

            Les mini-projets d'expŽrimentation sont rŽalisŽs en laboratoire, pendant deux semaines,  ˆ partir des ŽlŽments des rapports bibliographiques. Tous les rŽsultats, observations et commentaires sont ensuite consignŽs dans un rapport pratique.

 

Evaluation de l'action

Les objectifs sont trs largement atteints car l'assimilation de la recherche de l'information scientifique et technique ˆ un travail d'Žlaboration personnelle motive les Žtudiants, futurs ingŽnieurs ˆ appliquer et approfondir les notions thŽoriques dispensŽes en cours, ˆ rechercher et sŽlectionner la documentation pertinente, puis ˆ restituer l'information sous forme de rapports.

 

                                   GŽrard HUYGE-TIPREZ (Villeneuve d'Ascq, France)

 

5-5.Module de formation ˆ la gestion et au management, ˆ la crŽation d'entreprise et ˆ la recherche de l'information utile ˆ l'UniversitŽ de Technologie de Compigne (France) 

 

Nature de l'action

IntŽgration, dans un enseignement modulaire de gestion portant sur la crŽation d'entreprise,  d'une initiation aux mŽthodologies de la recherche de l'information et de la documentation utiles.

 

Description de l'action

            a) Le cadre et les finalitŽs

            L'UniversitŽ de Technologie de Compigne, forme, en 5 ans, des ingŽnieurs en gŽnie biologique, en gŽnie chimique, en gŽnie informatique et en gŽnie mŽcanique. Pendant leur cursus, les Žtudiants suivent des enseignements sous forme d'unitŽs de valeur (UV) scientifiques et techniques propres ˆ leur filire de spŽcialisation, ainsi que d'autres UV de culture gŽnŽrale, proposŽes par le DŽpartement Technologie et Sciences de l'Homme.

            "Des ingŽnieurs, crŽateurs d'entreprise en puissance": ce slogan est retenu par l'enseignant de ce DŽpartement, responsable de l'UV "Fondements de la gestion", qui constate qu'en gŽnŽral les techniques de gestion n'intŽressent que mŽdiocrement les Žtudiants qui n'en apprŽcient pas vraiment les enjeux. L'UV s'appuie donc sur une recherche de motivation des Žtudiants, en leur proposant de s'impliquer dans un projet de crŽation d'entreprise.

            Dans ce cadre, les Žtudiants dŽcouvrent la nŽcessitŽ de disposer des meilleures informations  et sont guidŽs dans l'apprentissage des mŽthodologies de l'information par les responsables de la Bibliothque.

            b) La mise en oeuvre de l'action

            Chaque semestre, paralllement aux cours en amphithŽatre, 20 ˆ 30 groupes de 3 ˆ 4 Žtudiants doivent, en travaux dirigŽs, imaginer un produit innovant, Žvaluer son marchŽ potentiel, dŽfinir les moyens de production et les ressources nŽcessaires ˆ sa production et ˆ sa commercialisation, Žlaborer le plan d'affaires et proposer le montage financier de l'entreprise. En final, chaque groupe prŽsente un dossier de crŽation d'entreprise devant un jury, composŽ d'enseignants, de banquiers et d'industriels qui se prononce sur la faisabilitŽ du projet.

            PlacŽs dans la position du crŽateur d'entreprise, les Žtudiants se trouvent devant la nŽcessitŽ de disposer d'informations ou donnŽes pertinentes sur le marchŽ potentiel, sur le marchŽ du travail, sur les matires premires et les machines, sur le marchŽ immobilier d'entreprise, les imp™ts et les taxes,... Cette nŽcessitŽ fournit l'occasion d'un apprentissage sur  le recueil, l'analyse et la restitution de l'information, rŽalisŽ gr‰ce ˆ une collaboration Žtroite entre les chargŽs de travaux dirigŽs et la Bibliothque.

            c) Une formation-action ˆ la recherche d'information

            Un premier cours permet la prŽsentation rapide des diffŽrentes sources d'information utiles: annuaires, rŽpertoires, guides, revues spŽcialisŽes, documents de statistiques (INSEE), services vidŽotex (Minitel),... Un guide de recherche (3 pages) est remis aux Žtudiants pour orienter les premires dŽmarches.

            Aprs quelques initiatives personnelles, les Žtudiants viennent rencontrer les documentalistes de la Bibliothque pour reprer ou utiliser des sources spŽcifiques. A cette occasion, un travail de nature mŽthodologique est fait en vue d'aider les Žtudiants ˆ mieux dŽfinir leurs besoins, ˆ faire des recoupements d'information (utilisation de diffŽrentes nomenclatures ou de diffŽrentes sources statistiques,...), ˆ gŽrer des contraintes de dŽlais et de budget et enfin ˆ construire eux-mmes l'information qu'ils ne peuvent pas obtenir.

            L'Žvaluation du travail final des Žtudiants prend en compte pleinement l'aspect "recherche des informations". Tout au long du travail, les Žtudiants doivent relever les rŽfŽrences ou coordonnŽes des sources utilisŽes; ils doivent Žgalement retracer les grandes lignes de leur dŽmarche.

Evaluation de l'action

            S'agissant d'une initiation concrte et finalisŽe ˆ la recherche d'information (et non d'une formation ˆ la bibliographie), on vise surtout ˆ faire acquŽrir un "rŽflexe information", valable pour la vie professionnelle future des Žtudiants. Sur ce point, la motivation des Žtudiants, ˆ travers leur projet personnel, parait essentielle.

            L'accueil personnalisŽ des Žtudiants  renforce nettement l'image auprs des Žtudiants qui viennent demander et conseil pour d'autres unitŽs de valeur ou des travaux personnels.

            Le partenariat fertile entre les enseignants et les spŽcialistes de l'information dŽbouche aujourd'hui sur un travail en commun dans une Žquipe de recherche sur le transfert de technologies.

                                   Sylvie MONY, Franois ROMON (Compigne, France)

 

5-6.Formation aux mŽthodologies de la recherche de l'information  dans le cadre de l'option "projets et produits nouveaux" ˆ l'Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris 

 

Nature de l'action

Travaux personnels de recherche et synthse d'information, pour renforcer la formation mŽthodologique des Žtudiants de l'option "projets et produits nouveaux" de l'Ecole des Mines.

 

Description de l'action

            L'option "projets et produits nouveaux" offre aux Žtudiants une formation mŽthodologique, transversale par rapport ˆ l'approche disciplinaire classique. Elle met l'accent sur le management de l'innovation, ˆ l'interface entre conception de produit, gestion de projet, analyse organisationnelle et  stratŽgie d'entreprise. Dans cette stratŽgie, l'utilisation intensive de l'information scientifique, technique et Žconomique reprŽsente un point de passage voulu comme obligŽ par les enseignants.

            Aprs les introductions aux moyens et ressources de la bibliothque, les Žtudiants de l'option reoivent un enseignement sur la propriŽtŽ industrielle ou intellectuelle (lire un brevet, exploiter un brevet comme ŽlŽment d'une veille technologique performante) et sur le marketing et les Žtudes de marchŽ.

            Les connaissances acquises sont mises ˆ l'Žpreuve ˆ l'occasion de deux travaux personnels.

            Le premier consiste en une Žtude sectorielle liŽe ˆ l'axe technique choisi. Il s'agit de rassembler, dans un rapport Žcrit, les donnŽes Žconomiques du secteur, de dŽcrire l'organisation de la filire (degrŽ de concentration, nombre et taille des entreprises, syndicats professionnels,...), de repŽrer les sources documentaires (revues, laboratoires, bases de donnŽes,salons professionnels,...). Ont ainsi ŽtŽ ŽtudiŽes l'industrie du jouet, la fabrication des robinets, l'industrie de la roche marbrire, la construction des boiseries en PVC, etc...

            Le deuxime travail porte sur une Žtude de brevets. Il s'agit soit de comprendre la stratŽgie technologique d'une firme gr‰ce ˆ l'analyse du portefeuille de brevets qu'elle dŽtient, par comparaison avec les firmes concurrentes, soit de faire le point sur les recherches technologiques en cours sur un produit donnŽ, au travers des dŽp™ts de brevets.

            L'accs ˆ l'information peut se faire ˆ partir du fonds documentaire de l'Ecole et par l'interrogation de bases de donnŽes avec la participation des professionnels de l'information de l'Ecole.

            Portant de plus en plus sur des mŽthodologies, l'enseignement ne peut plus tre dispensŽ de manire classique. La voie qui a ŽtŽ choisie, ˆ l'Ecole des Mines, consiste ˆ enseigner aux Žtudiants comment trouver l'information dont ils ont besoin, en utilisant pour ce faire toutes les ressources de la documentation, notamment Žlectronique.  

                                                                      Patrick GARNIER (Paris, France)

 


 

6-DES INNOVATIONS PEDAGOGIQUES

 

            Dans certains cas, l'apprentissage des processus de ma”trise de l'information devient une vŽritable source d'innovation pŽdagogique et d'expŽrimentation de nouvelles pratiques de formation. Une autre faon de voir le problŽme de l'information dans une Ecole d'ingŽnieurs.

 

6-1.SŽminaire de mŽthodologie, en prŽ-rentrŽe, ˆ l'Ecole SupŽrieure d'Informatique-Electronique-Automatique (Paris)

 

Nature de l'action

RŽalisation d'un sŽminaire de mŽthodologie, en prŽ-rentrŽe, pour des Žtudiants de premire annŽe, de faon ˆ leur faire acquŽrir des outils mŽthodologiques et ˆ les sensibiliser ˆ des donnŽes relatives aux modalitŽs d'apprentissage, de traitement de l'information et de dŽveloppement personnel.

 

Description de l'action

            a) Les objectifs

            Pour rŽpondre aux besoins exprimŽs par les Žtudiants d'aborder leurs Žtudes supŽrieures avec une meilleure adaptabilitŽ ou efficacitŽ, la direction de l'Ecole fixe deux objectifs:

            - faire acquŽrir trs t™t des ŽlŽments de mŽthodologie pour l'organisation et la gestion du temps et du dŽroulement des Žtudes;

            - sensibiliser les Žtudiants ˆ l'importance d'une bonne ma”trise des processus de l'apprentissage cognitif et du dŽveloppement personnel.

            b) La mise en oeuvre de l'action

            Un sŽminaire regroupe, avant la rentrŽe et pendant deux journŽes,  tous les Žtudiants de premire annŽe (en fait 2 sŽminaires de deux jours pour des groupes de 160 Žtudiants). L'effectif de 160 personnes est alors scindŽ en 2 sous-groupes, de faon ˆ permettre des alternances croisŽes d'apports thŽoriques et de travaux en bureaux d'Žtudes. Des Žquipes de 8 ˆ 10 Žtudiants sont ensuite constituŽes et travaillent sous la tutelle de deux Žtudiants de deuxime annŽe ("animateurs de cercles de qualitŽ ESIEA") et sous la vigilance d'un Žtudiant de troisime annŽe.

            c) Le dŽroulement de la formation

            Dans le sous-groupe A, travaillant en bureaux d'Žtudes, les Žtudiants reoivent un jeu de cartes spŽcialement conu par l'Ecole, vŽritable support pŽdagogique des animateurs, prŽsentant des rŽgles relatives ˆ l'image et au fonctionnement de l'Ecole et surtout aux mŽthodologies du travail intellectuel. Sur ces cartes, imprimŽes, figurent, au recto, des rŽsumŽs trs schŽmatiques de diverses prŽoccupations de nature mŽthodologique ("travail sur le cours magistral", "votre travail en temps limitŽ", "construction de votre emploi du temps",...). Le dos des cartes est illustrŽ par le logo de l'Ecole. Sous la conduite trs dynamique des Žtudiants-animateurs et ˆ partir des thmes des cartes, un jeu de questions/rŽponses s'instaure. Les Žtudiants, progressivement mis en situation, construisent alors un emploi du temps, fictif, mais personnalisŽ, , apprennent ˆ s'interroger entre eux sur des points clŽs du cours ou ˆ faire un bilan individuel ou collectif hebdomadaire.

            Dans le sous-groupe B, les Žtudiants bŽnŽficient d'apports thŽoriques relatifs aux modalitŽs de l'apprentissage et au fonctionnement du cerveau. Dans ce cadre, les Žtudiants apprennent l'importance de l'information et dŽcouvrent les mŽcanismes d'intŽgration et de rappel de l'information. Tout en restant trs pragmatiques, les enseignants montrent aux Žtudiants les liens entre l'information et les applications pŽdagogiques, ceci dans la perspective d'une meilleure exploitation des enseignements. Un "dŽcodage" de l'apprentissage cognitif est proposŽ ˆ travers l'explicitation d'une des cartes du jeu, intitulŽe: "Etudier une science, un chapitre, nŽcessite...".

            Le sŽminaire s'achve avec une grande diversitŽ d'informations, riche mais un peu complexe, qui incite les Žtudiants ˆ Žvaluer et sŽlectionner l'information leur permettant la meilleure adaptation ˆ leurs Žtudes supŽrieures.

            A noter que l'Ecole a mis en place, par ailleurs, des cercles de qualitŽ, composŽs d'Žtudiants, se rŽunissant tous les 15 jours, et fortement axŽs sur la rŽsolution des problmes d'information, de mŽthodologie et d'apprentissage. L'objectif consiste notamment ˆ inciter les Žtudiants ˆ mieux traiter l'information et la valoriser et ˆ leur faire acquŽrir, en la matire, un savoir-faire utile dans toute leur vie professionnelle.

            Une dŽmarche trs novatrice et actuelle, une autre faon de poser le problme de la formation ˆ l'information dans des Ecoles d'ingŽnieurs.

                                                                      Arlette LOFFICIER (Paris, France)

 

6-2.Apprentissage de la recherche de l'information ˆ propos de thmes de  "controverse" ˆ l'Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris  dans le cadre de l'option socio-Žconomie de l'innovation

 

Nature de l'action

Constitution de dossiers personnels de synthse  relatifs ˆ des controverses techniques, Žconomiques ou industrielles, par des Žtudiants  de l'option socio-Žconomie de l'innovation.

 

 Description de l'action

            Les enseignants demandent aux Žtudiants de constituer un dossier sur des thmes sujets ˆ forte controverse, comme par exemple: la pilule abortive, la mŽmoire de l'eau, le pilotage ˆ 2 ou ˆ 3 des avions AIRBUS A320, la mesure de l'audience de la tŽlŽvision, la brevetabilitŽ du vivant, le dŽpistage automatique du SIDA,. la construction d'autoroutes souterraines sous Paris, etc...

            Le problme ŽtudiŽ doit donner lieu ˆ vifs dŽbats et avoir des implications aussi bien scientifiques, techniques, Žconomiques, politiques, Žthiques  ou culturelles. On cherche ainsi ˆ faire percevoir aux Žtudiants la difficultŽ ˆ sŽparer la technique des autres dimensions sociales et ˆ leur faire prendre conscience de l'existence de points de vue opposŽs ou incompatibles.

            Le travail consiste en recherches d'informations par interrogation de bases de donnŽes et en  entretiens avec certains acteurs du dŽbat. Les Žtudiants doivent ensuite Žtablir un rapport de synthse en trois parties:

                       - la description des acteurs en prŽsence et leurs argumentaires techniques, Žthiques ou Žconomiques;

                       - une prŽsentation des problmes critiques autour desquels se nouent les dŽbats (avec description des relations de pouvoir ou d'influence entre les  acteurs sur ces problŽmes);

                       - la rŽdaction de scenarios dŽcrivant l'Žvolution possibles de la controverse.

            On leur demande de joindre une annexe rassemblant toutes les informations collectŽes et utilisŽes. La recherche des informations se fait ˆ travers des bases de donnŽes (presse, littŽrature scientifique, brevets,...), avec l'aide des documentalistes de la bibliothque.

            Mais l'aspect le plus original du travail rŽside surtout dans les entretiens avec les personnalitŽs identifiŽes gr‰ce aux bases de donnŽes. Ainsi est mise en Žvidence la complŽmentaritŽ efficace des sources Žcrites et orales.

            Les meilleurs travaux donnent lieu ˆ publication dans des revues.

                                                                      Michel CALLON (Paris, France)

 

6-3.Innovations pŽdagogiques considŽrant le processus informationnel comme une vŽritable dŽmarche d'apprentissage: les expŽriences rŽalisŽes dans le cadre de l'Association MEDIANCES

 

Cadre de l'action

DiffŽrents Instituts Universitaires de Technologie et Ecoles d'ingŽnieurs en France, en collaboration avec l'Association MŽdiances.

 

Description de l'action

            L'Association MEDIANCES regroupe diffŽrents enseignants d'Ecoles d'ingŽnieurs ou d'Instituts Universitaires de Technologie ou responsables d'entreprises intŽressŽs par la formation ˆ l'information et ˆ la communication scientifiques et techniques.

            Pour MEDIANCES, le processus informationnel est en soi une vŽritable dŽmarche d'apprentissage et implique des approches pŽdagogiques basŽes sur l'autonomie et l'interdisciplinaritŽ.

            Les actions menŽes par des membres de MEDIANCES, dans le cadre de leurs Žtablissements, correspondent ˆ des objectifs rŽels, ancrŽs dans la rŽalitŽ du monde industriel.

            On note les expŽriences rŽalisŽes ces dernires annŽes:

            - formation ˆ l'information et ˆ la communication scientifiques et techniques, en langues Žtrangres, pour des ingŽnieurs et techniciens d'entreprises du secteur de l'ŽlectricitŽ et de l'Žlectronique;

            - conception et utilisation, par des Žtudiants futurs ingŽnieurs,  d'un logiciel de simulation pour la gestion de l'Žnergie dans les procŽdŽs industriels, considŽrŽ comme un outil de recueil de donnŽes et de formation ˆ la ma”trise de l'information scientifique et technique;

            -  conception et rŽalisation, par des Žtudiants techniciens supŽrieurs,  d'un prototype de systme domotique (habitat informatisŽ) avec dŽmarche intŽgrŽe de sensibilisation ˆ la dynamique de l'information scientifique et technique;

            - sensibilisation d'Žtudiants aux mŽthodes de l'information spŽcialisŽe, par rŽalisation d'une enqute dans une entreprise de service (gestion des Žquipements techniques des b‰timents).

            Ces diffŽrentes rŽalisations  s'appuient sur des dŽmarches pŽdagogiques originales, cherchent ˆ inciter les Žtudiants ˆ apprendre ˆ travers des projets et mettent l'accent sur l'importance d'une bonne ma”trise des ressources et moyens de l'information.  

            MEDIANCES, Evelyne BROUZENG, GŽrard MATRICALI (France)

 

6-4.ExpŽrience de formation concommittante et  transdisciplinaire d'Žtudiants en Žlectronique d'une part et d'Žtudiants en documentation d'autre part dans deux Instituts Universitaires de Technologie de Bordeaux (France)

 

Nature de l'action

ExpŽrience concrte d'apprentissage de travail en partenariat entre Žtudiants futurs Žlectroniciens et Žtudiants futurs documentalistes., autour de la formation ˆ la recherche documentaire et ˆ l'interrogation des bases de donnŽes.

 

 

Description de l'action

            Deux Instituts Universitaires de Technologie de Bordeaux, formant l'un des techniciens supŽrieurs, l'autre des documentalistes, ont conu une expŽrience originale de formation conjointe ou mutuelle ˆ  la ma”trise de l'information.

            a) L'objectif

            Former ˆ la recherche documentaire et ˆ l'interrogation des bases de donnŽes, de faon concommittante et partenariale, des Žtudiants de filires diffŽrentes, des techniciens supŽrieurs en Žlectronique d'une part, des documentalistes d'autre part.

            b) Les partenaires en prŽsence

            Des Žtudiants en Žlectronique, chargŽs par leur enseignant de rŽaliser une Žtude sur un mŽcanisme ou un systme Žlectronique et ˆ qui on veut faire percevoir l'importance des recherches documentaires ou bibliographiques.

            Des Žtudiants, futurs documentalistes, souvent littŽraires d'origine, appelŽs ˆ faire des recherches dans des banques de donnŽes scientifiques et techniques.

            Pour ces deux catŽgories d'Žtudiants, le niveau des Žtudes est de deux annŽes aprs le baccalaurŽat (2me annŽe en UniversitŽ).

            c) L'expŽrience

            Sous la conduite de leur enseignant et par petite Žquipe, les Žtudiants en Žlectronique exposent devant les futurs documentalistes leurs besoins en information pour rŽsoudre les problmes posŽs: que veulent-ils faire, dans quel cadre, ˆ quoi a sert,...? Un dialogue s'instaure pour cerner le domaine, le ou les chapitres d'Žtudes concernŽs et  Žtablir l'Žquation de recherche, suivi d'une recherche d'information pour les documentalistes.

            La rencontre suivante est consacrŽe ˆ la mise au point dŽfinitive de l'Žquation de recherche et de l'interrogation des bases de donnŽes effectuŽe sur terminal informatique et rŽalisŽe par des Žquipes mixtes (Žlectroniciens, documentalistes).

 

Evaluation de l'action

            Cette dŽmarche originale qui s'inscrit dans une problŽmatique nouvelle de la formation ˆ l'information, met en relief la nŽcessitŽ du travail concertŽ entre spŽcialistes de l'information et spŽcialistes des domaines techniques exprimant des besoins d'information. L'approche pŽdagogique consistant ˆ faire travailler ensemble des Žtudiants relevant de deux corps de mŽtiers diffŽrents est exemplaire et mŽrite d'tre largement reproduite.

            Pour le strict aspect de la formation des techniciens supŽrieurs, futurs Žlectroniciens, il est important de noter qu'ils ont pris conscience de la nŽcessitŽ de savoir mieux formuler les questions et dŽfinir les problmes relatifs ˆ la qute de l'information. La ma”trise des langages de recherche (synonymies, hiŽrarchie des termes, renvois sŽmantiques,...) a ŽtŽ  reconnue comme essentielle par les Žtudiants, de mme qu'ils ont pu se rendre compte de l'importance de la dŽmarche de vulgarisation scientifique et technique (exposer simplement ˆ de futurs documentalistes ce qu'est un convecteur ou un central tŽlŽphonique).  La dŽcouverte de l'importance de l'industrie de l'information est Žgalement ˆ mettre ˆ l'actif d'une telle expŽrience.

            Cette dŽmarche s'inscrit dans une nouvelle perspective de formation professionnelle, mettant l'accent, non-plus sur le seul  l'apprentissage, classique, positiviste, des connaissances d'un domaine scientifique et technique donnŽ, mais plut™t sur la nŽcessitŽ de former des Žquipes mixtes, inter- ou trans-disciplinaires dans lesquelles se conjuguent les potentialitŽs de professions diffŽrentes.

                                               Marie France BLANQUET (Bordeaux, France)

 


 

7-FORMATION CONTINUE ET DOUBLE COMPETENCE

 

            Au delˆ du dipl™me d'ingŽnieur, on peut encore continuer ˆ se former ˆ la ma”trise de l'information. A travers des formations post-graduŽes ou encore des formations dites continues, de jeunes ingŽnieurs peuvent se perfectionner, voire-mme se spŽcialiser dans le management des processus d'information scientifique et technique, acquŽrant ainsi une double compŽtence professionnelle.

 

7-1.Programme de formation post-graduŽe de spŽcialistes en information scientifique et technique, ˆ l'Institut National Polytechnique de Lorraine (France)

 

Nature de l'action

Formation post-graduŽe, longue, et pour la double-compŽtence d'ingŽnieur et de spŽcialiste de l'information scientifique et technique.

 

Description de l'action

            Le DŽpartement de Perfectionnement des IngŽnieurs et Cadres de l'Institut National Polytechnique de Lorraine (Žtablissement qui regroupe ˆ Nancy plusieurs Ecoles d'IngŽnieurs) organise une formation d'une durŽe de 9 mois s'adressant ˆ des diplomŽs universitaires, majoritairement ˆ de jeunes ingŽnieurs ou scientifiques. Il s'agit de  prŽparer ces jeunes ingŽnieurs et scientifiques ˆ ma”triser l'information scientifique et technique et notamment les technologies nouvelles en matire de traitement de l'information.

            La formation consiste en 15 modules spŽcifiques, soit environ 685 heures de cours, de travaux pratiques et dirigŽs, de confŽrences et sŽminaires. Un projet est rŽalisŽ ˆ la fin de la formation.

            Les thmes traitŽs abordent la linguistique et le traitement du langage, le multilinguisme, les sources d'information, le traitement de l'information, l'informatique documentaire, l'intelligence artificielle, les technologies nouvelles, les aspects juridiques de l'information, l'Žconomie des services d'information,, la communication, la diffusion de l'information,, le management des transferts de connaissances industrielles et la veille technologique.

                                                                      Daniel MOREL (Nancy, France)

 

 7-2.Programme de formation continue sur les services d'information et le management des ressources informationnelles (programme IRM) ˆ l'UniversitŽ de Technologie d'Helsinki

 

Nature de l'action

Formation, pour la double compŽtence et par la voie de la formation continue, d'ingŽnieurs capable de concevoir et gŽrer des services d'information dans leur environnement professionnel.

 

Description de l'action

            Le Centre pour la Formation Continue de l'UniversitŽ d'Helsinki (Finlande) organise une formation d'une durŽe de 9 mois s'adressant ˆ des diplomŽs universitaires, majoritairement ingŽnieurs ou scientifiques, travaillant dans des entreprises ou des administrations. Le but consiste ˆ prŽparer ces jeunes ingŽnieurs ˆ dŽvelopper et diriger des systmes de ressources informationnelles, plus particulirement dans l'Žtablissement qui les emploie.

            La formation consiste en 10 modules spŽcifiques avec des confŽrences et des sŽminaires. Des exercices sont faits par les participants  qui ont par ailleurs ˆ travailler sur des projets concernant directement leur propre organisation.

            Les thmes traitŽs touchent ˆ la gestion des flux d'information, au management des projets, ˆ la gestion de la connaissance, aux technologies de l'information, ˆ l'audit des systmes d'information, aux politiques nationales et internationales d'information, ˆ la stratŽgie des services d'information, ou encore ˆ la valeur et au cožt de l'information.

                                                          Merja KARIVALO (Helsinki, Finlande)

 

7-3.Module de formation continue "Information et Communication Scientifiques et Techniques" au Conservatoire National des Arts et MŽtiers (Paris)

 

Nature de l'action

Stages de formation continue sur la ma”trise des outils et ressources de l'information et de la communication scientifiques et techniques pour des ingŽnieurs d'entreprises.

 

Description de l'action

            Le Conservatoire National des Arts et mŽtiers, crŽŽ en 1794 ˆ Paris (France) a une longue tradition et expŽrience de formation d'ingŽnieurs par la voie de la formation continue ou promotionnelle. Formant aux diverses disciplines de gŽnie, le CNAM accueille des techniciens ou cadres d'entreprises souhaitant devenir ingŽnieurs, aussi bien que des ingŽnieurs et des scientifiques dŽsirant se perfectionner dans diffŽrents domaines.

            Un programme de stages de formation continue est ainsi proposŽ. Il se prŽsente sous la forme de 2 stages , l'un de 2 fois 3 jours (42 heures au total) portant sur l'acquisition, la gestion, l'utilisation et la communication de l'information, l'autre de 3 jours (21 heures) portant sur l'information stratŽgique, les brevets et les normes, considŽrŽs comme instruments de dŽveloppement industriel. Ces deux stages  s'adressent ˆ des ingŽnieurs, techniciens ou scientifiques.

                                   Danielle BRETELLE-DESMAZIERES, (Paris, France).

 


 

8-DES TEMOIGNAGES ET DES PROPOSITIONS

 

            Plusieurs enseignants et responsables d'unitŽs documentaires d'Ecoles d'ingŽnieurs de diffŽrents pays s'expriment sur cette question de la formation ˆ la ma”trise de l'information. Les textes qui suivent sont autant de tŽmoignages des nouvelles perspectives de formations d'ingŽnieurs valorisant la dimension informationnelle de l'activitŽ des futurs ingŽnieurs. 

 

8-1.LA FORMATION DES JEUNES INGENIEURS OU ELEVES INGENIEURS A LA MAITRISE DE L'INFORMATION ET DE LA DOCUMENTATION SPECIALISEES DANS LES PAYS DU SUD

                                               Laurent GOMIS (ENSUT, Dakar, SŽnŽgal)

 

a)ConsidŽrations gŽnŽrales

            Le droit ˆ l'information est depuis plusieurs annŽes pr™nŽ par l'UNESCO, mais le problme dans les pays du Sud reste l'accŽs ˆ cette information malgrŽ les efforts consentis par les Etats dans le cadre des diffŽrents services d'information scientifique et technique.

            Dans les Ecoles d'ingŽnieurs, il faut faire un triple effort :

            - adapter l'information (scientifique et technique mais aussi Žconomique ou juridique) aux besoins exprimŽs et potentiels;

            - disposer d'un personnel scientifique et technique suffisant et d'un bon niveau;

            - apprendre aux futurs ingŽnieurs ˆ s'en servir.

            L'information doit tre partie intŽgrante des mŽthodes de travail, pour cela, les mŽthodes d'utilisation de l'information doivent s'enseigner. L'action de s'informer requiert un apprentissage.

            En Afrique, la documentation est toujours une activitŽ marginale. Il y a peu ou presque pas de bibliothques enfantines. Les bibliothques scolaires sont presque inexistantes. Le contact des Žlves avec la documentation se fait trs tardivement et souvent, ils arrivent ˆ l'UniversitŽ sans avoir vu ou manipulŽ un fichier. Ils sont incapables de mener la plus petite recherche documentaire. Les bibliothques universitaires restent encore les parents pauvres du systme universitaire. Une fois dans la production, nos cadres n'arrivent pas ˆ se dŽpartir de ces mauvaises habitudes acquises ds le bas ‰ge et tout au long de leur cursus.

            Ainsi se pose un problme de renouvellement des connaissances ˆ leur niveau. Aujourd'hui, il est universellement admis que l'acquisition des connaissances dŽpasse mme le cadre de l'Žducation formelle.

            L'information est devenue la plus importante des matires premires, une richesse importante et vŽhiculŽe ˆ travers le monde, en fait une ressource vitale et donc un enjeu pour les pays en voie de dŽveloppement.

            Notre comportement vis ˆ vis de cette surabondance, les possibilitŽs d'accŽder ˆ ces monstrueuses sources nous obligent ˆ nous tourner vers les techniques documentaires. L'initiation et l'apprentissage s'imposent. Les mŽthodes de recherche de l'information doivent tre apprises, connues pour susciter une nouvelle attitude. Elles doivent servir utilement le chercheur, l'enseignant et l'Žtudiant dans la recherche d'une information rŽpondant ˆ leurs prŽoccupations et surtout les orienter vers les sources dŽtentrices de cette documentation.

            Aujourd'hui, les Ecoles d'ingŽnieurs doivent former un nouveau type d'homme qui parfait lui-mme sa formation par un gožt lŽgitime pour la recherche et la crŽativitŽ.

            Une nouvelle attitude vis-ˆ-vis de l'information doit avoir des prolongements en dehors de l'UniversitŽ et de l'Ecole pour permettre ˆ l'ingŽnieur, au technicien, au chercheur, et ˆ n'importe quel citoyen d'amasser les armes nŽcessaires pour relever les innombrables dŽfis qui  nous interpellent tous : compŽtitivitŽ de nos industries et de nos produits, restauration de l'agriculture, lutte contre la dŽsertification, crŽdibilitŽ de l'enseignement, croissance Žconomique, etc...

            Au-delˆ de l'Žtudiant et de l'UniversitŽ, l'homme africain moderne doit savoir se documenter. Le monde d'aujourd'hui est dŽjˆ celui de l'information, celui de demain le sera davantage. Ce monde donne la primautŽ ˆ la connaissance par le savoir-faire et le savoir-faire faire.

 

b) NŽcessitŽ de la formation

            La mŽconnaissance des avantages que procure l'information, l'absence des besoins clairement dŽfinis, l'ignorance des sources d'information sont autant de facteurs qui doivent pousser les services d'information et les Ecoles d'ingŽnieurs ˆ opter pour la formation de leurs utilisateurs. Rappelons que dans sa prŽface, le Guide UNISIST pour la formation des utilisateurs prŽconise que "la finalitŽ de chaque centre de documentation, de chaque service d'information, comme de tout systme national ou rŽseau rŽgional est de servir les utilisateurs d'information. Ces derniers font partie intŽgrante de la cha”ne de transmission et en sont en mme temps le maillon final...

            Tout le processus passe ˆ c™tŽ de la fonction principale si ces utilisateurs ne savent pas comment retrouver l'information qui leur est nŽcessaire, alors qu'elle est ˆ leur disposition. Il est donc souhaitable de former les utilisateurs aux techniques permettant de trouver l'information requise.

            Cette formation nŽcessite d'abord la sensibilisation des utilisateurs, des dŽcideurs et la formation des professionnels de l'information.

 

c) Statut de la formation

            Anne-Marie Adrianasolo pense "qu'en milieu universitaire, le contenu de la formation doit tre en relation directe avec les programmes d'Žtudes des utilisateurs. La relation Contenu/Programme d'Žtudes est le principal facteur de motivation chez les Žtudiants, qui  malheureusement ne pensent qu'ˆ court terme (la note finale des examens). Le facteur de motivation le plus important est donc l'intŽgration de la formation au cursus. Il faut en effet que l'Žtudiant reconnaisse l'utilitŽ intellectuelle de la formation documentaire et/ou que celle-ci soit payante dans la sanction des Žtudes" .

            Plusieurs cas de figures peuvent tre proposŽs en tenant compte de la spŽcificitŽ de chaque pays et de chaque Ecole d'ingŽnieurs.

 

 

8-2.LES BIBLIOTHEQUES UNIVERSITAIRES ET LA FORMATION DES FUTURS INGENIEURS A L'USAGE DE L'INFORMATION

                       Vladimir T. BOROVANSKY (ASU,Tempe, Arizona)

 

            Les dix dernires annŽes ont ŽtŽ marquŽes par un effort croissant de formation des Žtudiants des Ecoles d'ingŽnieurs ˆ l'utilisation des ressources d'information. De nouveaux cours sur "l'information des ingŽnieurs" ont commencŽ ˆ appara”tre dans les programmes des UniversitŽs. De mme peut-on observer une implication plus grande de la part des bibliothcaires spŽcialisŽs en ingŽniŽrie dans des prŽsentations aux Žtudiants, des sŽminaires et des sessions ouvertes de sensibilisation et de conseil.

            Dans le mme temps, les bibliothques de science et de gŽnie ont connu d'importants changements. Dans la majoritŽ des institutions, les catalogues manuels traditionnels n'existent plus, ayant ŽtŽ remplacŽs par des catalogues d'accs public en ligne (OPAC). La recherche dans les bases de donnŽes Žvolue vers une plus grande convivialitŽ pour l'utilisateur final, avec en outre une prolifŽration des CD-ROM et des bases de donnŽes disponibles dans le catalogue de la bibliothque centrale.

            Ainsi, ˆ l'UniversitŽ d'Etat de l'Arizona, plusieurs Index ou bases de donnŽes Wilson, dont l'Index des Sciences AppliquŽes et de la Technologie, sont inclus dans l'OPAC "CARL" et disponibles pour des recherches libres et illimitŽes. Ils peuvent tre consultŽs non seulement sur les terminaux de la bibliothque, mais aussi depuis des bureaux d'enseignants ou mme de chez soi ˆ partir d'ordinateurs PC. La base de donnŽes COMPENDEX, pour le gŽnie, est interrogeable gratuitement sur CD-ROM. Les brevets, autre source importante d'information primaire, peuvent tre consultŽs librement gr‰ce au CD-ROM CASSIS, fourni par le Bureau U.S. des Brevets et des Marques. La Bibliothque Noble de Science et de GŽnie de l'UniversitŽ d'Etat d'Arizona a ŽtŽ sŽlectionnŽe comme l'une des 14 grandes bibliothques des Etats Unis pour tester le nouveau Systme AutomatisŽ sur les Brevets, dŽveloppŽ par ce Bureau. Ce Systme permettra ˆ l'utilisateur de faire des recherches en  texte intŽgral sur les brevets remontant ˆ 1790.

            L'Žmergence de rŽseaux de tŽlŽcommunications, comme INTERNET, rend en outre possible l'accs aux catalogues et fichiers d'autres bibliothques, tant pour les spŽcialistes de l'information que pour les utilisateurs. Cette disposition accroitra sŽrieusement leurs possibilitŽs de recherche et les aidera ˆ accder ˆ de nouvelles ressources d'information.

            La compŽtition internationale autour des nouveaux marchŽs pousse les ingŽnieurs ˆ concevoir de meilleurs produits et ˆ dŽvelopper de meilleurs matŽriaux. Cette tendance conduit ˆ une "internationalisation" de l'information, comme cela a ŽtŽ expliquŽ dans le rapport de 1987 de l'AcadŽmie U.S. des IngŽnieurs. Le point clŽ du rapport en Žtait "la fourniture, la diffusion et l'assimilation de l'information Žtrangre".

            Quoique  ce propos s'adresse plus particulirement aux ingŽnieurs en activitŽ, il reste Žvident que les enseignants de gŽnie et les ingŽnieurs de R et D ou de l'industrie ne doivent pas tre les seuls concernŽs. Nous devons prŽparer les futurs ingŽnieurs ˆ dŽvelopper des aptitudes dans le domaine de l'information et globalement, une majoritŽ d'ingŽnieurs a vraiment besoin d'amŽliorer ces aptitudes.

            Toutes formes d'enseignement cherchant ˆ dŽvelopper la ma”trise de l'information bibliographique parmi les ingŽnieurs et les Žtudiants, futurs ingŽnieurs, conduiront, sans nul doute, ˆ de meilleures connaissances dans l'usage des sources d'information. Des nŽgligences dans l'utilisation des donnŽes techniques ou de gŽnie conduisent inŽluctablement ˆ des dŽfaillances dans les Žquipements, ˆ des pertes Žconomiques et parfois ˆ des dŽsastres.

            Il est regrettable que dans certaines de nos Ecoles d'ingŽnieurs, la pression soit encore insuffisante sur les Žtudiants, pour qu'ils deviennent vraiment ma”tres de leurs ressources d'information. Dans bien des cas, la responsabilitŽ en incombe aux enseignants, qui, eux-mmes lorsqu'ils Žtaient Žtudiants, n'Žtaient pas prŽparŽs ˆ savoir bien utiliser les sources d'information, notamment celles de la bibliothque. Et aujourd'hui encore, ils ne sont pas toujours conscients des possibilitŽs offertes par leurs bibliothques.  Au cours des dernires annŽes ˆ l'UniversitŽ d'Etat d'Arizona, le cours semestriel sur les ressources en information en ingŽniŽrie semble notamment avoir perdu de l'audience. Une partie du problme pourrait rŽsider, bien sžr, dans les supplŽments de cožts occasionnŽs, mais aussi dans l'insuffisante promotion assurŽe par la bibliothque pour ce cours.

            Dans le mme temps, le nombre des Žtudiants touchŽs par les prŽsentations et les sŽminaires spŽciaux semble s'tre accru. Ceci confirmerait le fait qu'un plus grand nombre d'enseignants aient sensibiliser leurs Žtudiants ˆ l'importance de disposer de bonnes aptitudes dans l'usage des bibliothques.

            Pour amŽliorer la situation, en tant que spŽcialistes de l'information  nous devons faire un effort pour assurer la publicitŽ des cours proposŽs aux Žtudiants et pour sensibiliser les enseignants ˆ la nŽcessitŽ de former les futurs ingŽnieurs ˆ utiliser pleinement les ressources disponibles ˆ la bibliothque. Et, pour la plupart d'entre nous, nous devons convaincre les ingŽnieurs que, pour combler le fossŽ des connaissances, il faut dŽsormais adopter un changement d'attitude et passer d'une pensŽe orientŽe sur l'objet et son contenu technique ˆ une pensŽe dynamique basŽe sur la connaissance.      

 

8-3.PROPOSITIONS PRATIQUES POUR LA MISE EN OEUVRE D'ACTIONS DE FORMATION A L'INFORMATION SPECIALISEE DANS UNE ECOLE D'INGENIEURS

Patrick GARNIER, Ecole Nationale SupŽrieure des Mines de Paris

 

            Les recommandations qui suivent sont tirŽes de l'expŽrience menŽe ˆ l'Ecole des Mines de Paris, dans le domaine de l'information scientifique et technique (IST), par l'Žquipe pŽdagogique Projets et Produits nouveaux, partie prenante du Collge scientifique d'Žtude et de recherche en design et conception de produits (CONFERE).

            L'utilisation de l'IST est  axŽe sur la capacitŽ ˆ :

            -  faire le point sur une question scientifique ou technique;

            - pour un produit donnŽ, trouver les applications et les dŽbouchŽs possibles;

            -  dŽcrire l'organisation d'un secteur d'activitŽ donnŽ;

            - faire le point sur les stratŽgies technologiques d'une entreprise donnŽe;

            - faire le point sur les diffŽrentes voies technologiques explorŽes par les entreprises en compŽtition sur un produit particulier.

             Dans ces domaines, il faut, pour pouvoir motiver les Žtudiants, travailler sur des questions, des problmes rŽels. La technique consiste, ˆ l'Ecole des Mines de Paris, ˆ s'associer avec des partenaires industriels, avec un Žditeur de bulletins de nouvelles ou de lettres professionnelles soucieux de nourrir des dossiers, de valider le cas ŽchŽant des questions en provenance de la Junior entreprise. Ce qu'il faut, c'est qu'il y ait une attente forte, un client, pour la rŽponse.

            L'Žtude doit cumuler l'usage de diffŽrents moyens d'investigation, et permettre d'explorer toutes les techniques de la documentation: dŽbroussaillage dans les documents de base, recherche au travers du fichier, recherche papier, recherche ˆ partir de diffŽrentes bases de donnŽes informatisŽes, entretiens, visites  de centres documentaires, rencontres avec des experts, etc...

            L'important n'est pas la technique d'interrogation des bases de donnŽes (ˆ confier ˆ un spŽcialiste aguerri, pour des raisons de cožt de revient), mais la stratŽgie d'interrogation, qui nŽcessite une bonne prŽparation.        Avant de passer aux moyens sophistiquŽs que sont les bases et banques de donnŽes informatiques, il faut avoir utilisŽ de faon optimale le fonds documentaire sur place. L'Žtude doit aller jusqu'ˆ la consultation des documents dŽtectŽs comme intŽressants, ce qui nŽcessite un certain dŽlai: ces recherches doivent donc tre ŽtalŽes dans le temps.

             Pour que l'Žtudiant soit motivŽ, il faut que la question ˆ dŽfricher soit une vraie question. Cela suppose que le corps enseignant accepte de ne pas savoir a priori, et dŽcouvre avec et gr‰ce ˆ l'Žtudiant. Il doit cependant tre suffisamment compŽtent dans le domaine pour orienter la recherche ou en valider les rŽsultats.

            Afin de contribuer ˆ la motivation des Žtudiants, l'Žtude aboutit Žgalement ˆ trois produits:

            - un exposŽ oral du rŽsultat des recherches (1 h entre exposŽ et dŽbat, en prŽsence de camarades de promotion et d'invitŽs, spŽcialistes du domaine, "clients" des Žtudes documentaires);

            - un rapport Žcrit de synthse, dŽposŽ ensuite en bibliothque, ce qui lui confre une certaine notoriŽtŽ, mais exige un certain niveau de qualitŽ;

            - la rŽdaction d'une synthse ˆ destination de la presse professionnelle (pour l'Ecole des Mines, les Editions A JOUR).

            Il faut une bonne entente entre corps enseignant et centre de documentation et surtout un budget minimum pour les interrogations de base de donnŽes est ˆ envisager.

 

Exemples d'exercices simples pour Ecoles d'ingŽnieurs

            a) Soit un produit donnŽ, repŽrer les avancŽes technologiques des firmes en concurrence au travers de l'Žtude des brevets dŽposŽs sur le sujet depuis plusieurs annŽes.

            Par exemple: la robinetterie, le haut-parleur en HI-FI, tel procŽdŽ de purification des mŽtaux en phase d'Žlaboration, etc...

            b)  Soit une entreprise, dŽterminer sa stratŽgie technologique telle qu'on peut la retracer au travers de la politique de dŽp™t de brevet (exemple, stratŽgie R&D de Michelin en France).

            c) Soit un produit donnŽ, dŽterminer ses usages et dŽbouchŽs actuels en les quantifiant; exemples: dŽbouchŽs en bio-industrie de l'amidon, du tabac, etc...

            d) Soit un secteur industriel donnŽ, comment le dŽcrire en terme d'activitŽ, de balance commerciale, de structuration de la production, de la commercialisation, etc...; exemple: dŽcrire la filire jouet, en France en 1990.

 

8-4.LA PEDAGOGIE DE L'INFORMATION SPECIALISEE A L'INSTITUT NATIONAL AGRONOMIQUE DE PARIS-GRIGNON

                                             Jean LOSSOUARN (INA-PG, Paris, France)

            Ce n'est pas le lieu, ici, de faire une analyse exhaustive des pratiques pŽdagogiques qui, ˆ l'Institut National Agronomique, contribuent ˆ faire acquŽrir aux Žtudiants la ma”trise de l'information et de la documentation spŽcialisŽes. Nous nous contenterons de donner quelques exemples, pris de prŽfŽrence dans les champs de disciplines "techniques", et de montrer comment ils s'inscrivent dans une problŽmatique d'ensemble. Celle-ci s'articule autour de quatre exigences complŽmentaires :

            - motiver les Žtudiants pour la recherche d'informations;

            - initier aux techniques de recherche documentaire;

            - entra”ner ˆ Žvaluer et ˆ sŽlectionnner les documents et les informations;

            - apprendre ˆ valoriser, restituer ou communiquer le travail documentaire.

 

a) Motiver les Žtudiants pour la recherche d'informations

            CrŽer le rŽflexe d'aller chercher l'information pertinente est, aujourd'hui, un objectif majeur dans la formation des ingŽnieurs.

            Compte-tenu du contexte pŽdagogique propre ˆ notre Ecole, tout un faisceau d'activitŽs multiformes vont contribuer ˆ l'acquisition de ce rŽflexe par les Žtudiants, futurs ingŽnieurs.

            Du fait de la coexistence voulue de dŽmarches inductives et de raisonnements dŽductifs, de l'intŽgration organisŽe du stage dans les activitŽs pŽdagogiques, l'Žtudiant est trs vite confrontŽ ˆ la nŽcessitŽ d'aller chercher des informations qui lui sont indispensables pour se constituer le rŽfŽrentiel lui permettant  d'analyser et de relativiser les caractŽristiques propres de l'entreprise agricole o il a effectuŽ son stage. Dans un second temps, il peut les critiquer et avancer, Žventuellement, des voies d'amŽlioration. Les bases thŽoriques amenŽes par les cours fournissent certes un cadre de rŽfŽrence pour cela, mais par elles-mmes elles sont nŽcessairement insuffisantes, ˆ la fois parce que le stage se situe trs t™t dans le cursus de formation et parce que la diversitŽ des situations rŽelles, des systmes de production rencontrŽs en stage ne peut se retrouver dans les cours.

            Ce genre de situation va, en fait, et de faon assez dŽlibŽrŽe, se retrouver aux diffŽrentes Žtapes de la formation. La part importante faite aux enseignements optionnels permet de travailler trs souvent avec des groupes d'Žtudiants d'effectifs restreints : de l'ordre de la vingtaine d'Žtudiants par exemple; cela est trs favorable ˆ la pratique de pŽdagogies actives, o les Žtudiants ont une trs grande initiative pour organiser leur temps de travail, ajuster leur dŽmarche en vue de rŽpondre ˆ des problmes qui leur sont posŽs.

            D'autre part, comme dans la plupart des Žtablissements similaires, les Žtudiants conduisent des Žtudes, des travaux, sous leur propre responsabilitŽ, dans le cadre de marchŽs obtenus par leur Junior-entreprise, trs active et dynamique dans notre Ecole. Lˆ encore, ils sont confrontŽs nŽcessairement ˆ l'obligation de s'informer, de se constituer une documentation minimale leur permettant de traiter correctement le problme posŽ.

            Dans tous les types d'activitŽs qui contraignent les Žtudiants ˆ aller par eux-mmes ˆ la recherche des documents, au contact des professionnels et des spŽcialistes, il y a une composante qui est tout particulirement importante compte-tenu des caractŽristiques comportementales des Žtudiants que nous recevons. Ils ont eu l'habitude antŽrieurement de traiter des problmes bien posŽs, avec l'information nŽcessaire prŽsŽlectionnŽe; c'est une caractŽristique propre des Žpreuves ˆ franchir dans un concours d'entrŽe dans les Ecoles d'ingŽnieurs franaises; il faut donc les placer dans les conditions rŽelles de la vie, dont on sait bien que les questions qu'elle pose ne sont pas toujours clairement formulŽes et que les donnŽes nŽcessaires pour les rŽsoudre ne sont pas triŽes d'avance !

            Cette premire exigence que notre formation cherche ˆ satisfaire contribue activement ˆ l'acquisition de savoirs, au mme titre que celle permise par les cours magistraux. Mais elle donne aussi progressivement un savoir-tre ˆ l'Žtudiant, en lui apprenant ˆ rŽagir et ˆ se donner une dŽmarche face ˆ un problme plus ou moins nettement formulŽ, en l'amenant ˆ nouer des contacts et ˆ Žchanger avec des interlocuteurs divers, c'est-ˆ-dire en dŽfinitive ˆ acquŽrir un certain comportement.

 

b) Initier aux techniques de recherche documentaires

            Une fois que le rŽflexe de la recherche de documents, de l'utilisation d'informations est crŽŽ, il faut apporter la formation mŽthodologique permettant ˆ l'Žtudiant de rationaliser sa dŽmarche.

            Dans notre cas, et dans la situation actuelle d'organisation des cursus et de la macro-pŽdagogie, cette initiative est relativement progressive. En fait dans le cours de leur second cycle d'Žtudes supŽrieures (c'est-ˆ-dire pendant les 3me et 4me annŽes d'Žtudes supŽrieures, ou encore durant leurs deux premires annŽes ˆ l'Ecole), les Žtudiants identifient progressivement et se familiarisent avec les principaux types de revues qui leur sont accessibles, avec les ressources propres des bibliothques de l'Žtablissement. Ils identifient Žgalement les diffŽrentes familles d'interlocuteurs possibles : enseignants, chercheurs, ingŽnieurs et spŽcialistes des organisations professionnelles et des institutions techniques, responsables professionnels, fonctionnaires des administrations et des ministres... bien reprŽsentŽes et relativement faciles ˆ contacter dans la rŽgion parisienne. Dans le mme temps, les travaux personnels ou collectifs que les Žtudiants font dans le cadre d'activitŽs pŽdagogiques dirigŽes s'appuient, le plus souvent, sur une documentation prŽsŽlectionnŽe par le ou les enseignant(s) responsable(s).

            Ds lors, les Žtudiants sont parfaitement ˆ mme de valoriser pleinement un enseignement mŽthodologique portant sur la recherche documentaire, dans le cadre de leur annŽe terminale de formation (5me annŽe d'Žtudes supŽrieures). Cet enseignement vise ˆ fournir aux Žtudiants une vision cohŽrente des supports d'information principaux dans leur champ de formation et de  spŽcialisation : typologie des revues (scientifiques, techniques, Žconomiques... avec ou sans comitŽ de lecture...), documents primaires et documents secondaires (bulletins analytiques ou abstracts, bulletins signalŽtiques, collections de sommaires de revues...), bases et banques de donnŽes, identification de leurs producteurs et des organismes serveurs... Un mŽmoire bibliographique individuel, reprŽsentant environ 60 ˆ 100 heures de travail, fournit ˆ l'Žtudiant l'occasion d'utiliser concrtement ces outils disponibles. Dans ce cadre, chaque Žtudiant a la possibilitŽ de procŽder ˆ une interrogation de base ou banque de donnŽes. La rŽalisation pratique de la consultation est subordonnŽe ˆ la prŽparation prŽalable par l'Žlve, en vue d'arrter sa stratŽgie de recherche. En outre, une Žvaluation critique, a posteriori, de cette stratŽgie est faite par l'Žtudiant, aprs exploitation de l'information produite par l'interrogation.

 

c) Entrainer ˆ Žvaluer  et ˆ sŽlectionner les documents et les informations

            Face ˆ l'accroissement exponentiel de la production d'informations, il est plus que jamais impŽratif d'entrainer les Žtudiants ˆ l'apprŽciation critique des sources et des documents: cela doit tre une prŽoccupation constante, fondamentale, de la formation.

            Dans le cadre de l'organisation pŽdagogique dont nous avons sommairement indiquŽ quelques caractŽristiques ci-dessus, nous cherchons ˆ crŽer les conditions qui obligent en permanence les Žtudiants ˆ se situer dans cet Žtat d'esprit. C'est ce qu'ils sont amenŽs ˆ faire ds les premiers jours de leur prŽsence dans l'Žtablissement, durant les deux semaines dites de "prŽ-stage" qu'ils y passent avant de partir dans leurs fermes de stage. Une partie importante des activitŽs de cette pŽriode, environ la moitiŽ du temps, est consacrŽe ˆ l'exploitation par des paires d'Žtudiants de documents ou d'enregistrements concernant la ferme de l'Ecole: rŽpartition et succession des cultures, donnŽes climatiques, critres de fonctionnement des troupeaux, donnŽes dŽmographiques concernant divers ateliers de production animale, calendriers de p‰turage... Il s'agit dŽjˆ, alors que les Žtudiants ont un bagage thŽorique extrmement rŽduit concernant ces aspects, de les confronter ˆ l'exploitation de sources documentaires brutes en vue de dŽgager des ŽlŽments utilisables pour caractŽriser le fonctionnement d'un ŽlŽment ou d'une composante de cette ferme. Mises bout ˆ bout, ces dŽmarches ponctuelles fournissent un premier cadre utilisable par chaque Žtudiant pour dŽcortiquer et commencer ˆ comprendre le fonctionnement de sa ferme de stage ds son premier sŽjour.

            Le rapport que chaque Žtudiant rŽdige ˆ l'issue de ses deux pŽriodes de stage en ferme, et qui a un coefficient important dans l'Žvaluation pŽdagogique, l'oblige en permanence ˆ cet exercice de recherche, d'Žvaluation et de sŽlection de sources d'informations, pour construire le rŽfŽrentiel qui lui est indispensable pour porter un diagnostic sur le fonctionnement de l'exploitation ŽtudiŽe.

            Plus gŽnŽralement, la quasi-totalitŽ des travaux personnels ou collectifs faits dans le cadre d'enseignements optionnels, les projets ŽlaborŽs et mis en forme par les Žtudiants, leurs mŽmoires de recherches bibliographiques... concourent ˆ leur donner cette habitude, cet entra”nement.

            C'est ˆ travers des activitŽs de ce genre que l'Žtudiant, futur ingŽnieur va aussi se familiariser avec des caractŽristiques spŽcifiques de l'information de type Žconomique, par opposition ˆ l'information de nature scientifique: importance de la conjoncture et de l'obsolescence de certaines donnŽes, existence du "bluff", de la publicitŽ, ou ˆ l'inverse de la rŽtention d'informations... C'est lˆ aussi qu'il va dŽcouvrir que les diffŽrents types d'informations "vivent" selon des rythmes de temps diffŽrenciŽs, par exemple en liaison avec des cycles biologiques de longueurs trs diffŽrentes. Alors que la connaissance statistique de la structure d'un cheptel reproducteur bovin a une grande valeur prŽdictive concernant la production de lait ou de viande, la connaissance des effectifs de poussins d'un jour mis en Žlevage n'a pas le mme impact opŽrationnel concernant la prŽvision de la production de volailles de chair, car quand ces chiffres sont connus, les volailles sont dŽjˆ abattues !

            En dŽfinitive, il faut considŽrer que la recherche de la documentation comme son exploitation en vue d'un objectif donnŽ relvent d'un savoir-faire particulier que tout ingŽnieur doit aujourd'hui ma”triser.

 

d) Apprendre ˆ valoriser,restituer, communiquer le travail de documentation

            Il faut habituer les Žtudiants en formation ˆ finaliser leur travail de documentation, et les rendre de plus en plus exigeants vis-ˆ-vis d'eux-mmes par rapport ˆ cet objectif, en raison de l'omniprŽsence de la communication.

            Il faut donc entra”ner les Žtudiants ˆ rŽdiger des documents Žcrits concis et de qualitŽ, en se conformant ˆ des rgles conventionnelles de prŽsentation et en systŽmatisant l'identification de leurs sources. La diffusion des logiciels de traitement de texte permet d'immenses progrs sur ce point. Comme les destinataires, dans la vie professionnelle d'aujourd'hui, ont de moins en moins le temps de lire, il faut vigoureusement combattre les mŽmoires trops longs, rendre obligatoires la rŽduction de rŽsumŽs et leur traduction en une ou deux langues Žtrangres.

            Il faut aussi les entra”ner ˆ crŽer et ˆ utiliser d'autres supports de communication; la rŽalisation d'affiches (au sens d'affiches scientifiques, ou "posters") s'avre tre pour les Žtudiants une rude Žcole de concision. Les  cassettes sonores, les documents vidŽo offrent des intŽrts Žvidents; constatons simplement que nos Žtablissements supŽrieurs de formation disposent rarement des Žquipements et des qualifications de rŽalisation, ou mme de consultation, correspondant aux technologies nouvelles d'aujourd'hui.

            Il faut enfin multiplier au maximum les occasions de restitution orale par les Žtudiants, devant des publics variŽs (Žtudiants, enseignants et chercheurs, professionnels...), avec des contraintes matŽrielles bien spŽcifiŽes: temps de parole, aides audio-visuelles, etc... Il ne faut pas dŽdaigner l'entra”nement ˆ organiser et diriger des dŽbats, dans le cadre de la valorisation de travaux collectifs ou de sŽminaires notamment. A ce sujet, il est clair que la disposition facile d'un magnŽtoscope peut tre prŽcieuse pour amŽliorer l'expression orale.

            Tout ceci doit contribuer ˆ faire des Žtudiants des producteurs de savoirs, et pas seulement des consommateurs. Il faut qu'ils entrent dans la vie active munis d'un rŽel faire-savoir, pour pouvoir communiquer les rŽsultats de leurs travaux.

 

e) Quelques problmes en rapport avec la formation ˆ la ma”trise de l'information et de la documentation spŽcialisŽes

            Il nous appara”t maintenant souhaitable d'Žlargir la rŽflexion, car les techniques ou les stratŽgies pŽdagogiques que l'on met en oeuvre dans la formation des ingŽnieurs en vue de leur faire acquŽrir la ma”trise de l'information et de la documentation spŽcialisŽes ne peuvent tre arrtŽes indŽpendamment de diverses autres contraintes.

 

Information, documentation et macropŽdagogie

            Les exemples ŽvoquŽs ci-dessus ˆ propos de l'Institut National Agronomique de Paris-Grignon montrent que les activitŽs pŽdagogiques qui contribuent ˆ former les Žtudiants ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe s'intgrent dans une organisation d'ensemble de l'enseignement.

            Cela nous para”t relever d'une loi gŽnŽrale. On peut discuter ˆ l'infini des modalitŽs idŽales selon lesquelles on introduit dans la formation des ingŽnieurs les techniques de documentation et de traitement de l'information spŽcialisŽe, comme aussi du moment le plus opportun pour les enseigner. Mais, en rŽalitŽ, les choix que l'on peut faire de ce point de vue ne sont pas indŽpendants de l'organisation gŽnŽrale de l'enseignement dans l'Žtablissement de formation.

            Il faut donc, pour une pleine efficacitŽ de la formation, intŽgrer l'enseignement de la documentation et des techniques de traitement de l'information dans la "macro-pŽdagogie" de l'Žtablissement, c'est-ˆ-dire dans l'organisation gŽnŽrale des cursus et des programmes, qui trouve sa traduction la plus visible dans les emplois du temps. C'est d'ailleurs, nous semble-t-il une condition nŽcessaire pour faire vŽritablement de ces mŽthodes un outil de l'ingŽnieur, composante ˆ part entire de sa formation.

 

Information, documentation et environnement proche de l'institution de formation

            Nous avons montrŽ ci-dessus, ˆ propos de pratiques pŽdagogiques de l'Institut National Agronomique de Paris-Grignon, le parti tirŽ des caractŽristiques propres de notre environnement proche en termes d'accs ˆ des sources diversifiŽes d'informations et de compŽtences.

            Mais ici encore, il nous appara”t assez clairement que l'on peut Žlargir le propos bien au-delˆ d'un cas particulier. Les conditions concrtes de mise en oeuvre des enseignements portant sur les techniques de documentation, l'initiation ˆ la recherche et ˆ la ma”trise de l'information spŽcialisŽe sont assez largement dŽterminŽes par le type d'environnement dans lequel s'insrent les Žtablissements supŽrieurs de formation.

            La proximitŽ immŽdiate, soit sur le mme site ou le mme campus, soit dans le mme espace urbain, de laboratoires de recherche diversifiŽs, d'organisations professionnelles ou d'institutions techniques, d'entreprises innovantes, d'administrations, de centres de documentation variŽs, crŽe, ˆ l'Žvidence, des conditions privilŽgiŽes pour la mise en oeuvre d'une pŽdagogie active, faisant largement appel ˆ l'initiative des Žtudiants, et dans laquelle ceux-ci apprennent ˆ dŽtecter, exploiter et valoriser des sources trs diverses de compŽtences et d'information.

            C'est dire que la localisation des Žtablissements d'enseignement supŽrieur conserve toute son importance et recouvre toujours des enjeux pŽdagogiques essentiels, car le dŽveloppement de la consultation en ligne des banques ou bases de donnŽes, indŽpendamment des aspects de cožts qui ne sont nullement secondaires, ne rŽsoud pas tous les problmes: accs aux documents primaires, intŽrt pour les Žtudiants en formation des contacts personnels avec des chercheurs, des professionnels, des spŽcialistes d'origines et de fonctions diverses, fŽconditŽ propre des interrelations entre l'Ecole et son environnement scientifique et Žconomique, etc...

 

Evolution du mŽtier d'enseignant

            Il est nŽcessaire, enfin, de bien se persuader des Žvolutions et des adaptations nŽcessaires du mŽtier d'enseignant, dans les Žtablissements supŽrieurs de formation, au fur et ˆ mesure que se modifie leur environnement et que se diffusent les technologies nouvelles de traitement, de transmission, de consultation des informations.

            L'ingŽnierie pŽdagogique, au sens large, en se perfectionnant sans cesse, rend possible, et, en  fait, nŽcessaire le changement dans les dŽmarches de formation. Elle permet de plus en plus, et le permettra encore mieux et davantage ˆ l'avenir, ˆ l'Žtudiant en formation de consulter certains savoirs au moment o il en Žprouve lui-mme le souhait ou le besoin.

            Mais, d'autre part, les enseignants ne sont plus, et de loin, les seuls Žmetteurs de savoir. Bien au contraire, ils ont l'obligation de se resituer en permanence par rapport ˆ des sources de savoirs multiples accessibles ˆ leurs Žtudiants, par rapport ˆ des contenus de formation produits par d'autres et Žgalement accessibles par rapport ˆ d'autres dŽtenteurs de compŽtences complŽmentaires ou concurrents des leurs.

            C'est dire qu'il est fondamentalement nŽcessaire, pour les Žtablissements d'enseignement supŽrieur, de stimuler et d'organiser en permanence une rŽflexion sur le mŽtier d'enseignant et sur la pratique de l'enseignement. En dŽfinitive, si les enseignants continuent ˆ avoir un r™le central ˆ jouer dans la formation de leurs Žtudiants, c'est au prix d'une indispensable adaptation permanente, non seulement des connaissances, des outils et des mŽthodes ˆ transmettre, mai aussi des dŽmarches et des pratiques pour rŽaliser cette transmission. La formation est de moins en moins l'affaire des seuls enseignants: de ce point de vue, le concept de co-formation est porteur de trs riches potentialitŽs.


 

 ***

 

 

ANNEXES

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE ET CONTRIBUTIONS

 

 


 

1-SELECTION BIBLIOGRAPHIQUE

 

 

ADRIANASOLO, Anne-Marie. StratŽgies pour la formation des utilisateurs. Une Žtude de cas: les usagers du service d'information documentaire de l'ENSUT, Dakar. EBAD, Dakar, 1990, 131 p.

 

ANDREWS, K. L.; CULOTTA, W.. Computerized retrieval of data and research results by engineers as end-user searchers: the engineering student's key to maintaining technical competence in 2002,  in Proceedings 1987 Frontiers in Education Conference, Terre Haute, IN, USA, Oct. 1987

 

ANTONY, Arthur; and others. An online component in an interdisciplinary course on information resources for science and engineering students. Online Review, 2 (4) 1978: pp. 337-344

 

ARCHIER, Georges; SERIEYX, HervŽ. L'entreprise du 3me type. Paris, Seuil, 1986

 

BARR, B. G.. Information Education in the Engineering Classroom. Library Science, 15 (2)1978:  pp. 92-98

 

BERAULT, Guy. Pourquoi et comment sensibiliser et former les dirigeants et cadres de l'industrie ˆ l'information scientifique et technique. Paris, SociŽtŽ des IngŽnieurs et Scientifiques de France, 1991

 

BLAGDEN, John. Some thoughts on use and users. IATUL Quarterly, 2 (3) 1988:  pp. 125-134

 

BOROVANSKY, Vladimir T.. Technology transfer and academic libraries. IATUL Quarterly, 2 (2) 1988:  pp. 78-84

 

BOROVANSKY, Vladimir T.. Educating Engineers in Information Activities. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 147-158

 

BRETELLE-DESMAZIERES, Danielle. L'Information au coeur des Formations d'IngŽnieurs. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 139-146

 

BRETELLE-DESMAZIERES, Danielle. Online research. A key to working methods in the future. IATUL Proceedings (SE), 1 (1) Mar.1987:  pp. 25-30

BRETELLE-DESMAZIERES, Danielle. La formation des Žlves des Grandes Ecoles ˆ l'usage de l'information. Paris, ConfŽrence des Grandes Ecoles, juillet 1990, 92 p.

 

BRETELLE-DESMAZIERES, Danielle. How to Design and Implement Information Management Courses in Engineering Education. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 275-282

 

CIGANIK, Marek. User's Approach to Information Gathering and Processing. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 189-194

 

CONFERENCE DES GRANDES ECOLES. La documentation dans les Grandes Ecoles. S'informer pour se former et agir. Actes du Colloque de Paris, 15 nov. 1979. ConfŽrence des Grandes Ecoles, Paris, 1979, 86 p.

 

CONFERENCE DES GRANDES ECOLES. Moyens et pratiques  documentaires dans les Grandes Ecoles, Actes du Colloque de Lille, 25-26 mars 1982. ConfŽrence des grandes ecoles,Paris, 1983,  118p.

 

CONFERENCE DES GRANDES ECOLES. S'informer pour se former et pour agir. Paris, La Documentation Franaise, 1987: 173 p.

 

COX, Stephen M.; DAVIES, D. T. . Information Support for Using Open Learning Materials within Engineering Education. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 173-178

 

DAUMAS, Alban. Comment prŽparer les lecteurs ˆ mieux utiliser les bibliothques: la formation des utilisateurs. Bull. Bibl. France 19 (4) 1974:  pp. 214-228

 

DAVIES, D. T.. Information Skills in Education for Manufacturing Technology: the Case of an Integrated Quality Approach. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 227-232

 

DEW, S. H.. Technical writing. Library resources for engineers. University of Arkansas,1985: 86 p.

 

D…M…T…R, Anna.  Library education at the Central Library of The VeszprŽm University of Chemical Engineering. IATUL Quarterly, 1 (1) 1987: pp. 31-34

 

ECK, Ronald W.; SHILL, Harold D. . Libraries, information, and the civil engineer: a minicourse approach. Civil Engineering Education, 4 (2) 1982:  pp. 2-6

 

EGYHAZY, Marta.  Students'training for online searching in the Central Library of the University of VeszprŽm. IATUL Quarterly, 2 (4) 1988: pp. 242-245

 

FJ€LLBRANT, Nancy. The development of a programme of user education at Chalmers University of Technology. Ph.D. thesis, University of Surrey, Guilford, 1976

 

FJ€LLBRANT, Nancy; KIHLEN, E.; MALMGREN, M.. Self-paced exercices for library orientation. Aslib Proceedings,  33 (6) 1981: pp. 251-256

 

FJ€LLBRANT, Nancy; MALLEY, Ian. User Education in Libraries, -2nd ed. - London: Bingley, 1982, 226 p.

 

FJ€LLBRANT, Nancy.  Online user education in the Nordic countries. IATUL Quarterly, 1 (1) 1987: pp. 35-40

 

FJ€LLBRANT, Nancy; RAMBERG L. P.; YOKOYAMA, T..Advanced courses in information retrieval and handling for engineering postgraduates. CTH-publikation, N¡42,  Gšteborg, Chalmers University Library, 1988

 

FRANK, Roza. Recent Experiences of User Education at the Technical University of Budapest. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 257-260

 

From engineering information to engineering education, European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987: (special issue): pp. 111-194

 

GARDINER, John J.. Building Bridges between the Disciplines: collaboration in an Information-processing University. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 121-128

 

GARDINER, John J.. Interdisciplinary Groups and Leadership Teams: Restructuring World Higher Education for Information Processing. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 269-272

 

GOMIS, Laurent. Besoins en information et comportements documentaires dans une structure de formation technologique: le cas de l'ENSUT. EBAD, Dakar, 1987, 122 p.

 

GRAHAM, Peter; KARLSSON, Gšran . Information Technology in the Education Process at the Royal Institute of Technology. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 179-188

 

GREEN, Paul Robert. User education programmes for engineering students and the importance of serials: the Leeds experience. Serials, 2 (1) Mar.1989: pp. 35-39

 

GAUFFENIC, Armelle; MICHEL, Jean; SCHLISSINGER Jacqueline.  La ma”trise de l'information et les mutations technologiques: autres besoins, autres formations. Les Cahiers du CEFI, 13  Janvier-Mars1986: pp. 5-10

 

HAARALA Arja-Riitaa. Training for Online Information - Automation, Libraries, Users and the Future. User Education in the Online Age II, International Seminar 30. 7. - 2. 8. 1984, Delft. IATUL Proceedings 17, 1985: pp. 97-102

 

HARRINGTON, John. Engineering Students Training for Specialized Information and Document Mastery: an Account of User Education at Cranfield Institute of Technology. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 265-268

 

HASSANALY, Parina; DOU, Henri . Quand l'information va vers le chercheur. Bull. Bibl. France, 27 (7) 1982:  pp. 399-401

 

HASSENFORDER, J.; LEFORT, G.  RŽflexions pŽdagogiques sur un enseignement de la documentation destinŽ ˆ des Žtudiants. Documentaliste, 8 (1)1971: pp. 15-17

 

HAUPT, Ann-C.  Online bibliographic databases and user education at Lulea University of Technology, Sweden. IATUL Quarterly, 1 (1) 1987: pp. 41-43

 

Historical Roots of European Systems, European Journal of Engineering Education, 5 (3) 1981: (special issue): pp. 185-271

 

HOLLAND, Maurita Peterson; OLSEN, Leslie Ann. Information Resources in Engineering Courses. Engineering Education, 70 (2) 1979:  pp. 186-190

 

Information et communication. Les Cahiers du CEFI, 9 jan. 1985: (special issue): pp. 49-71

 

 

Integration of information management skills within the engineering curriculum, European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991: (special issue): pp. 209-282

 

IRVING, Ann. Information skills across the curriculum. IATUL Quaterly, 5 (1) 1991: pp. 16-24

 

JOCAS (de), Yves. Relating Information to Decision. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987: pp. 113-120

 

KIHLEN, E.; HERMANSON, E. M.; HASSL…W, R.. Online education of engineering undergraduates. IATUL Quaterly, 1 (2) 1987: pp. 86-94

 

KUT, O. M.; and others. Basic Information Science Training for Chemical Engineers. Chemical Engineering Education, 19 (3) 1985: pp. 128-131, 142-143

 

LeBOLD, W. K.; BUTLER, B. R.. The use of computer data bases to improve productivity in engineering education,  in Proceedings 10th annual Conference-Frontiers in Education, Houston, USA, Oct. 1980

 

LEFORT, Genevive. Apprendre ˆ s'informer. in "S'informer pour se former et pour agir", ConfŽrence des Grandes Ecoles. Paris, La Documentation Franaise, 1987: pp. 21-37

 

LOSSOUARN, Jean. Information and Documentation: Pieces of the Vast Puzzle of Education. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 211-222

 

MARI, Robert F. ; LEDESMA Alberto . Engineering Education and Technical Documentation: the Experience of the Civil Engineering School of Barcelona. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 223-226

 

MATHIS, E.; YOVITS, Marshall C.. Computer and Information Science in Engineering Education. Engineering Education, 61 (4) 1971: pp. 340-342

 

Mc ELROY, A. Rennie. Information Studies for Engineers. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 247-256.

 

MEADOWS, A. J.. Computer Aided Learning and Teaching of Information Skills for Engineering Students. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 273-274

 

MICHEL, Jean.  Les Grandes Ecoles et l'enjeu informationnel, in IDT 1981, Information, Documentation, TŽlŽmatique, 4me Congrs, Versailles, 1981: pp. 181-185

 

MICHEL, Jean.  La formation des futurs ingŽnieurs ˆ l'information spŽcialisŽe et aux techniques modernes de documentation. Bulletin de Liaison des Laboratoires des Ponts et ChaussŽes, 119 1982: pp. 93-99

 

MICHEL, Jean.  A la recherche du sens profond de la tŽlŽdocumentation; ElŽments de prospective. TŽlŽcom 58 1983: pp.51-53 et 59 1984: pp. 38-40

 

MICHEL, Jean. On-line Research: an efficient pretext to educate engineers to inform themselves. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 167-172

 

MICHEL, Jean.  L'ingŽnieur au-delˆ  du miroir de son savoir.  in Formations d'Aujourd'hui pour IngŽnieurs et Scientifiques de Demain. Paris, IngŽnieurs et Scientifiques de France, Nov. 1987: pp. 262-265

 

MICHEL, Jean.  Former aux heuristiques de l'information. Documentaliste, 26 (4-5) Juillet-Oct. 1989: pp. 174-178

 

MICHEL, Jean.  The need for up-to-date technological information in engineering education. Innovative methods in technological education. Paris, UNESCO,1989: pp. 54-59

 

MICHEL, Jean.  De la crŽativitŽ en documentation. autres perspectives pour la formation. Bull. Bibl. France, 35 (3) 1990: pp. 193-201

 

MICHEL, Jean.  The strategic management of information: an essential element in the training of engineers. IATUL Quaterly, 5 (1) 1991: pp. 25-32

 

MICHEL, Jean.  La formation des ingŽnieurs ˆ la ma”trise stratŽgique de l'information. ProblŽmatique gŽnŽrale et typologie des actions de formation. SŽminaire international WFEO/CEI, Tunis, 29 - 30 Oct. 1991

 

MICHEL, Jean.  Innover dans les processus de transfert de savoir. Nouvelles perspectives pour la formation des ingŽnieurs. SEFI Annual Conference, Marseille 1991: pp. 301-306

 

MOGAVERO, Louis N.; SHANE, Robert S. . What every engineer should know about technology transfer and innovation. New-York, Marcel Dekker, Inc., 1982

 

NEELAMEGHAN, A.. Training of university students of engineering in the use of information - in, International Symposium on Technical Information and its Users, Sofia,1977

 

PARKER, C. C.; TURLEY, L. S. . Information Sources in Science and Technology. Butterworths, 1986

 

PIROG, Wojciech. La formation des utilisateurs de la documentation et de l'information. Bulletin de l'UNESCO ˆ l'intention des bibliothques, 24 (5) sept.-oct.1970:  pp. 294-298

 

RAMALHO CORREIRA, Ana Maria; CARDOSO, Aurora; BARRULAS,  Maria Joaquina ; CARREIRA, Zita . Bringing Strategic Information Management into Portuguese Organizations. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 233-238

 

ROEDODIBROTO, Roehyati; MARTONO, Andrini . Introduction of Information Methodology and Technology in Engineering Education in Indonesia. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 159-166

 

ROEDODIBROTO, Roehyati. Some Experiences in Training Engineering Students for a Better Information Seeking Methodology. European Journal of Engineering Education, 16 (3) 1991:  pp. 261-264

 

SEEGER, Thomas. Blending information science and engineering in the curriculum: development of new programs at Fachhochschule Darmstadt, FRG. Seminar on Education and Training for Technology Transfer, FŽdŽration Internationale de Documentation, MontrŽal, 1986

 

SEPAHY, H..  The Information Needs of technician Students. Journal of Further and Higher Education, 10  (2) 1986, pp. 72-83

 

SHOOLBRED, Michael. Writing a project: a library user education package for engineering students. Education for Information, 8  1990:  pp. 33-40

 

SHUCHMAN, Hedwah L.. Information Transfer in Engineering. Glastonbury, CT, The Futures Group, 1981

 

TANZER, T. J..  Training engineering students to use the library. IATUL Proceedings, 9 1977

 

TANZER, K. H..  The discipline of information technology; information science in university training. Informatik, 31 (5) 1984, pp. 25-27

 

TAYLOR, Robert S.. Information management in engineering education. Proceedings and recommendations of the Conference on Information sources, systems and media in engineering education, held at Lehigh University (May 1965).   American Society for Engineering Education, 1965

 

TOSELLO-BANCAL, Jean-Emile. L'I.S.T. dans l'Enseignement SupŽrieur. Bull. Bibl. France, 35 (3) 1990:  pp. 184-192

 

UNESCO. Paris. Principes directeurs pour l'Žvaluation de cours, stages et sŽminaires de formation dans le domaine de l'information et de la documentation scientifiques et techniques, par F.W. Lancaster. Paris: Unesco,1975:  65 p.

 

UNESCO. Paris. Principes directeurs pour l'Žlaboration de cours, stages et sŽminaires de formation dans le domaine de l'information et de la documentation scientifiques et techniques, par Pauline Atherton. Paris: Unesco,1975:  67 p.

 

UNESCO. Paris. Final report of UNISIST, Seminar on the Education and Training of Users of Scientific and Technological Information. Rome, 18-21 Oct. 1976. Paris:  Unesco,1977

 

UNESCO. Paris. Formation des utilisateurs de l'information scientifique et technique: guide de l'UNISIST pour les enseignants, par A.J. Evans, R.G. Rhodes, S. Keenan. Paris: Unesco,1977:  201 p.

 

UNESCO. Paris. Principes directeurs pour l'Žlaboration et la mise en oeuvre d'un programme national de formation et d'Žducation des usgers de l'information, par T. D. Wilson. Paris: Unesco,1980:  55 p.

 

UNESCO. Paris. Expert meeting on the training of users in higher education. Espoo (Finland), 13-17 Aug. 1990. Paris:  Unesco,1991

 

VOGEL, Elisabeth. Educating Engineers in Information Activities: requirements and models. European Journal of Engineering Education, 12 (2) 1987:  pp. 129-138

 

YACOUBI, BŽchir.  User education at the Oran University of Science and Technology. IATUL Quarterly, 1 (1) 1987: pp. 63-67

 

YOUSIF-ABALLI, A. F. . The online age and the agricultural user education, in  International Symposium on the Future of Scientific Technological and Industrial Information Services, Leningrad, May 1990


 

2-LISTE DES PERSONNES AYANT CONTRIBUE AU GUIDE

 

John BLAGDEN        

Institute Library

Cranfield Institute of Technology

CRANFIELD BEDFORD (Angleterre)

 

Marie France BLANQUET

DŽpartement Communication d'Entreprise

Institut Universitaire de Technologie B                                             

TALENCE (France)

 

Vladimir T. BOROVANSKI

Daniel E. Noble Science and Engineering Library

Arizona State University

TEMPE, Arizona (USA)

 

J. BRAAKSMA

Educational and Informatics Library                            

Universiteit Twente

ENSCHEDE (Pays Bas)

 

Danile BRETELLE-DESMAZIERES

DŽpartement GŽnie Chimique   

Conservatoire National des Arts et MŽtiers

PARIS (France)

 

Evelyne BROUZENG

Association MŽdiances

Institut Universitaire de Technologie

BORDEAUX (France)

 

Marcel P. van BRUJTENEN

University Library

Eindhoven University of Technology

EINDHOVEN (Pays Bas)

 

Michel CALLON

Ecole Nationale SupŽrieure des Mines

PARIS (France)

 

David A. CUMMING

Library service unit

Napier Polytechnic

EDINBURGH (Ecosse)

Magda CZIGANY

College Library

Imperial College of Science and Technology

LONDON (Angleterre)

 

D.T. DAVIES

Library

Manchester Polytechnic

MANCHESTER (Angleterre)

 

Anna D…M…T…R

Central Library

Veszprem University

VESZPREM (Hongrie)

 

Janet G. DONALD

Centre for University Teaching and Learning

McGill University

MONTREAL (Canada)

 

Nancy FJ€LLBRANT

Library

Chalmers University of Technology

G…TEBORG (Sude)

 

Roza FRANK

Information Specialist

Technical University of Budapest

BUDAPEST (Hongrie)

 

John J. GARDINER                                                                         

Department of Educational Leadership                                             

Seattle University

SEATTLE, W.A. (U.S.A.)

 

Patrick GARNIER

Option Projets et produits Nouveaux

Ecole des Mines

PARIS (France)

 

Laurent GOMIS

Service d'information documentaire

Ecole Nationale SupŽrieure Universitaire de Technologie

DAKAR (SŽnŽgal)

 

 

Arja-Ritta HAARALA

Library

Tampere University of Technology

TAMPERE (Finlande)

 

Wassila HAMZA     

Laboratoire des Travaux Publics du Centre

HUSSEIN-DEY, ALGER (AlgŽrie)

 

John HARRINGTON 

Institute Library

Cranfield Institute of Technology

CRANFIELD BEDFORD (Angleterre)

 

GŽrard HUYGE-TIPREZ

Laboratoire de Chimie Analytique et Physicochimie des Solides

Ecole Nationale SupŽrieure de Chimie de Lille

VILLENEUVE D'ASCQ (France)

 

Irne ITARD-ARNOULD

Centre PŽdagogique de Documentation et de Communication     

Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes

PARIS (France)

 

Roehyati JOEDODIBROTO

Institute for Research and Development of Cellulose Industries

BANDUNG (IndonŽsie)

 

Merja KARIVALO

Centre for Continuing Education

Helsinki University of Technology

ESPOO (Finlande)

 

Renald LAFOND

Programme Sciences de l'Information 

International Development Research Centre

OTTAWA (Canada)

 

Auguste LALOUX

FacultŽ des Sciences AppliquŽes

UniversitŽ Catholique de Louvain

LOUVAIN LA NEUVE (Belgique)

 

F.W. LANCASTER

University of Illinois

(U.S.A.)

 

Alberto LEDESMA

Sous-directeur

Escuela Tecnica Superior di Ingeniero de Caminos,

Canales y Puertos de Barcelona

BARCELONA (Espagne)

 

Jacqueline LEROY

Bibliothque

Ecole des Mines

PARIS (France)

 

Mme  Arlette LOFFICIER

Ecole Superieure d'Informatique Electronique Automatique

PARIS (France)

 

Jean LOSSOUARN

DŽpartement des Sciences Animales

Institut National Agronomique

PARIS (France)

 

Antonio R. MARI BERNAT

Directeur

Escuela Tecnica Superior di Ingeniero de Caminos,

Canales y Puertos de Barcelona

BARCELONA (Espagne)

 

GŽrard MATRICALI

Association MŽdiances

Agence Franaise pour la Ma”trise de l'Energie

PARIS (France)

 

A. Rennie McELROY

Library

Napier polytechnic of Edinburgh

EDINBURGH (Ecosse)

 

A.J. MEADOWS

Library and Information Studies

Loughborough University

LOUGHBOROUGH (Angleterre)

 

 

MEDIANCES (Association)

SCEAUX (France)

 

Jerzy-Andrzej METERA

NOT

Federation of Scientific and Technical Associations of Poland

WARSZAWA (Pologne)

 

Jean MICHEL

Centre PŽdagogique de Documentation et de Communication

Ecole Nationale des Ponts et ChaussŽes

PARIS (France)

 

M.MINJA

Tanzania Industrial Research and Development Organization     

DAR ES-SALAAM (Tanzanie)

 

Sylvie MONY

Bibliothque

UniversitŽ de Technologie de Compigne

COMPIEGNE (France)

 

Daniel MOREL

DŽpartement de Perfectionnement des IngŽnieurs et Cadres

Institut National Polytechnique de Lorraine

NANCY (France)

 

James MURRAY

Library service unit

Napier Polytechnic

EDINBURGH (Ecosse)

 

Frances NEW

Daniel E. Noble Science and Engineering Library

Arizona State University

TEMPE, Arizona  (USA)

 

Patricia O'DONNELL

Library Engineering and Science

University of Limerick

LIMERICK (Irlande)

 

Geoffroy E.D. PADONOU

FacultŽ des Sciences Agronomiques

UniversitŽ Nationale du BŽnin

COTONOU (BŽnin)

Wojciech PIROG

NOT

Federation of Scientific and Technical Associations of Poland

WARSZAWA (Pologne)

 

Ana Maria RAMALHO CORREIRA                                     

Centro de Informaao Tecnica para a Industria

LETNI
LISBOA (Portugal)

 

Brigitte ROCHE

Ecole Nationale SupŽrieure des Mines

PARIS (France)

 

Penny ROWE

College Library

Imperial College of Science and Technology

LONDON (Angleterre)

 

Diana SCOTT

Mathematics and Physical Sciences Library

University of Western Australia

NEDLANDS  (Australie)

 

Ruhi SHARIF

School of Engineering

Jordan University

AMMAN (Jordanie)

 

Elin T…RNUDD

Library

Helsinki University of Technology

ESPOO (Finlande)

 

Sri WIDATOEN DARJOTO

Indonesian Institute of Engineers

Committee on Engineering Information

BANDUNG (IndonŽsie)

 


 

3-CONTRIBUTIONS INDIVIDUELLES PAR FONCTIONS

 

            Les diverses contributions Žmanent de personnes exerant des fonctions diffŽrentes, soit dans l'institution d'enseignement supŽrieur concernŽe, soit ˆ l'extŽrieur.

 

a) BibliothŽcaires et documentalistes

intervenant dans des structures documentaires au sein d'Žcoles d'ingŽnieurs ou d'universitŽs techniques 

            ... les documentalistes ou bibliothŽcaires

                                                                                  25 contributions

 

b) Professeurs de disciplines scientifiques ou de gŽnie, et responsables d'Ecoles d'ingŽnieurs

enseignant au sein d'Žcoles d'ingŽnieurs ou d'universitŽs techniques 

            ... les professeurs et responsables d'Žcoles ou dŽpartements

                                                                                  17 contributions

 

c) IngŽnieurs en activitŽ et professionnels

intervenant dans des Žtablissements industriels ou dans des associations nationales d'ingŽnieurs 

            .... les ingŽnieurs et les employeurs

                                                                                  8 contributions

 

d) SpŽcialistes en sciences de l'information ou de l'Žducation

intervenant dans des structures universitaires ou des centres de recherche 

            ... les thŽoriciens de l'apprentissage et de l'information

                                                                                  4 contributions

 


 

4-CONTRIBUTIONS INSTITUTIONNELLES PAR PAYS

 

            Les contributions Žmanent d'institutions d'origines gŽographiques trs diffŽrentes.

 

            AFRIQUE                               3 institutions

           

            BŽnin                                                1

            SŽnŽgal                                            1

            Tanzanie                                          1         

 

            AMERIQUE                            5 institutions

 

            Canada                                           2

            Etats Unis d'AmŽrique                  3

 

            ASIE ET OCEANIE                  3 institutions

 

            Australie                                          1

            IndonŽsie                                        2

 

            ETATS ARABES                      2 institutions

           

            AlgŽrie                                             1         

            Jordanie                                           1

 

            EUROPE                                 29 institutions

           

            Belgique                                          1

            Espagne                                           1

            Finlande                                          2

            France                                            11

            Hongrie                                            2

            Irlande                                             1

            Pays Bas                                           2

            Pologne                                            1

            Portugal                                           1

            Royaume Uni                                  6

            Sude                                              1